janvier 2018 ~ Passion/Patin/Vitesse - Passion/Speed/Skating

Discover the 2019-2020 short track international calendar

Upcoming season news in short track

Nos autres adresses / Our other spaces

Venez nous rejoindre! / Come and join us!

Pages

29 janvier 2018

Dai Dai Ntab crowned Netherlands' sprint king


The Netherlands held there sprint and allround championships last weekend in Heerenveen.

By Jackob Savard
Photo: Schaats Foto’s

Even though some big names were absent from the championships, there was still great competition for the sprint and allround champion titles.  

A dose of confidence for Dai Dai Ntab
The 500m specialist Dai Dai Ntab was crowned Dutch sprint champion after two 500m and two 1000m races. Hein Otterspeer and Thomas Krol finished second and third. Ntab won the first 500m, finished second in the other 500m and finished fourth in both 1000m races. He was the most constant skater of the top four skaters in this tight competition. This victory will surely give him a little boost after the tough moments he went through during the Dutch olympic selections. Ntab who was one of the favorites to qualify in the 500m was disqualified for two false starts in his only chance to make the olympic team. His victory of the weekend at the Dutch sprint championship will not give him his olympic dream back, but it will surely give him a ton of motivation and confidence for the World sprint championships that will be raced in Changchun, China in March.

De jong near perfect
Letita de Jong offered a near perfect performance to win the ladies' sprint championships. Anice Das who raced an awesome 500m at the Dutch Olympic selection earlier this season finished second and Sanneke de Neeling third.

Bosker and van der Weijden allround champions
With the absence of Sven Kramer and Ireen Wüst, the allround competition was completely open. At the end of the weekend, Marcel Bosker and Annouk van der Wijden finished at the top of the ranking. Lex Dijkstra and Thomas Geerdinck finished second and third in the men’s competition while Linda de Vries and Melissa Wijfje completed the ladies podium.

The World sprint championship will be held in Changchun the 3th and 4th of March and the World allround championship will be raced the following week in Amsterdam.

All the results of the competition are available HERE

Dai Dai Ntab couronné roi du sprint néerlandais



Les championnats sprint et toutes distances des Pays-Bas en longue piste se sont déroulés le weekend dernier à Heerenveen.

Par Jackob Savard
Photo: Schaats Foto's


Même si certains patineurs manquaient à l'appel, de bonnes bagarres étaient en vues pour les titres de champions néerlandais sprint et toutes distances.

Une dose de confiance pour Ntab
Le spécialiste du 500m Dai Dai Ntab s'est imposé au Championnat sprint devant Hein Otterspeer et Thomas Krol. Ntab a gagné le premier 500m, terminé deuxième au second 500m et a pris le quatrième rang des deux épreuves de 1000m. Il a été le plus constant dans une compétition qui fut extrêmement serrée entre les quatre premiers au classement. Cette victoire donnera une dose de motivation et de confiance au patineur de 23 ans qui a vécu un moment difficile au tournoi de qualification olympique néerlandais. Alors que se classer sur 500m devait être une formalité pour Ntab, il a été victime d’une disqualification à la suite de deux faux départs, l'empêchant par le fait même de participer aux Jeux de Pyeongchang. Même si sa victoire du weekend ne lui redonnera pas son rêve olympique, c’est une grosse victoire pour lui et il pourra continuer sur sa lancée victorieuse lors du Championnat du monde sprint à Changchun en Chine les 3 et 4 mars 2018 où il fera partie des favoris.


De jong presque parfaite
Letitia de Jong l'a emporté au Championnat sprint féminin en gagnant trois des quatre épreuves au programme. Anice Das, qui avait fait un grand coup sur 500m aux sélections olympiques termine deuxième alors que Sanneke de Neeling a pris le troisième rang.


Bosker et Van der Weijden champions toutes distances
En l'absence de Sven Kramer et Ireen Wüst, le Championnat toutes distances était ouvert autant du côté masculin que féminin et plusieurs patineurs pouvaient espérer l'emporter. C'est finalement Marcel Bosker et Annouk van der Weijden qui se méritent les grands honneurs. Lex Dijkstra et Thomas Geerdinck ont terminé deuxième et troisième de la compétition masculine alors que c'est Linda de Vries et Melissa Wijfje qui ont complété le podium féminin.

