Passion/Patin/Vitesse - Passion/Speed/Skating

Discover the 2019-2020 short track international calendar

Upcoming season news in short track

Nos autres adresses / Our other spaces

Venez nous rejoindre! / Come and join us!

Pages

21 février 2020

Deanna Lockett: The traveling Hungaroo


I know I've told you in the past but one thing I truly appreciate about covering a sport like short track is having the opportunity to meet people from all over the globe. It’s actually something a lot of athletes enjoy too but while some just surf on the opportunity, others push it further by moving to another part of the world to keep their dream alive and make the most out of it. That’s what Australian-born Deanna Lockett did.

By Carl Savard
Photos by Oscar van den Bosch and Deanna Lockett's personal collection

It’s with a big smile and a laid back attitude that the 24-year-old from Sunnybank, Australia sat with me for a chat last fall when the short track speed skating World cup circus was in Montreal. Lockett, who’s now representing Hungary, was ready to talk about her life as an elite athlete, but first I was curious to know how a kid from Australia ends up choosing a winter sport.



“I started skating when I was eight or nine. Most sports are played outside in the middle of the day in sunny Australia and I have a pretty light color skin and my dad was worried about skin cancer risks so we ended up at the ice rink. At first it was just for general skating sessions. I liked going really fast so I tried speed skating and fell in love with it. I didn’t grow up surrounded by athletes but I’ve always been competitive and from the get go I wanted to become a high level speed skater. I was sixteen when I skated in a World cup event for the first time and I didn’t expect much but I ended up making the B final on 1500m and was really shocked. I started thinking that maybe I could be a really good skater.”

Known for her endurance on the ice and in need of a change of pace after a few seasons on the international circuit in short track, Lockett decided to switch to long track and give it a try. Despite physically having the stamina needed to compete on the 400m oval, the Australian figured out quite fast that long track wasn’t for her. “I’m really good to keep a pace in short track but I’m not as good with the racing aspect so I thought long track would be good for me but it’s really different. I thought it would be a lot easier than it was. It was really hard. I trained for about three months in the Netherlands and I didn’t enjoy it. I couldn’t wait for the training sessions to be over. That’s when I decided to reach out to Hungary."

Outside of the the Netherlands, Hungary is probably the country that managed to have the biggest progression in the last eight years thanks to the prowess of the Liu brothers and the arrival of Zhang Jing as an advisor - and later coach - in 2012. Something else helping their program is their openness to the idea of welcoming athletes from elsewhere to either train or join their team. USA’s Cole Krueger started skating for Hungary last season while his brother John Henry, just like Lockett, started representing The Land of Magyars this season. Deanna Lockett knew she could have just surfed on the fact that it would have been a safe choice for her to stay in Australia and represent her native country at the Olympics three times, but she wanted more. She needed more. She felt she had to think outside of the box. “Although there wasn’t many skaters at my level to push me and train with me when I was there, Australia gave me so many opportunities and they did everything that they could. The thing is, I wanted to be part of a big team. I had the opportunity to train with big teams in the past, in Korea and elsewhere, but it’s not like having your own. I’m really grateful that Hungary has taken me on. Since I had train with them before I pretty much knew everyone and since I had to skip a season because I was going to skate for another country I had no pressure and just trained. The women’s team in Hungary lost a few older skaters, so there was an opening. It was kind of a perfect timing for me.“

Although the timing was perfect and she knew most of the people involved in the Hungarian program it’s still a huge change to settle elsewhere in the world and get a new citizenship. Lockett didn’t have clear goals for the season that's coming to an end other than getting accustomed to her new environment. “It’s been a lot to get used to Hungary, the program is different, I have a team now and also I skipped a year and I feel like the field as gotten stronger while I was away which is good but I’m not rushing for some results. I’m just skating and trying to enjoy what I’m doing . Maybe next season I’ll put more pressure on myself but I try to stay in the moment and not think to much ahead because when I think too ahead then I get too nervous.”

