Passion/Patin/Vitesse - Passion/Speed/Skating

Discover the 2019-2020 short track international calendar

Upcoming season news in short track

Nos autres adresses / Our other spaces

Venez nous rejoindre! / Come and join us!

Pages

16 mars 2020

Lara van Ruijven: "I hope when the time comes, someone will tell me ‘It was nice, but now you’re done!’"


Lara van Ruijven is one of the reasons why the women’s short track team in the Netherlands is presently at its golden age and she hopes she can still have a positive impact on the team for a few more years.

By Carl Savard
Photos by Danny Kim, Oscar van den Bosch and Lara van Ruijven's personnal collection

Lara van Ruijven was a bit shy when we started chatting. From the get go, she told me she was a bit nervous when answering questions in english. The Dutch athlete says her french was good when she was young but she lost it and she then learned english in high school. After a few minutes of small talk and basic questions, it became evident that her english was much better then she made it sound and I was able to get to know more about the 2019 500m world champion. 

Born in Naaldwijk, a small community sitting just outside of The Hayes, Lara van Ruijven’s debut on the ice happened at a young age. “Speed skating entered my life when I was six years old. I started in long track and a friend of mine, Adwin Snellink, was skating too. One day our parents were chatting and talked about the possibility of me trying short track. I tried it and never went back to long track other than to work on things that could help me in short track.” Van Ruijven grew up in a family where sport was important. “I grew up playing soccer, tennis, practicing short track and field hockey. My father used to be a cyclist when he was young and my mom played tennis. My older brother was also playing field hockey. I was part of an active family. When I was about 10 years old, one of my dream was already to be olympic champion but I didn’t know if it was going to be in short track or field hockey. When I was seventeen I was invited to join the training center in Heerenveen and it’s at that moment that skating became more serious. At the time, I was in my last year of high school and I felt kind of sad that I had to move to another school to join the program and miss my graduation ball, but there was no way I was going to decline the invitation.” 



Moving to Heerenveen and joining the national team meant being trained by Jeroen Otter, arguably the best coach in the short track world at the moment. “Jeroen is always telling you the truth, even the things you don’t want to hear. He is really straightforward and doesn’t care if it’s something nice or not and it’s a good quality in a coach. He always wants to evolve and he doesn’t likes routine. He’s always looking for new things to help us get better like having skaters from other countries training with us. Some people are afraid to share their ways of training but I don’t think there are really big secrets surrounding it. I think it’s a great way to learn and it pushes you to get better. I also like the fact that we are with the boys on the ice during training. I can’t imagine being only with the girls. Even just for the atmosphere it’s great. Boys are more relaxed in training, they make jokes, releasing the pressure and I think it’s good.”

During the discussion, we talked for a moment about how much the program has evolved since she joined. “I remember when I joined the team, we were not that good in the relay even though the young ones joining now see us as a top team. We had to work hard. I remember we couldn’t follow in the relay and in the last ten laps there was always a gap between us and the leaders. Now the young skaters know that if they join the team there is a good chance they are going to skate for an A final.”  Other than the relay results, van Ruijven's career also grew fast. After starting by being a great relay athlete and eventually climbing the individual rankings, 2019 saw the 27-year-old become world champion. While working towards reaching the top is hard, staying there is even more difficult. “When I got back to training I was more relaxed than the previous season. Instead of thinking ‘I had a good season but didn’t get the medals and need to do more’ I was thinking “Oh I did it!’ and maybe that’s why at the beginning of the season I wasn’t as hungry as I used to be in the previous seasons and didn’t give the extra push needed to win. Even though everyone told me I would feel the pressure now that I had become a world champion, I didn’t really. I love the competition even though I’m always so nervous when the season starts. I’m not a beast in training and I have difficulties knowing where I stand when I’m not competing so competition feels good.”



Talking about competition, the men’s 500m has always been seen as the big show in short track, but for the last two seasons, the women’s 500m has been just as amazing. As reigning world champion on the distance, van Ruijven has to battle against the strongest group of women to ever race the distance in Martina Valcepina, Yara van Kerkhof, Natalia Maliszewska, Qu Chunyu, Fan Kexin and world record holder Kim Boutin. “It’s super fast right now and more women are performing at a higher level. It’s exciting for the fans but it’s exciting for the skaters too. It feels good just being in an A final now.”