Le Championnat du monde sprint aura lieu les 3 et 4 mars à Changchung alors que le Championnat du monde toutes distances aura lieu la semaine suivante à Amsterdam les 9 et 10 mars.

Pour les résultats complets, cliquez ICI

27 janvier 2018

L'ascension de Pascal Dion


Pour les amateurs de patinage de vitesse courte piste d’un peu partout dans le monde, le nom de Pascal Dion est déjà synonyme de “fier compétiteur”. À 23 ans, Dion possède six médailles de Coupe du monde soit une en épreuve individuelle sur 1000m à Gangneung en 2016 et cinq en tant que membre actif de l’équipe canadienne de relais. À l’aube de sa première participation aux Jeux olympiques, Dion a bien voulu nous accorder une entrevue entre deux séances d'entraînement.

Par Carl Savard
Photos: Schaats Foto’s, Carl Savard et collection personnelle Pascal Dion

Le camp de base

C’est à l’âge de six ans que le petit Pascal a commencé à tourner en rond vers la gauche après un an à tourner sur lui-même en patinage artistique. Comme les deux sports sont souvent pratiqués au même moment sur deux glaces différentes à l’aréna Rodrigue-Gilbert de Pointe-aux-Trembles, Dion n’a eu qu'à traverser le bâtiment pour finalement découvrir ce sport qui lui plaît tant et dans lequel il excelle maintenant sur la scène internationale. “J’ai aimé ça dès le début. C’est sûr que quand tu es jeune, tu fais souvent plusieurs sports. Je jouais au soccer et au hockey dehors avec mes amis. Les premières années, le patinage de vitesse n’était pas une priorité. Puis vers l’âge de douze ans, le patin est devenu plus important, j’étais plus focus. J’ai commencé à voir plus grand.” Après quelques années à recevoir les conseils d’excellents coachs comme Annie Sarrat et Marc-André Monette, l’objectif est devenu clair pour Pascal Dion: “Mon but c’était de me rendre à l’équipe nationale. C’est le plus grand défi d’une carrière au Canada parce qu'il y a tellement de bons patineurs.  Après on peut commencer à se mettre d’autres défis.”

La montée

Si certaines carrières partent en lion et s’éteignent rapidement, celle de Pascal Dion semble être sur une courbe ascendante en montée constante. Après une participation aux Universiades lors de la saison 2014-2015, Dion se joint à l’équipe canadienne pour une première participation en Coupe du monde la saison suivante et aide le Canada à remporter une médaille au relais. Durant la saison 2016-2017, le jeune homme de Pointe-aux-Trembles remporte sa première médaille individuelle en Coupe du monde. Une médaille d’argent sur 1000m en Corée du Sud, à l’endroit même qui accueillera la compétition de patinage de vitesse courte piste des Jeux olympiques dans deux semaines. En août dernier, alors qu’il en était à sa première opportunité de pouvoir se qualifier pour les Jeux olympiques, Pascal Dion nous avait confié vouloir mettre cette compétition extrêmement importante sur le même pied que n’importe quelle autre compétition. Un pari beaucoup plus dur à relever que prévu: “J’ai eu une super bonne première journée et rien n’a fonctionné comme je le voulais par la suite jusqu'au weekend suivant lors de la dernière journée des Sélections. J’ai eu de petits problèmes de lames, mais je pense surtout que je compliquais un peu trop les choses dans ma tête. J’essayais de nouvelles stratégies que je n’avais jamais essayé. J’étais sorti de mon plan de match habituel. Le dernier jour des Sélections j’étais plus focus.” Une réflexion qui me rappelait ma discussion avec Sasha Fathoullin l’an dernier sur comment un athlète sous pression tente parfois d'en faire trop. Finalement, c’est sur la dernière course de la compétition, échelonnée sur cinq jours, que Pascal Dion a obtenu son billet pour les Jeux olympiques. “J’avoue que de me qualifier pour les Jeux a été un soulagement. Avec les performances que j’avais offertes dans les dernières saisons, je me mettais une certaine pression. Être sélectionné pour les Jeux c’est un peu un aboutissement de toutes mes années à patiner.”


