avril 2020 ~ Passion/Patin/Vitesse - Passion/Speed/Skating

Discover the 2019-2020 short track international calendar

Upcoming season news in short track

Nos autres adresses / Our other spaces

Venez nous rejoindre! / Come and join us!

Pages

16 avril 2020

The 2020 short track world championship is now officially cancelled








Photo: Martin Holtom

The 2020 World Short Track Championships are now officially cancelled. While the possibility of a postponement  had not been ruled out yet, the ISU decided to officially cancel it today. Therefore, there will be no World Champions in short track in 2020.

Here's the ISU official statement

Mindful of the escalating negative COVID-19 developments, the resulting world-wide human tragedy and the measures taken by the public authorities as well as logistical challenges the ISU Council during its on-line meeting held on April 16, 2020 concluded that a postponement of the pending 2020 ISU Championships is not possible. Consequently, the ISU Council has decided that the following ISU Championships must be definitely cancelled:
- ISU World Short Track Speed Skating Championships, Seoul, March 13-15, 2020
- ISU World Figure Skating Championships, Montreal, March 16-22, 2020
- ISU World Synchronized Skating Championships, Lake Placid, April 3-5, 2020.

In regard to the planning of the 2020/21 skating season and considering the uncertain development of the COVID-19 crisis and its impact on the staging of international sports events, the ISU Council will hold another on-line meeting on April 28 when different scenarios of the COVID-19 developments and impact on the ISU Event calendar will be discussed. The objective is to work out and communicate to all stakeholders options suitable for different scenarios in order to limit the uncertainty to the strict minimum.

Le Championnat du monde courte piste 2020 est officiellement annulé

Photo: Martin Holtom

Les championnats du monde courte piste 2020, qui devaient se tenir à Séoul, sont maintenant officiellement annulés. Alors qu'un report de ce championnat n'avait pas été écarté pour le moment, la ISU a pris la décision aujourd'hui de se concentrer sur la saison 2020-2021. Il n'y aura donc pas de champions du monde courte piste en 2020.

Traduction libre du communiqué du 16 avril de la ISU:

Conscient de l'évolution rapide de la COVID-19, de la tragédie humaine mondiale qui en résulte et des mesures prises par les autorités publiques ainsi que des défis logistiques, le Conseil de l'ISU a conclu, lors de sa réunion en ligne du 16 avril 2020, qu'un report des championnats de l'ISU 2020 ne sera pas possible. En conséquence, le Conseil de l'ISU a décidé que les championnats de l'ISU suivants doivent être définitivement annulés :

Championnats du monde de patinage de vitesse courte piste de l'ISU, Séoul, 13-15 mars 2020
Championnats du monde de patinage artistique de l'ISU, Montréal, du 16 au 22 mars 2020
Championnats du monde de patinage synchronisé de l'ISU, Lake Placid, 3-5 avril 2020.

En ce qui concerne la planification de la saison de patinage 2020/21 et compte tenu de l'évolution incertaine de la crise COVID-19 et de son impact sur l'organisation des événements sportifs internationaux, le Conseil de l'ISU tiendra une autre réunion en ligne le 28 avril, au cours de laquelle différents scénarios de l'évolution de la COVID-19 et de son impact sur le calendrier des événements de l'ISU seront examinés. L'objectif est d'élaborer et de communiquer à toutes les parties prenantes des options adaptées aux différents scénarios afin de limiter l'incertitude au strict minimum. 

8 avril 2020

Ce qui compte vraiment


Un texte de Rémi Beaulieu
Photos: Andréa Pok et collection personnelle de Rémi Beaulieu

Mon premier voyage international pour représenter le Canada n’a pas été une coupe du monde. J’étais avec une dizaine d’autres patineurs. Nous avions environ 20 ans et nous étions membres de l’équipe nationale de développement et remplis d’ambitions. Notre entraîneur à l’époque, le Hongrois Janos Englert, désirait nous faire voyager afin de nous préparer à compétitionner à l’extérieur de notre continent.
Nous sommes donc parties, direction l’Europe. Le plan était de participer à deux compétitions, une Star Class en France et la Alta Valtellina, en Italie. Nous devions faire la route entre les deux villes, ce qui demande de traverser une partie de l’Europe du nord au sud à travers les Alpes, en voiture.