With the season that just ended abruptly, we now are more than halfway through the olympic cycle leading to Beijing 2022. Like most athletes competing in an olympic driven sport, Lara van Ruijven’s focus is set on the Games. Although she seems to be reaching her peak, she also feels like her career is closer to the end than the beginning. “I can’t see myself still skating when I’m 34 like Charles Hamelin or Viktor Ahn. When I went to the Sochi Olympics I knew I was going to help the relay and was skating the 500m but I was not that good and thought ‘Next Olympics in Pyeongchang I’m going to skate the 500m again and win a medal and quit” but it didn’t go as planned. After Pyeongchang I didn’t feel like quitting despite not getting the results I had in mind. I felt I still could do much better. So now, I’m working on Beijing with the same goal of winning and I’ll evaluate what I do after the Games. Maybe I’ll skate one or two seasons after Beijing 2022 and then concentrate on studying law. I know now I’ll quit when I feel like I can’t get better but right now I’m still having fun. I discovered in the last few years that you can have plans but it doesn’t really mean anything. You can’t know in advance what is going to happen in your personal life and your athlete’s life. I don’t want to have a pathetic ending to my career. I hope when the time comes someone around me will tell me ‘Lara, quit! It was nice but now you’re done!’”

Don't forget to subscribe to our newsletter, follow our Facebook page, our Instagram account and our Twitter account for daily news and results about speed skating.

Lara van Ruijven: "J'espère qu'en temps opportun quelqu'un saura me dire 'C'était bien, mais c'est le temps d'arrêter!'"


Si l’équipe féminine néerlandaise en patinage de vitesse courte piste est présentement à son âge d’or, c’est en partie grâce au brio de Lara van Ruijven. Cette dernière espère bien continuer d’avoir un impact positif sur les résultats de son équipe pour quelques années encore. 

Par Carl Savard
Photos par danny Kim, Oscar van den Bosch et collection personnelle de Lara van Ruijven

C’est de façon un peu timide que mon entretien avec Lara van Ruijven a débuté. D’emblée, elle a tenu à me dire qu’elle était un peu gênée lorsqu’elle devait répondre à des questions en anglais. Nous avons donc débuté l’entretien de manière relaxe, à jaser de tout et de rien. Elle m’a confié qu’étant jeune elle parlait bien le français mais qu’avec le temps elle a oublié. Elle a par la suite appris l’anglais à l’école secondaire et je me suis rapidement rendu compte que son anglais était bien supérieur à ce qu’elle laissait sous-entendre. J’ai donc passé quarante belles minutes à discuter avec la championne du monde 2019 sur 500m. 

Native de Naaldwijk, une petite agglomération en banlieue de La Haie, les débuts sur glace de la petite Lara ont eu lieu à l’âge de six ans. C’est sur l’anneau de 400m qu’elle a chausser les patins pour la première fois. C’est suite à une discussion entre ses parents et ceux d’un ami habitant sur sa rue (Adwin Snellink qui joindra lui aussi plus tard l'équipe nationale) que la transition vers le courte piste s’est enclenchée. «Je me souviens que je n’étais pas très bonne en longue piste. Après avoir essayé en courte piste, je ne suis jamais retournée à la longue piste à part pour entraîner les aspects qui pourraient m’aider en courte piste.» Dans la famille de Lara van Ruijven, le sport a toujours été important. «J'ai grandi en jouant au soccer, au tennis, en pratiquant le hockey sur gazon et le patinage de vitesse. Mon père était cycliste quand il était jeune et ma mère jouait au tennis. Mon frère aîné jouait tout comme moi au hockey sur gazon. Je faisais partie d'une famille active. Quand j'avais environ dix ans, un de mes rêves était de devenir championne olympique un jour, mais je ne savais pas si ce serait en courte piste ou en hockey sur gazon. À dix-sept ans, j'ai été invitée à rejoindre le centre d'entraînement de Heerenveen et c'est à ce moment que le patinage est devenu plus sérieux. À l'époque, j'étais en dernière année à l’école secondaire et je me sentais un peu triste de devoir changer d'école pour rejoindre le programme et de manquer mon bal de fin d'études avec les amis avec qui j’étais allée à l’école tout mon secondaire, mais il n'était pas question que je décline l'invitation». 