Le sommet

Sur le point de quitter pour la plus grosse compétition de sa vie, Dion était excité à l’idée de patiner en Corée du sud, là où le patinage de vitesse courte piste connait le même engouement que le hockey au Canada ou le foot en Europe. “Même quand tu n’es pas sur la glace en train de patiner, juste ressentir l’énergie et entendre les cris de la foule c’est quelque chose.” Même si le jeune homme a acquis de l’expérience au niveau international dans les dernières années, il est difficile de vraiment saisir l’ampleur des Jeux olympiques. “Quand tu n’as jamais vécu les Jeux comme moi, c’est sûr que c’est difficile de se préparer, mais tu dois essayer de focaliser pour ne pas changer tes habitudes et rester le plus possible dans ta routine. Les Jeux olympiques c’est gros. Je vais devoir trouver un équilibre entre vivre mon moment olympique tout en étant prêt pour la compétition.”
                                                              
Les montagnes à venir

Comme mentionné plus tôt, Dion ne tarit pas d’éloges envers les entraîneurs qui lui ont prodigué conseils et enseignements de ses débuts au club de patinage de vitesse de Pointe-aux-Trembles jusqu'à son ascension au sommet de la pyramide au Canada. Quand son horaire le permet, il aide à son tour le club où il a donné ses premiers coups de patin. “Je me souviens à quel point ça nous motivait d’avoir un modèle actif quand notre coach Marc-André Monette partait en Coupe du monde. J’adore "coacher", peut-être que plus tard ça pourrait être une option pour moi.”  En attendant, Dion n’a pas fini de nous en mettre plein la vue. Sa carrière ne fait que commencer et la retraite imminente des vétérans François et Charles Hamelin mettra sur les épaules du jeune homme une pression supplémentaire qu'il aura la chance de partager avec d’autres excellents patineurs comme Charle Cournoyer et Samuel Girard. Avant de se quitter, Pascal Dion m’a tout de même laissé un message important:  “Je pense qu'une des choses qui a manqué dans ma jeunesse en tant que patineur et qui manque encore aujourd'hui, c’est qu'il n’y a pas assez de visibilité pour notre sport durant les saisons régulières de Coupe du monde et les Championnats du monde."

Message reçu Pascal!

Tel qu'annoncé le 24 janvier dernier, vous pourrez voir Pascal Dion en action lors des Jeux olympiques de Pyeongchang le 10 février prochain sur 1500m en distance individuelle. Considérant les performances du Canada cette saison en Coupe du monde, l’équipe canadienne devrait faire partie de la grande finale du relais par équipe qui aura lieu le 22 février.

The rise of Pascal Dion


For short track speed skating aficionadoes all around the world, Pascal Dion’s name is already a synonym for “tough opponent”. At twenty-three years of age, Dion already has six World cup medals in his collection: five as a member of the canadian relay team and one on 1000m in Gangneung in the same building where the competition of the Pyeongchang Olympic games will be held. On the eve of his first trip to the Olympics, Pascal Dion generously sat down with us for a little chat between two training sessions.

By Carl Savard
Photos: Schaats Foto’s, Carl Savard and Pascal Dion’s personnal collection.

The base camp

It's at the young age of six that Pascal Dion started going around a track instead of spinning around in figure skating. Since both sports often took place at the same time on different ice surfaces at the Rodrigue-Gilbert arena in Pointe-aux-Trembles, a borough on the eastern part of the Montreal island, Dion just needed to cross the hall to fall in love with the sport he now practices at the international level. “I loved it right away. As a kid you often practice many sports. I was also playing soccer and hockey with my friends at the time. As much as I liked it, speed skating wasn’t a priority at first. It’s around twelve years old that that it became more important. I became more focused. I started dreaming.” After a few years of being coached by great trainers like Annie Sarrat and Marc-André Monette, he knew what he wanted: “My goal was to reach the national team. Considering the canadian history in short track and the amount of great skaters in Canada, reaching the team is the biggest challenge here. Once you’re in, you can start setting other goals.”

The climb

If some careers seem to skyrocket really fast, Pascal Dion’s career could be defined as a steady rise. After competing at the Universiades games during the 2014-2015 season, Dion joined the senior Canadian team the next season and him and his partners won a medal in the team relay event. During the 2016-2017 season, he was able to grab his first World cup medal in an individual event. Last August, he continued his climb by qualifying for the Olympics. Just before the start of the five days competition serving as the qualifying stage for Pyeongchang, Dion told us in an interview that he wanted to picture this important competition as if it was any other regular competition. Something much easier said than done. “It went really well on the first day of the Selections and then nothing went as I thought it would until the last day. I had a some problems with my blades, but mainly I was just thinking too much. I tried new strategies I had never tried before. I jumped out of my normal game plan. I was able to get back on track on the last day.” This exchange reminded me of my discussion with Sasha Fathoullin last year on how stress can make you want to do too much. Pascal Dion ended up winning his place on the Canadian team for the World cup season and Olympic games on the last race of the selection process: “ I have to admit, qualifying for the Olympics was a sigh of relief. With how well I had performed in the last few seasons, I had put a bit of pressure on myself. Joining the Olympic team puts in perspective everything I've done since I’ve started skating.”