As a fan of short track since the end of the 80's, I’m always interested in knowing which national skater had an impact on an athlete when they were younger. Asking that question to a Dutch or a Canadian skater is easy since they have a lot of role models to pick from, asking it to someone from a country whose short track history is often linked to a historical anecdote at the 2002 Olympics (see Steven Bradbury) is another thing. For Deanna Lockett, one name popped in her head when I asked her the question and it's someone who had made similar career choices. “When I was between 10 and 12 years old, we had Tatiana Borodulina from Russia who skated for Australia. She won World cup medals and I’d say she was a pretty big inspiration for me. But other than that, I didn’t really look up to other skaters or even know about them too much before I showed up on the international scene.” 

Even when she was the only female skater representing Australia, Lockett was still able to perform to a high level. In 2017, she won her first medal on the World cup circuit, finishing third behind Choi Min Jeong and Kim Boutin on 1500m in Budapest. A year before, she had finished 4th on 1000m in Dresden. Now as a member of the Hungarian team and having the opportunity to compete in the relay events, Lockett knows her chances of visiting the podium in the near future are even better. “We need to adjust to one another and find our timing but I think our speed is good.” 

The traveling Hungaroo knows the life she’s living right now isn’t your regular everyday life and she tries to cherish every moment. “It’s great meeting people from other countries and spending time with them. You make new friends and learn things from other cultures. If you would have told me three years ago that I would become a Hungarian citizen I would have laughed at you. I now have three passports!*”

Deanna Lockett should be in action on the Mokdong Ice Rink in Seoul from March 13 to the 15 to compete one last time this season at the ISU Short track speed skating world championships.

Don't forget to subscribe to our newsletter, follow our Facebook page, our Instagram account and our Twitter account for daily news and results about speed skating.

*Before obtaining her Hungarian citizenship, Deanna Lockett already had an Australian and British passports.

Deanna Lockett: Sortir de sa zone de confort


Je vous l’ai dit par le passé, une des choses que j’apprécie le plus de mon travail pour Passion/Patin/Vitesse est la chance que j’ai de rencontrer des êtres humains d’un peu partout dans le monde. Alors que mon immersion est partielle considérant que je ne fais que rencontrer les athlètes étrangers lorsqu'ils sont de passage à Montréal, les athlètes eux ont l'opportunité de s’imprégner d’autres cultures non seulement par les rencontres mais par les voyages les menant aux différents sites de compétition. Certains vont même jusqu'à plonger complètement dans une nouvelle culture en joignant une autre nation leur permettant de vivre leur rêve à fond et de tirer le maximum de leur carrière. C’est le choix qu’a fait la patineuse d'origine Australienne Deanna Lockett. 

Par Carl Savard
Photos par Oscar van den Bosh et collection personnelle de Deanna Lockett

C’est avec un grand sourire et une attitude décontractée que l'athlète de 24 ans originaire de Sunnybank en Australie s’est présentée à notre rendez-vous l’automne dernier. Le circuit de Coupe du monde de patinage de vitesse courte piste était à Montréal et Lockett avait accepté de me rencontrer pour discuter de son parcours d’athlète. J’étais en premier lieu intéressé à savoir comment une jeune fille active grandissant en Australie en vient à choisir un sport d’hiver. 



«J'ai commencé à patiner à l'âge de huit ou neuf ans. Chez nous, la plupart des sports se pratiquent à l'extérieur, en plein milieu de la journée, sous le chaud soleil Australien. J'ai une peau assez claire et mon père s'inquiétait des risques de cancer de la peau alors nous nous sommes retrouvés à la patinoire. Au début, c'était juste pour des séances de patinage général. J'aimais aller très vite, alors j'ai essayé le patinage de vitesse et j'en suis tombée amoureuse tout de suite. Je n'ai pas grandi entouré d'athlètes, mais j'ai toujours été compétitive et dès le début, j'ai voulu devenir une patineuse de haut niveau. J'avais 16 ans quand j'ai patiné pour la première fois dans une épreuve de la Coupe du monde et je ne m'attendais pas à grand-chose mais j'ai atteint la finale B sur 1500m et j'étais un peu sous le choc. J'ai commencé à me dire que je pourrais peut-être devenir une très bonne patineuse.»