Déménager à Heerenveen et joindre le giron de l’équipe nationale néerlandaise c’est entrer en contact avec Jeroen Otter, l’un des meilleurs coachs en courte piste sur la planète. «Jeroen vous dit toujours la vérité, même les choses que vous ne voulez pas entendre. Il est franc et ne passe pas par quatre chemins. C'est une bonne qualité pour un entraîneur-chef. Il veut toujours évoluer et il n'aime pas la routine. Il est toujours à la recherche de nouvelles façons pour nous aider à nous améliorer, comme entre autres le fait d'avoir des patineurs d'autres pays qui s'entraînent avec nous. Certaines personnes ont peur de partager leur façon de s'entraîner, mais je ne pense pas qu'il y ait de grands secrets autour de cela. Je pense que c'est une excellente façon d'apprendre et que cela vous pousse à vous améliorer. J'aime aussi le fait que nous soyons avec les garçons sur la glace pendant l'entraînement. Je ne peux pas m'imaginer être seulement avec les filles. Même juste pour l'ambiance, c'est génial. Les garçons sont plus détendus à l'entraînement, ils font des blagues, relâchent la pression et je pense que ça fait du bien à tout le monde.»

Le programme néerlandais a eu une progression constante et impressionnante mais Lara van Ruijven se souvient des débuts plus difficiles. «Même si les jeunes qui nous rejoignent maintenant nous voient comme une équipe de haut niveau, je me souviens que lorsque j'ai rejoint l'équipe, nous n'étions pas très bons dans le relais. Nous avons dû travailler dur. Je me souviens que nous ne pouvions pas suivre les autres équipes et dans les dix derniers tours, il y avait toujours un bon écart entre nous et les meneurs. Maintenant les jeunes patineurs savent que s'ils rejoignent l'équipe, il y a de bonnes chances qu'ils patinent pour une finale A.»  Outre les résultats aux épreuves de relais, la carrière de van Ruijven a également connu une croissance rapide. Après avoir été une grande athlète en équipe et avoir gravi les échelons des classements individuels, 2019 a vu l’athlète de 27 ans devenir championne du monde. S'il est difficile de travailler pour atteindre le sommet, il est encore plus difficile d'y rester. «Quand je suis revenue à l'entraînement après mon titre aux championnats du monde, j'étais plus détendue que la saison précédente. Au lieu de penser 'j'ai fait une bonne saison mais je n'ai pas eu les médaille et je dois en faire plus', je me disais 'Oh, j'ai réussi !' et c'est peut-être pour cela qu'en début de saison, je n'étais pas aussi affamée que les saisons précédentes. Je crois que je n'ai pas instinctivement donné l'effort supplémentaire nécessaire pour gagner. Même si tout le monde m'a dit que je ressentirais la pression maintenant que j'étais devenue championne du monde, ce ne fut pas vraiment le cas. J'aime la compétition, même si je suis toujours très nerveuse quand la saison débute. Je ne suis pas très bonne à l'entraînement et j'ai des difficultés à savoir où je me situe quand je ne suis pas en compétition, alors la compétition me fait du bien».



En parlant de compétition, les dernière saisons semblent avoir ramené le 500m chez les femmes à l’avant plan et la Néerlandaise est en partie responsable de l’engouement entourant l’épreuve. En temps que championne en titre, van Rujiven doit tenter de contenir les attaques du plus rapide groupe de sprinteuses de l’histoire en courte piste. Un groupe comptant dans ses rangs sa compatriote Yara van Kerkhof, Martina Valcepina, Natalia Maliszewska, Qu Chunyu, Fan Kexin et la détentrice du record du monde Kim Boutin. «C'est super rapide en ce moment et de plus en plus de femmes patinent à une vitesse folle  C'est excitant pour les fans mais aussi pour les patineuses. En ce moment, juste être en finale A devient une fierté.»