The summit

Just a few days before leaving for the biggest competition of his career, Dion is already excited about the opportunity to skate once again in South Korea. In this part of the world, short track speed skating gets as much attention from sports fan as hockey does in Canada or football in Europe. “Even when you’re not racing on the ice, just being in the building, feeling the energy and hearing the roars of the crowd is quite something.” Even though the young man has acquired some international experiences in the last few seasons, it is hard for him to get a grip on how big the Olympic games are. “When you’ve never been there, it’s hard to prepare for it, but you have to focus on doing all the things that normally bring you success and maintain a routine. I know it’s big, but I’ll have to find a way to find balance between enjoying my olympic moment while being ready to perform.”

The upcoming mountains

As it was mentioned before, Pascal Dion is full of praise for the coaches who helped him fall in love with his sport and get better from his days at the Pointe-aux-Trembles speed skating club to the top of the short track hierarchy in Canada. He is now giving back by coaching at the club where he gave his firsts speedy strides, whenever his schedule allows him to. “I remember when Marc-André Monette, our coach at the time, would leave to compete in a World cup event how motivating it was for us to have an active model. I really like coaching. Maybe later in life, it could become an option for me.”  But for now, the twenty-three years old athlete still has plenty of fireworks in store. His career in the spotlight is just beginning and with veteran teammates such as François and Charles Hamelin about to retire, Dion’s performances will be scrutinised more than they ever were. The good news for Dion is that he will be able to share this pressure with other amazing talents such as Charle Cournoyer and Samuel Girard. Before we parted ways, Dion had one last thing he wanted to share with us: “I think one of the only thing that was missing when I grew up as a skater and that is still not optimal is visibility. Our sport is not just the Olympics, we need more coverage during the World cup seasons and the World championships.”

Copy that, Pascal!

As announced on January 24, Pascal Dion will compete on 1500m at the Olympics on Saturday February 10 and will also compete alongside his teammates as part of the Canadian relay team. Based on the success of the team this season, they should be battling in the main final on Thursday February 22.

26 janvier 2018

Viktor Ahn shares his feelings about his ban from the Olympics










Photo by Schaats Foto's

A few days after it leaked that Viktor Ahn was on the list of athlete barred from competing at the upcoming  Olympic games in Pyeongchang, information that was later confirmed, Viktor Ahn had this to say to Thomas Bach, president of the International olympic committee. 

"Dear Mr. President Thomas Bach,

Back in 2002, I got my first opportunity to participate in Olympic Games. The present ones in Korea were supposed to become an especially significant part of my career for several reasons. Two weeks before the start of the Olympics I found out that the Olympic movement does not consider me an athlete, who deserves to be a part of it without even providing an explanation.

During my entire career journey in short track, I’ve never given a reason to doubt my honesty and my integrity, especially when it comes to my victories which I achieved with nothing but my strength and dedication. I have always maintained respect to the sport itself, my rivals, the Olympic movement, and I’ve always complied with the anti-doping legislation. I honestly thought that properly completing all the steps to meet the criteria to be a part of the Olympic Games, a "clean" athlete deserves a right to compete there. However, the IOC commission has decided otherwise and didn’t provide me with reasons why so.

I thoroughly went over the criteria which commission utilized when they made this decision. I can honestly declare that I haven’t done anything that would justify putting me on the list of athletes barred from participating in the Olympic Games.

It is outrageous that there is no concrete reason which explains my exclusion from the Olympics, and furthermore people now view me as an athlete who used doping. After all these years in sports, this verdict of preventing me to be in Olympics has become a symbol of mistrust to me from the side of IOC as well as the reason of mistrust from the side of the entire sport community.

I hope that the IOC will ultimately declare their reason for my exclusion, so I will be able to defend my honor and dignity. I have a full right to believe and hope that I have the trust of my supporters, as well as journalists, after my long journey in short-track and with absolute absence of my fault in this situation, when I’m deprived an opportunity to participate in the Olympics.