Après quelques saisons sur le circuit international et ayant besoin de tester ses limites, la jeune patineuse reconnue pour son endurance a décidé de tenter l’aventure en patinage de vitesse longue piste. Même si elle possède certains atouts qui pourraient se traduire par de bonnes performances sur l’anneau de 400m, Lockett s’est rendue compte rapidement que la longue piste n’était pas pour elle. «Je suis vraiment bonne pour garder un rythme élevé en courte piste mais au niveau stratégie de course je ne fais pas toujours les bons choix donc j'ai pensé que la longue piste serait bonne pour moi mais le sport est vraiment différent. J'ai pensé à tort que la transition ne serait pas si difficile mais dans les faits, c'était vraiment difficile. Je me suis entraînée pendant environ trois mois aux Pays-Bas et je n'ai pas aimé ça. J'avais hâte que les séances d'entraînement se terminent. Je n'y trouvais pas de plaisir. C'est alors que j'ai décidé de contacter l'équipe Hongroise de courte piste.»

Outre le programme Néerlandais, celui des Hongrois est sûrement celui qui a eu la plus grande progression au cours des huit dernières années. Bien sûr, les prouesses des frères Liu y sont pour quelques choses, mais l’arrivée de la Chinoise Zhang Jing comme conseillère en 2012 puis comme entraîneuse-chef aussi. La Hongrie à également fait preuve d’ouverture en accueillant parmi ses rangs l’Américain Cole Krueger la saison dernière et son frère John Henry cette saison en plus de Lockett. Cette dernière est consciente qu’elle aurait pu demeurer en Australie et représenter sa terre natale aux Jeux olympique à quelques reprises encore mais elle voulait plus pour sa carrière. Elle sentait qu’elle devait faire un choix un peu hors norme. Sortir de sa zone de confort. «Même s'il n'y avait pas beaucoup de patineurs à mon niveau pour s'entraîner avec moi et me pousser, l'Australie m'a donné tellement d'opportunités et ils ont fait tout ce qu'ils pouvaient pour me supporter. Je voulais par contre faire partie d'une grande équipe. J'avais eu l'occasion de m'entraîner avec de grandes équipes dans le passé, en Corée et ailleurs, mais j'avais envie d'être membre à part entière d'une grosse équipe. Je suis vraiment reconnaissante que la Hongrie m'ait accepté dans ses rangs. Comme je m'étais entraînée avec eux par le passé, je connaissais à peu près tout le monde et comme les règles de mon sport exigent que l'on saute une saison si l'on change de pays, je n'avais pas de pression et je me suis juste entraînée pendant un an. L'équipe féminine de Hongrie a perdu quelques patineuses plus âgées, il y avait donc une ouverture. C'était en quelque sorte le moment idéal pour moi».

Même si la porte était ouverte et que la jeune femme connaissait la plupart des gens impliqués dans l’équipe, changer de pays et obtenir une nouvelle nationalité ne se fait pas sans une période d’ajustement. C’est pourquoi la nouvelle membre de l'équipe Hongroise ne s’était pas mis d’objectif précis pour la saison de Coupe du monde qui vient de prendre fin le weekend dernier aux Pays-Bas.  «Le programme est différent. J'ai une équipe maintenant et j'ai aussi sauté une année et j'ai l'impression que la compétition s'est renforcée pendant mon absence, ce qui est bien mais je devrai être patiente et m’ajuster. J'essaie d'apprécier ce que je fais et de prendre plaisir à patiner. Peut-être que la saison prochaine, je me mettrai plus de pression, mais je tente de rester dans le moment présent et de ne pas trop penser à l'avenir, car quand je me projette trop dans le future, la nervosité s’en mêle».

En tant qu’amateur de courte piste depuis près de trente ans, j’aime toujours questionner les athlètes du moment pour savoir quels  athlètes du passé ayant représenté leur pays d'origine ont eu une influence sur eux. Poser cette question à un athlète canadien, japonais ou néerlandais offre une panoplie de réponse. La poser à une athlète originaire d’un pays dont l’histoire en courte piste tourne trop souvent autour d’une anecdote olympique datant de 2002 (voir Steve Bradbury) est tout autre. Ironiquement, Deanna Lockett se souvient avoir été inspirée par une athlète qui comme elle avait quitté son pays d’origine pour patiner sous d’autres cieux.  «Quand j'avais entre 10 et 12 ans, la Russe Tatiana Borodulina a patiné pour l'Australie. Elle a gagné des médailles en Coupe du monde et je dirais qu'elle a été une grande source d'inspiration pour moi, mais à part cela, je n'admirais pas vraiment d’autres patineurs et je ne connaissais pas vraiment les athlètes de la scène internationale avant de commencer à les côtoyer en compétition». 