Avec la saison qui vient de se terminer abruptement en raison de la conjoncture internationale actuelle, la deuxième moitié du cycle Olympique en vue des jeux de 2022 est maintenant entamée. Comme la majorité des athlètes pratiquant un sport qui trouve sa gloire dans le mouvement olympique, Lara van Ruijven a le regard posé sur Pékin 2022. Même si sa carrière semble être à son apogée, à 27 ans van Ruijven sent qu’elle approche de la fin. "Je ne me vois pas encore patiner à 34 ans comme Charles Hamelin ou Viktor Ahn. Quand je suis allée aux Jeux olympiques de Sotchi, je savais que j'allais surtout aider au relais même si je patinais également le 500m. Je n'étais pas très bonne mais je me suis dit 'Aux prochains Jeux olympiques de Pyeongchang, je vais patiner à nouveau le 500m, gagner une médaille et mettre fin à ma carrière', mais ça ne s'est pas passé comme prévu. Après Pyeongchang, je n'ai pas eu envie d'arrêter, même si je n'avais pas obtenu les résultats espérés. Je sentais que je pouvais encore faire mieux. Alors maintenant, je travaille sur Pékin avec le même objectif de gagner et je vais évaluer ce que je ferai après les Jeux. Peut-être que je patinerai une ou deux saisons après Pékin 2022 et que je me concentrerai ensuite sur mes études en droit. J'arrêterai quand j'aurai l'impression de ne plus pouvoir m'améliorer, mais pour l'instant, j’ai encore du plaisir. Les dernières années m’ont prouvé qu’avoir un plan précis ça ne veut pas dire grand chose. On ne peut pas savoir à l'avance ce qui va se passer dans notre vie personnelle et dans notre vie d'athlète. Ce que je sais c’est que je ne veux pas que la fin de ma carrière soit pathétique. J'espère qu'en temps opportun quelqu'un saura me dire : 'Lara, arrête ! C'était bien, mais c'est le temps d'arrêter!'»!

Abonnez-vous à notre infolettre, suivez notre page Facebook, notre compte Instagram et notre compte Twitter pour ne manquer aucune nouvelle sur le patinage.

13 mars 2020

Retour sur le championnat du monde universitaire longue piste 2020


L'anneau Jaap Eden d'Amsterdam a accueilli le Championnat du monde universitaire de patinage de vitesse 2020 du 10 au 12 mars.

Par Jackob Savard
Photos : Schaats Foto's

Certains des meilleurs patineurs de vitesse longue piste universitaires ont croisé le fer sur 500m, 1000m, 1500m, 3000m, 5000m, 10000m et à la poursuite par équipe cette semaine à Amsterdam. Le dernier jour de compétition, qui comprenait un sprint par équipe mixte et le départ en groupe, a dû être annulé à cause du virus covid-19.


Les patineurs néerlandais dominent les longues distances
Pas moins de 12 des 18 médailles sur les trois plus longues distances (1500m, 5000m & 3000m femmes / 10000m hommes) ont été attribuées à des patineurs néerlandais. La championne olympique Esmee Visser a remporté les titres du 3000 m et du 5000 m féminin et a établi un record de piste sur le 5000 m. Sa coéquipière néerlandaise Sanne In 't Hof a également passé une excellente semaine en remportant le 1500m et en décrochant le bronze sur 3000m et 5000m. Sterre Jonkers, qui patine également pour les Pays-Bas, a obtenu l'argent sur 3000 m et 1500 m. Parmi les autres médaillées féminines sur les longue distance figurent la Néerlandaise Paulien Verhaar et la Polonaise Magdanela Czyszczon. 

Chez les hommes, le podium du 5000m et du 10000m ont  été identiques alors que le Néerlandais Victor Ramler a remporté les deux courses devant l'Américain Ethan Cepuran et le Néerlandais Jeroan Janissen. Ramler a établi un record de piste de 14:17.03 sur 100000m. C'est le Polonais Marcin Bachanek qui a remporté l'or au 1500 m. Le Russe Aleksandr Podolskij et le Biélorusse Viktor Rudenko ont complété le podium le podium sur la distance.

Kuznetsova et Matsui meilleurs sprinters à Amsterdam
La Russe Irina Kuznetsova a remporté le 500m avec un record de piste de 39,38 en plus de prendre l'argent sur 1000m. Les Polonaises Kaja Ziomek et Andzelika Wojcik ont terminé deuxième et troisième sur 500m. La Néerlandaise Sanneke de Neeling a remporté le 1000m avec un record de piste devant la Russe Kuznetsova et la Néerlandaise Femke Beuling. 