Sincerely Yours, Viktor An"

Viktor Ahn s'exprime sur son exclusion des Jeux de Pyeongchang



Quelques jours après qu'une information ait fait surface à l'effet que Viktor Ahn ferait partie de la liste des athlètes Russes qui ne pourraient participer aux Jeux olympiques de Pyeongchang, information confirmée depuis, le légendaire athlète en patinage de vitesse courte piste avait ceci à dire au président du Comité international olympique Thomas Bach. 

Traduction de l'anglais par Carl Savard
Photo par Schaats Foto's

"Cher M.Thomas Bach, président du CIO

J’ai eu l’opportunité de participer aux Jeux olympiques pour la première fois en 2002. Les Jeux de Pyeongchang 2018 allaient être particulièrement significatifs dans ma carrière pour plusieurs raisons. Deux semaines avant le début de ces Jeux et sans fournir d’explication, j’apprends que le mouvement olympique ne me considère pas comme un athlète méritant d’y participer.

Tout au long de ma carrière, je n’ai jamais donné de raison aux gens de douter de mon honnêteté et de mon intégrité, spécialement quand il est question de mes victoires acquises seulement grâce à ma force et mon dévouement. J’ai toujours démontré du respect envers mon sport, mes rivaux ainsi que le mouvement  olympique et j’ai toujours suivi les règles à l’égard des lois anti-dopage. J’ai toujours cru qu'un athlète “propre” ayant toujours rencontré les critères pour être admis aux Jeux olympiques, méritait d’y compétitionner. Pourtant, la commission mise en place par le CIO en a décidé autrement sans même me donner les raisons.

J’ai passé au peigne fin les critères utilisés par la commission pour en venir à cette décision. Je peux en toute honnêteté déclarer que je n’ai rien fait qui justifierait d’avoir été placé sur la liste des athlètes méritant une interdiction de participation aux Jeux olympiques.

Il est scandaleux qu'aucune raison concrète n’ait été donnée pour expliquer mon exclusion et que cette situation fait que maintenant les gens me voient comme un athlète ayant fait usage de drogues de performance. Après tant d’années dans le sport, le verdict m’interdisant de participer aux Olympiques jette une ombre sur ma carrière aux yeux du mouvement olympique et de toute la communauté sportive.

J’espère que le Comité international olympique expliquera clairement les raisons de mon exclusion, m’offrant par le fait même l’opportunité de défendre mon honneur et ma dignité. Je suis en droit d’espérer et de croire que j’ai la confiance de mes fans et des médias alors qu'on m’empêche de participer aux Jeux olympiques après une carrière sans faute.

Bien à vous, Viktor Ahn"

24 janvier 2018

Who will skate what? Canada unveil its plan


Speed skating Canada unveiled which skaters will race in the individual distances at the Olympics in short track.

By Jackob Savard

Photo: Schaats Foto's

Even if the team was confirmed a while ago, the role of each skaters was kept secret until today. Here are the different distances and the skaters who will compete in them:

Men's team:
500m: Charles Hamelin, Samuel Girard
1000m: Charles Hamelin, Samuel Girard, Charle Cournoyer
1500m: Charles Hamelin, Samuel Girard, Pascal Dion
RelayCharles Hamelin, Samuel Girard, Charle Cournoyer, Pascal Dion and François Hamelin.

Women's team:

500m: Marianne St-Gelais, Kim Boutin, Jamie Macdonald
1000m: Marianne St-Gelais, Kim Boutin, Valérie Maltais
1500m: Marianne St-Gelais, Kim Boutin, Valérie Maltais
Relay: Marianne St-Gelais, Kim Boutin, Valérie Maltais Kasandra Bradette and Jamie Macdonald

The official Olympic skinsuit has also been presented.

What do you think of these choices? Which skaters would you have liked to see in more distances? What do you think about the new skinsuit?

23 janvier 2018

Pas de Yuskov ni de Kuliznikhov à Pyeongchang


Le recordman du monde sur 1500m Denis Yuskov et le sprinteur Pavel Kuliznikhov seraient sur la liste des athlètes qui ne pourront participer aux JO de Pyeongchang. 

Par Jackob Savard
Photo: Schaats Foto's

Même si le CIO publiera la liste officielle samedi, plusieurs noms sortent depuis hier dont celui du multiple champion olympique en courte piste Viktor Ahn. Aujourd'hui ce sont les noms de patineurs sur longue piste qui circulent incluant ceux de Yuskov et Kuliznikhov.