Malgré le fait qu'elle fut par moment la seule patineuse à représenter l’Australie pendant les années ayant précédé son départ pour la Hongrie, Lockett a réussi à obtenir de bons résultats. En 2017, elle a remporté sa première médaille d’importance terminant troisième derrière Choi Min Jeong et Kim Boutin sur 1500m lors de la manche de Coupe du monde tenue à Budapest. La saison précédente elle avait fait une 4e place sur 1000m à Dresde. Avec l’équipe Hongroise lui permettant d’atteindre un plus haut niveau d’entraînement et d’ajouter les épreuves de relais à ses possibilités de médaille, la jeune femme croit que ses chances de podium sont encore meilleures. «Nous devons nous adapter et apprendre à trouver notre rythme, mais je pense que notre vitesse est bonne.» 

La jeune voyageuse est consciente que la vie qu’elle mène en ce moment diffère de celle de la majorité de la population et elle tente de profiter de tous ces moments au maximum. «C'est formidable de rencontrer des gens d'autres pays et de passer du temps avec eux. On se fait de nouveaux amis et on apprend des choses sur d'autres cultures. Si vous m'aviez dit il y a trois ans que je deviendrais citoyenne hongroise, je me serais moquée de vous. J'ai maintenant trois passeports!*»

Deanna Lockett devrait fouler la glace du Mokdong Ice Rink de Séoul du 13 au 15 mars prochain lors des Championnats du monde courte piste 2020.

Abonnez-vous à notre infolettre, suivez notre page Facebook, notre compte Instagram et notre compte Twitter pour ne manquer aucune nouvelle sur le patinage. 

*Deanna Lockett possédait déjà un passeport australien et un passeport britannique avant d'obtenir sa nationalité hongroise.

18 février 2020

La gloire aux Pays-Bas et au Canada au dernier jour de compétition à Salt Lake City


Au dernier jour de l'édition 2020 des Championnats du monde par distances individuelles, les patineurs se sont élancés sur la glace pour déterminer les champions du monde sur 1500m et au départ en groupe.

Par Maria Dalton / Traduction Jackob Savard
Photo par Maria Dalton

Doublé néerlandais au 1500m
Au 1500m féminin, ce fut une journée de records personnels puisque seize des vingt-quatre patineuses ont amélioré leur meilleure performance en carrière sur la distance. La meilleure patineuse de la journée a été la légendaire Néerlandaise Ireen Wust qui a terminé avec un temps de 1:50.925 pour défendre avec succès son titre de championne du monde. Deux patineuses russes, Evgenila Lalenkova et Elizaveta Kazelina ont accompagné Wust sur le podium. Lalenkova a terminé avec un temps de 1:51.137 tandis que sa compatriote Kazelina a terminé avec un temps de 1:51.418. Les Canadiennes Ivanie Blondin, Isabelle Weidemann et Abigail McCluskey ont terminé respectivement en 7e, 16e et 19e position.

Du côté masculin, c'est Kjeld Nuis qui a remporté la première place avec son temps de 1:41.664 - près d'une seconde de moins que son record du monde de l'année dernière sur la même glace. Nuis avait terminé avec une décevante cinquième place lors des Championnats par distances individuelles l'année dernière. Son compatriote Thomas Krol a terminé juste derrière lui avec un temps de 1:41.735 pour remporter la médaille d'argent. L'Américain Joey Mantia a complété le podium avec un record personnel de 1:42.164. Cette médaille est la première de la carrière de Mantia sur 1500m en championnat du monde et il est également le seul Américain à avoir remporté une médaille à ces championnats. Les Canadiens Antoine Gélinas-Beaulieu, Tyson Langelaar et Connor Howe ont terminé respectivement en 7e, 9e et 19e position.