Le Japonais Yamato Matsui a remporté les titres sur 500 m et 1000 m avec un record de piste lors des deux distances. Les deux fois, le Biélorusse Ignat Golovatjuk a terminé deuxième. Son coéquipier japonais Wataru Morishige était sur le podium avec eux sur 500m tandis que le Russe Victor Lobas les a rejoints sur le podium du 1000m.

Poursuite par équipes
Les Néerlandaises ont été les plus fortes à la poursuite par équipes féminine et ont remporté le titre. La Pologne et la Biélorussie ont prit les l'argent et le bronze. Chez les hommes, ce sont les Russes qui ont patiné jusqu'à l'or tandis que la Pologne et les Pays-Bas ont dû se contenter respectivement de la deuxième et de la troisième position. 

Pour les résultats complets, cliquez ICI

Abonnez-vous à notre infolettre, suivez notre page Facebook, notre compte Instagram et notre compte Twitter pour ne manquer aucune nouvelle sur le patinage.

A look back at the 2020 FISU World University Speed Skating Championship


The Jaap Eden ice rink of Amsterdam welcomed the 2020 World University Speed Skating Championship from the 10 to the 12th March.

By Jackob Savard
Photo: Schaats Foto's

Some of the best long track speed skaters attending university competed in the Netherlands this week on 500m, 1000m, 1500m, 3000m, 5000m, 10000m and in the team pursuit. The last day of racing which included a mixed team sprint and the mass starts had to be cancelled because of the covid-19 virus.


Dutch skaters dominate the longer distances
No less than 12 of the 18 medals on the three longer distances (1500m, 5000m & ladies 3000m / men 10000m) were awarded to Dutch skaters. Olympic champion Esmee Visser won both the ladies 3000m and 5000m titles and skated a track record on 5000m. Here Dutch teammate Sanne In ‘t Hof also had a great week winning the 1500m and collecting bronze on 3000m and 5000m. Sterre Jonkers who’s also skating for the Netherlands got silver on 3000m and 1500m. Other ladies’ long distances medalists include Dutch Paulien Verhaar and Poland’s Magdanela Czyszczon. 

In the men’s category, the 5000m and 10000m podium were exactly the same as Dutch Victor Ramler won both times in front of American Ethan Cepuran and Dutch Jeroan Janissen. Ramler established a track record of 14:17.03 on 100000m. On 1500m, it was Poland’s Marcin Bachanek who took gold. Russia’s Aleksandr Podolskij and Belarus’ Viktor Rudenko completed the podium.

Kuznetsova and Matsui best sprinters in Amsterdam
Russian Irina Kuznetsova won the 500m with a track record of 39.38 and also finished second on 1000m. She was followed by Kaja Ziomek and Andzelika Wojcik from Poland on 500m. Dutch Sanneke de Neeling won the 1000m with a track record in front the Russian and Dutch Femke Beuling. 

Yamato Matsui from Japan won the 500m and 1000m titles with track records. Both times, Belarusian Ignat Golovatjuk finished second. His Japanese teammate Wataru Morishige was on the podium with them on 500m while Russian Lobas Joined them on 1000m.

Team pursuit
The Dutch ladies were the strongest in the team pursuit and claimed the title. Poland and Belarus took second and third place. In the men’s race, it was the Russians who skated to gold while Poland and the Netherlands had to settle for silver and bronze.

For the full results, click HERE

Don't forget to subscribe to our newsletter, follow our Facebook page, our Instagram account and our Twitter account for daily news and results about speed skating.

8 mars 2020

Quatre records de piste pour conclure la saison à Heerenveen

La saison 2019-2020 de patinage de vitesse longue piste s'est achevée aujourd'hui à Heerenveen, aux Pays-Bas.

Par Jackob Savard
Photo : Maria Dalton

Les derniers 1500m, 500m et départs en groupe de la saison ont été courus lors de cette deuxième journée de course à la Coupe du monde #6.


Deux records de piste sur 1500m
La vedette néerlandaise Ireen Wüst a remporté le 1500m féminin avec un record de piste de 1:53.101. La Japonaise Miho Takagi et la Néerlandaise Melissa Wijfje ont terminé en deuxième et troisième position. Cette médaille d’or a facilement confirmé la victoire de Wüst au classement général de la coupe du monde sur la distance.