Denis Yuskov a tout récemment battu le record du monde sur 1500m, trône au sommet du classement de la Coupe du monde et est champion d'Europe sur la distance. Pavel Kuliznikhov est un spécialiste des sprints. Cette saison il est devenu champion d'Europe sur 1000m, vice-champion d'Europe sur 500m et a décroché deux victoires en Coupe du monde. Ces deux patineurs avaient de grandes chances de médailles à Pyeongchang. Leur coéquipier Ruslan Murashov qui a une victoire sur 500m en Coupe du monde cette saison ne sera pas de l'aventure non plus.

En ajoutant ces noms à ceux des athlètes déjà bannis l'automne dernier, Sergueï Trofimov, Natalja Voronina, Olga Graf et Angelina Golikova seraient les seuls patineurs en mesure de représenter la Russie en longue piste aux Jeux olympiques de 2018.

No Yuskov nor Kuliznikhov in Pyeongchang


World record older Denis Yuskov and sprint specialist Pavel Kuliznikhov supposedly on the list of Russian athletes who will be banned from Pyeongchang 2018.

By Jackob Savard
Photo: Schaats Foto's

Even if the IOC will publish the official list on Sunday some  names have leaked yesterday in short track speed skating and multiple Olympic champion Viktor Ahn was one of them. Today the names of two long track speed skaters came out: Denis Yuskov and Pavel Kuliznikhov. 

Yuskov just broke the 1500m world record and he is on top on the distance in the World cup ranking. He's also the reigning European champion on 1500m. Pavel Kuliznikhov is a sprint specialist. This season, he became European champion in the 1000m and got bronze in the 500m in addition to two World cup victories. These two skaters had great chances of winning medals in Pyeongchang. Their teammate Ruslan Murashov who has one victory this season on the World cup circuit will not be able to skate either. 

With these two and the ones that were banned last fall, Sergueï Trofimov, Natalja Voronina, Olga Graf and Angelina Golikova would be the only four skaters able to skate for Russia at the Olympics in long track speed skating. 

22 janvier 2018

UPDATE January 24th: No Viktor Ahn in Pyeongchang


In December we informed you that clean Russian athletes would be able to compete in Pyeongchang underneath the olympic banner. (read it HERE). The official list will only be available on January 27, but the situation is in constant movement.

By Jackob Savard and Carl Savard


Photo by Tony Chung

Wednesday January 24th
Some people are wondering why Semen Elistratov is not on the list of banned athlete for Pyeongchang since he was part of the the meldonium incident of spring 2016. The thing is, when the World anti-doping agency (WADA) decided to ban meldonium, they had no idea how long it would take for the system to eliminate the substance. They announced the ban in September 2015 stating that meldonium would be illegal as of January 2016 but without having made any test to know exactly how long it could take meldonium to disapear. A small amount of meldonium showed up in a test made on Elistratov after January 2016 but after being suspended, his suspension was lifted because it was more than possible that he had stopped receiving the substance months ago as soon as meldonium was added to the illegal substances list. Compared to tennis star Maria Sharapova, Elistratov's test came out with traces, not high amounts of the substance. The whole meldonium incident was handled in a rush by WADA. Officially, Semen Elistratov has a clear record.

Tuesday January 23rd (part 2)
With only three short track speed skaters available on the men's side for the "Olympic Athlete from Russia” delegation, the delegation will not be represented in the men's relay event. Kazakhstan who finished, the World cup season in ninth place, would be call upon to fill in the available spot at the Olympics. To learn more about the situation in long track, click HERE



Tuesday January 23rd (part 1)
Other than Viktor Ahn, Vladimir Grigorev and Denis Airatepyan, it seems like Tatiana Borodulina and Evgeniya Zakharova might be the two others short track speed skater banned from the Games. We will update as soon as we learn more. 

Monday January 22nd (part 2)
If you scan Instagram, you will see that some of the Russian short track speed skating athletes elligible to skate in Pyeongchang like Sofia Prosvirnova, Semen Elistratov and Ekaterina Efremenkova received their neutral olympic colours today. It is fair to say that if those received their clothing it means the table is set for the short track athletes which brings strength to the Viktor Ahn news.