Les Canadiens volent la vedette au départ en groupe
Les départs en groupe du côté des hommes et des femmes concluaient ces championnats du monde 2020. Chez les femmes, c'est Ivanie Blondin qui a remporté le titre de championne du monde. La Coréenne Bo-Reum Kim la suivait de près, terminant à seulement deux dixièmes de seconde du titre. La patineuse néerlandaise Irene Schouten a complété le podium - un résultat décevant comparé à sa première place l'année dernière.

Au départ groupé masculin, c'est le Néerlandais Jorrit Bergsma qui a pris l’or devant deux patineurs canadiens: Jordan Belchos et Antoine Gélinas-Beaulieu. Le patineur néerlandais qui avait manqué le podium de peu sur 10 000m deux jours plus tôt sera satisfait de repartir à la maison avec le titre de champion du monde au départ en groupe. Jordan Belchos, qui avait remporté sa première médaille d'or en départ groupé cette saison à Nagano, a terminé juste derrière Bergsma pour remporter l'argent. Antoine Gélinas-Beaulieu complète le podium - un résultat surprenant pour le Québécois qui ne s'était jamais retrouvé dans le top 10 d’un départ en groupe en carrière. 

De nombreux patineurs auront maintenant une courte pause avant de se rendre en Norvège pour les Championnats du monde sprints et toutes distances dans deux semaines.

Vous pouvez consulter les résultats complets ICI

Abonnez-vous à notre infolettre, suivez notre page Facebook, notre compte Instagram et notre compte Twitter pour ne manquer aucune nouvelle sur le patinage.

Dutch and Canadian Glory in Salt Lake City on Day 4


On the final day of the 2020 edition of the World Single Distance Championships, skaters took to the ice to determine this year’s world champions in both the 1500m and Mass Start in front of hordes of fans at the Utah Olympic Oval.

By Maria Dalton
Photo by Maria Dalton

Double Dutch in the 1500m
In the women’s 1500m it was a day of personal bests as 16 out of 24 skaters recorded a PB on the distance. The top skater on the day was the Netherlands legendary Ireen Wust who finished with a time of 1:50.925 to successfully defend her world championship crown. A pair of Russian skaters Evgenila Lalenkova and Elizaveta Kazelina rounded off the podium to continue to add to the Russian squad’s medal tally from these championships. Lalenkova finished with a time of 1:51.137 while her compatriot Kazeline finished with a time 1:51.418 – both PBs.  Canadians Ivanie Blonding, Isabelle Weidemann and Abigail McCluskey finished in seventh, 16th and 19th respectively – with Weidemann and McCluskey recording new PBs.

On the men’s side it was Kjeld Nuis who claimed the top spot on the podium with his time of 1:41.664 – nearly a second shorter than his world record time from last year on the same ice during the world cup final. Nuis finished a disappointing fifth at last year’s Single Distance Championships in Germany and is clearly a big fan of the oval here in Salt Lake City. Fellow Dutchman Thomas Krol finished just behind him with a time of 1:41.735 to take the silver medal. The United States’ Joey Mantia rounded off the podium with his PB time of 1:42.164. This medal is the first medal of Mantia’s career at the WSD in the 1500m, and he is also the only American to have captured a medal at these championships. Canadians Antoine Genlinas-Beaulieu, Tyson Langelaar and Connor Howe finished in 7th, 9th and 19th respectively.


Canadians steal the show in the Mass Start
As the 2020 edition of the World Single Distance Championships wound down there were only two races left on the program – the men’s and women’s mass start. With the women’s group up first it was Ivanie Blondin who came out on top to capture the Mass Start crown after falling just short last year. Following close behind her was Korea’s Bo-Reum Kim who was a mere 2 tenths of a second short of being crowned world champion. Dutch skater Irene Schouten rounded out the top three – a disappointing finish compared to her first-place finish last year.