Au 1500 m masculin, c'est Kjeld Nuis qui a remporté l'or devant ses coéquipiers Thomas Krol et Patrick Roest qui ont respectivement pris l'argent et le bronze. Nuis a réalisé un record de piste de 1:43.00 pour remporter l'épreuve ainsi que le classement cumulatif de la Coupe du monde sur 1500m. 

Deux records de piste de plus sur 500m
La Russe Angelina Golikova a remporté le dernier 500m de la saison en patinant un record de piste de 37,023. La Japonaise Nao Kodaira, qui a quand même remporté le classement général de la saison sur 500m, a dû se contenter de la deuxième position lors de la course d’aujourd'hui. L'Autrichienne Vanessa Herzog a pris la troisième place. 

Pour une deuxième journée consécutive, le Japonais Tatsuya Shinhama a remporté le 500m masculin. Cette fois, il a réalisé un record de piste de 34,067. Le Canadien Laurent Dubreuil, qui a connu une saison 2019-2020 incroyable, a terminé deuxième aujourd’hui. Il s'agissait de la troisième médaille d'argent de Dubreuil de la fin de semaine. Il a également patiné en dessous du précédent record de piste avant de se faire devancé par Shinhama. Le Japonais Yamato Matsui a remporté le bronze. Shinhama est le vainqueur de la Coupe du monde 2019-2020 sur la distance.

Wijfje et Chung remportent le départ en groupe
La Néerlandaise Melissa Wijfje et la Biélorusse Marina Zueva se sont échappées ensemble pendant la majeure partie de la course et le peloton n'a jamais réussi à revenir sur elles. Wijfje a remporté la course, Zueva a pris l’argent et la Néerlandaise Irene Schouten a remporté le sprint de peloton pour décrocher le bronze. 

Le Coréen Jaewon Chung a remporté le départ en groupe masculin au sprint final devant Bart Swings et Joey Mantia. C’est Swings qui a remporté le classement cumulatif sur la distance au terme de la saison.

Pour les résultats complets, cliquez ICI

Abonnez-vous à notre infolettre, suivez notre page Facebook, notre compte Instagram et notre compte Twitter pour ne manquer aucune nouvelle sur le patinage.

Four track records to end the season in Heerenveen

The 2019-2020 long track speed skating season came to an end today in Heerenveen, the Netherlands.

By Jackob Savard
Photo: Maria Dalton

The last 1500m, 500m and mass starts of the season were raced today in Heerenveen during the second day of racing at World Cup #6.




Track records to win the 1500m
Dutch superstar Ireen Wüst won the ladies’ 1500m race in Thialf establishing a track record of 1:53.101. Japanese Miho Takagi and Dutch Melissa Wijfje finished second and third. This win easily confirmed Wüst’s overall world cup classification victory on the distance.

In the men’s 1500m, Kjeld Nuis took gold in front of his teammates Thomas Krol and Patrick Roest who respectively took silver and bronze. He skated a track record of 1:43.00 to win the event. Nuis is the 1500m World Cup ranking champion. 

Two more track records on 500m
Angelina Golikova from Russia won the last 500m of the season skating a track record of 37.023. Japanese Nao Kodaira still won the 500m overall classification finishing second in today’s race while Austrian Vanessa Herzog took third place. 

For a second consecutive day, Japanese Tatsuya Shinhama won the men’s 500m. This time, he skated a track record of 34.067. Canadian Laurent Dubreuil who had an incredible 2019-2020 season finished second as he also skated below the previous track record. It was Dubreuil's third silver medal of the weekend. Japanese Yamato Matsui took bronze. Shinhama is the 2019-2020 World Cup winner on the distance.

Mass start
Dutch Melissa Wijfje and Belarusian Marina Zueva were in a breakaway together for most of the race and the pack never managed to comeback on them. Wijfje won the race, Zueva finished second and Dutch Irene Schouten won the pack sprint to win bronze. 

Korean Jaewon Chung won the men's mass start ahead of Bart Swings and Joey Mantia. Swings is the overall World Cup winner.

For the full results, click HERE

Don't forget to subscribe to our newsletter, follow our Facebook page, our Instagram account and our Twitter account for daily news and results about speed skating.