Monday January 22nd (part 1)
Last Friday, the Invitation Review Panel responsible of confirming the names of the athletes elligible to be part of the delegation named  “Olympic Athlete from Russia” scratched off the names of 111 out of a list of 500 Russian athletes. Today, some report says the name of Viktor Ahn would be on that first list of banned athlete who will not be allowed to participate in the Games. His teammates Vladimir Grigorev and Denis Airatepyan are supposedly also on the list. Grigorev was part of the Russian relay team that claimed victory in Sochi and finished second in the 1000m individual event. This year, Airatepyan skated all season long in the World cup events and won a medal in the relay event at the European Championships.

We'll keep updating this article as more informations will become available.

MISE À JOUR 24 Janvier: Pas de Viktor Ahn à Pyeongchang


En décembre nous vous avions confirmé que les athlètes Russes intègres seraient en mesure de participer aux Jeux de Pyeongchang sous le drapeau olympique. (lire ICI) La liste définitive des athlètes russes invités ne sera dévoilée que le 27 janvier prochain.

Par Jackob Savard et Carl Savard


Photo: Tony Chung



Mercredi 24 janvier 2018
Plusieurs personnes se questionnent sur l'absence du nom de Semen Elistratov sur la liste des athlètes bannis en vu des Jeux de Pyeongchang 2018 parce que son nom est sorti lors de l'ajout du meldonium sur la liste des substances interdites par l'agence mondiale anti-dopage. En septembre 2015, il avait été annoncé qu'à partir de janvier 2016, la substance serait illégale, mais aucun test sérieux n'avait été fait pour prédire précisément combien de temps des traces de meldonium pouvaient encore apparaître dans les tests après que l'athlète ait cessé d'en consommer. Semen Elistratov avait testé positif au meldonium quelques semaines après la date du 1er janvier 2016, mais sa suspension avait été annulée parce qu'il était plus que possible qu'il ait cessé d'en faire usage dès que le produit a été banni, mais que des traces soient toujours présentes. Comparativement aux résultats de test de la championne de tennis Maria Sharapova, la présence de meldonium dans les tests d'Elistratov étaient apparemment minime. La situation du meldonium a été gérée à la va-vite par l'agence. Officiellement, le dossier de dopage de Semen Elistratov est vierge.

Mardi 23 janvier 2018 (partie 2)
Avec seulement trois athlètes masculins disponibles en courte piste, ceci veut dire que la délégation “Athlètes olympiques de Russie” ne pourra prendre part à l'épreuve du relais chez les hommes. Le Kazakhstan qui a terminé au neuvième rang serait appelé à combler cette place laissée vacante par la vague de bannissements d'athlètes russes. Pour en apprendre plus sur la situation en longue piste cliquez ICI 



Mardi 23 janvier 2018 (partie 1)
Autre que Viktor Ahn, Vladimir Grigorev et Denis Airapetyan, les noms de Tatiana Borodulina et Evgeniya Zakharova sont maintenant ceux qui circulent comme ayant été rayés de la liste d'éligibilité. Nous continuons de suivre la situation.

Lundi 22 janvier 2018 (partie 2)
Si vous visitez Instagram aujourd'hui, vous pourrez voir que des athlètes Russes de patinage de vitesse courte piste comme Ekaterina Efremenkova, Sofia Prosvirnova et Semen Elistratov ont reçu leurs vêtements olympiques d'athlète neutre en vue des Jeux. Cette information permet de conclure que les décisions sont prises en courte piste ce qui ajoute au poids des informations qui circulent au sujet de Viktor Ahn. 

Lundi 22 janvier 2018 (partie 1)
Vendredi dernier, le comité d'examen pour la formation de la délégation qui portera le nom de “Athlètes olympiques de Russie” lors des Jeux a rayé le nom de 111 athlètes sur une liste comptant 500 athlètes russes éligibles pour les Jeux. Le nom de Viktor Ahn ferait parti de cette liste d'athlètes ne pouvant compétitionner à Pyeongchang le mois prochain. Ses coéquipiers Vladimir Grigorev, médaillé olympique et Denis Airapetyan, médaillé au relais des Championnats d'Europe 2018, seraient également sur la liste. Viktor Ahn, autrefois Ahn Hyun-soo est le plus grand athlète masculin en patinage de vitesse courte piste de l'histoire. Cette situation viendrait jeter une tache indélébile sur la carrière de la légende. 



Suivez cet article que nous mettrons à jour au fur et à mesure que nous aurons plus d'informations.