In the men’s mass start it was Dutchman Jorrit Bergsma who came out on top ahead of two Canadian skaters – Jordan Belchos and Antoine Gelinas-Beaulieu. The Dutch skater finished just of the podium two days prior in the 10000m and is surely happy to have been crowned world champion in the MS. Coming in second was Jordan Belchos, who won his first mass start gold this season in Nagano, finished just behind Bergsma to bring home the silver. Rounding off the podium was Antoine Gelinas-Beaulieu – a surprising result for the French Canadian who has never found himself within the top-10 in a mass start final before. With Gelinas-Beaulieu’s medal the Canadians managed to come away with half the medals on offer in the Mass Start.
Many skaters now have a short break before heading to Norway for the joint world Sprint and Allround world championships in two weeks.

You can browse the full results HERE

Don't forget to subscribe to our newsletter, follow our Facebook page, our Instagram account and our Twitter account for daily news and results about speed skating.

16 février 2020

Une dernière journée remplie d'émotions à Dordrecht


C’est dans une ambiance survoltée qu’a pris fin la saison 2019-2020 de Coupe du monde en patinage de vitesse courte piste à Dordrecht aux Pays-Bas et la foule a pu profité d’un spectacle de grande qualité malgré les nombreux absents. 

Par Carl Savard
Photo par Martin Holtom

Les absents ont toujours torts. Aujourd’hui, les absents ont manqué l’une des plus excitantes journées de Coupe du monde de la saison. Le public était présent et bruyant au Optisport Sportboulevard Dordrechtet et il a eu droit à de beaux moments autant au niveau des résultats de ses favoris que des performances des athlètes des autres nations présentes. Je pourrais vous faire un résumé sans émotions, mais j’ai pris conscience une fois de plus aujourd'hui à quel point j’aime ce sport. Je me promet de revenir sur les grands noms qui étaient absents ce weekend, mais pour le moment je veux me concentrer sur ceux qui ont tout donné. 

Un cadeau pour la foule sur 500m
Sur 500m chez les femmes, il aurait été difficile d’offrir un meilleur spectacle aux amateurs présents à Dordrecht alors que deux de leurs favorites, Lara van Ruijven et Yara van Kerkhof, étaient en grande finale et allaient devoir affronter la Chinoise Qu Chunyu, la Polonaise Kamila Stormowska et la Britannique Elise Christie. Revoir Christie, championne du monde 2017, en finale A lors de cette dernière manche de Coupe du monde après une longue traversée du désert, ne peut que réjouir les amateurs d’émotions fortes. Finalement, les Néerlandaises terminent première (van Ruijven)  et deuxième (van Kerkhof) au grand plaisir de la foule. La jeune Polonaise de 19 ans remporte sa première médaille en Coupe du monde et Elise Christie démontre de belles choses malgré sa pénalité. Pour elle, une présence en finale principale aujourd'hui était une victoire en soi. Chez les hommes, Lee June Seo remporte l’or terminant devant Stijn Desmet (argent) et Abzal Azhgaliyev (bronze). 


Trois médailles sur les six disponibles au 1000m repartent en Corée
Sur le deuxième 1000m de la fin de semaine, la Coréenne Kim Ji Yoo l’a emporté devant la Chinoise Han Yu Tong et la Russe Sofia Prosvirnova. Victime d’une chute en demi-finale, Suzanne Schulting a dû se contenter d’une victoire en finale B, mais elle termine tout de même première au classement général de la saison sur la distance. Chez les hommes, Park Ji Won remporte sa deuxième médaille d’or de la compétition avec sa victoire sur 1000m. Son compatriote Kim Dong Wook met la main sur l’argent alors que le Canadien Steven Dubois repart avec le bronze. 

Le niveau d'énergie atteint son apogée lors des relais
Au relais 3000m chez les femmes, les Néerlandaises ont gâté leurs partisans avec une victoire leur conférant le premier rang au classement final de la saison 2019-2020. Les Néerlandaises ont connu une progression constante durant la saison et peu d’équipe autant du côté des femmes que des hommes peuvent se vanter d’avoir une telle cohésion sur la glace. Les Canadiennes ont terminé en deuxième place alors que les Coréennes remportent le bronze.

Du côté des hommes, ils auront clos cette saison de Coupe du monde avec une bataille endiablée entre les Pays-Bas, le Canada, la Chine et la Corée au relais. Le Canada met finalement la main sur la médaille d’or remportant l’épreuve par trois centièmes de seconde devant les Pays-Bas. Une fin de course exaltante et une épreuve qui nous aura permis de revoir Sjinkie Knegt sur un podium après une solide performance pour aider son équipe aujourd'hui. Sur une note personnelle, j’ai été touché de voir le Champion du monde 2018 Charles Hamelin aller faire l’accolade au Champion du monde 2015 Knegt dans un geste qui semblait saluer le retour de la star Néerlandaise après que des blessures importantes l’aient gardé loin de la glace pendant un longue période. La Chine remporte la médaille de bronze alors que la Corée a été pénalisée lors de la finale. 

Les athlètes ont maintenant un mois pour se préparer en vue de la dernière compétition internationale de la saison soit les Championnats du monde qui auront lieu à Séoul en mars.

Pour les résultats complets c'est ICI

Abonnez-vous à notre infolettre, suivez notre page Facebook, notre compte Instagram et notre compte Twitter pour ne manquer aucune nouvelle sur le patinage. 

A last day filled with emotions in Dordrecht


The 2019-2020 World Cup season in short track speed skating ended in a lively atmosphere in Dordrecht and the crowd enjoyed a great show despite the many absentees. 

By Carl Savard
Photo by Martin Holtom

He who is absenis always in the wrong. Today the absentees missed one of the most exciting day of the World Cup season. The crowd was loud at the Optisport Sportboulevard Dordrechtet and was served amazing performances by their favorites and witnessed emotional moments linked to athletes from other countries. I could give you an emotionless summary of the results, but I realized once again today how much I love this sport. I promise to share my opinions soon about the numerous no-shows of the weekend, but today I want to focus on those who gave their all. 

A crowd pleaser result on 500m
In the women's 500m it would have been difficult to offer a better show to the Dutch fans. Two of their favourites, Lara van Ruijven and Yara van Kerkhof, were in the main final and had to face China's Qu Chunyu, Poland's Kamila Stormowska and Great Britain's Elise Christie. To see Christie, the 2017 World Champion, in the big final in this last World Cup event of the season after a long walk through the desert that started in 2018, was amazing. In the end, the Dutch finished first (van Ruijven) and second (van Kerkhof) to the delight of the crowd. The 19-year-old Polish won her first World Cup medal and Elise Christie showed great things despite her penalty. For her, a presence in the main final today was a victory in itself. On the men's side, Lee June Seo won gold, finishing ahead of Stijn Desmet (silver) and Abzal Azhgaliyev (bronze). 



Three out of six possible medals for Korea on 1000m
In the second 1000m of the weekend, Korea's Kim Ji Yoo won finishing ahead of China's Han Yu Tong and Russia's Sofia Prosvirnova. Suzanne Schulting, who fell in the semifinal, had to settle for a win in the B final, but still finished first overall in the distance's season ranking. On the men's side, Park Ji Won won his second gold medal of the competition with his victory in the 1000m. His compatriot Kim Dong Wook won silver while Canada's Steven Dubois took home bronze. 

The energy level reached it's apogee in the relays
In the women's 3000m relay, the Dutch lifted their supporters with a victory that placed them first in the final standings for the 2019-2020 season. The Dutch women have been steadily progressing throughout the season and few teams on both the women's and men's side show that level of cohesion on the ice. The Canadians finished second while the Koreans took the bronze.

The men's ended the World Cup season with a fierce battle between the Netherlands, Canada, China and Korea in the relay. Canada finally won the gold medal by three hundredths of a second over the Netherlands. An exhilarating end to the race in a relay that saw Sjinkie Knegt back on the podium after a solid performance to help his team today. On a personal note, I was touched to see 2018 World Champion Charles Hamelin exchange a few words with 2015 World Champion Knegt and give him a tap on the back in a gesture that seemed to welcome the return of the Dutch star after major injuries kept him off the ice for a long time. China took the bronze medal while Korea was penalized in the final. 

Athletes now have a month to prepare for the last international competition of the season, the World Championships that will be held in Seoul in March. 

For full results click HERE

Don't forget to subscribe to our newsletter, follow our Facebook page, our Instagram account and our Twitter account for daily news and results about speed skating.