Lorsque j’étais adolescent, le patinage de vitesse courte piste n’était pas un sport dont tu pouvais réellement espérer vivre. Loin de moi était l’idée de devenir un jour membre de l’équipe nationale d’une des plus grandes puissance au monde. Loin de moi était l’idée que le patin me ferait voyager sur d’autres continents.

En tant que jeune sportif, j’étais comme tous les autres. J’avais le désir de gagner, de devenir meilleur, d'aller le plus loin possible. J’étais stressé par mes performances mais concentré sur mes performances.


Ce voyage en Europe n’avait aucune signification au niveau des résultats. Qu’importe, il est facile d’oublier le moment présent et de tomber dans les abysses du désir de performer à tout prix. Tous les athlètes doivent se battre face à cet équilibre. Des fois nous gagnons, des fois nous perdons.


La deuxième semaine de notre voyage était à Bormio, un petit village Alpin dans le nord-ouest de l’Italie. Nous logions dans une petite auberge. L’aréna était située à un petit dix minutes de marche plus bas dans le village.

J’ai grandi dans une petite ville du nord du Québec. J’ai dû m’exiler jeune afin d’aller m'entraîner dans la grande ville. Pour moi, le fait d’avoir à quitter ma famille et mes amis a façonné le reste de ma carrière. J’avais de l’ambition. Par contre, à aucun moment je n’avais pensé un jour me retrouver dans un petit village italien. Arrivé devant l’aréna en provenance de notre auberge, on se retrouve face à la vallée. Je me souviens de ce moment comme si c’était hier.

Avant d'entrer, j’ai voulu prendre une minute afin d’apprécier le moment. La vue sur la vallée et les montagnes majestueuses. L’air frais. L’odeur des arbres. Le fait que j’étais là, sur un autre continent, face au paysage le plus extraordinaire que j’avais jamais vu. Surtout, le fait que la seule chose que j’avais à faire dans ma journée était d’aller faire des courses. En patin.

Aujourd'hui encore, en fermant les yeux, j’ai la vue, l’odeur et le sentiment que j’ai éprouvé à ce moment.

Après ce voyage, je n’ai jamais eu de médailles accrochées chez moi. À mon arrivée des compétitions, elles étaient placées dans une boîte, même celles gagnées en coupe du monde. Elles ont longtemps été dans un garde-robe, chez ma mère, mais mes souvenirs de voyage en France, en Allemagne, en Chine, au Japon, les images, les odeurs, les émotions, les amitiés sont toujours avec moi.

Rémi Beaulieu
Kinésiologue. 12X Médaillé en Coupe du Monde en patinage de vitesse courte piste pour Équipe Canada. Entraineur de patinage de vitesse depuis 6 ans du niveau régional au
niveau international.
Site web : remibsc.com

What really counts


A text by Rémi Beaulieu
Photos: Rémi Beaulieu's personnal collection and Andrea Pók

My first international trip to represent Canada was not for a World Cup. I was with a dozen other skaters,  all about 20 years old and we were members of the national development team at the time. Our coach, Hungarian Janos Englert, wanted to take us on a journey to prepare us to compete overseas.

So we flew to Europe. The plan was to compete in two competitions, a Star Class in France and the Alta Valtellina Trophy in Italy. We had to drive between the two cities, which required crossing part of Europe from north to south, through the Alps, by car.

When I was a teenager, I never thought it was possible to make a living out of short track speed skating. I never even thought that one day I could become a member of the Canadian national team, one of the best teams in the world at the time or that skating would take me to other continents. 

I was like every other young athlete. I had the desire to win, to become better, to go as far as possible and although the desire to give great performances brought me a lot of stress, performing was all I had in mind.


This trip to Europe had no real value in terms of results. It's easy to forget the present moment and fall into the abyss hiding behind the desire to perform at all costs. All athletes must fight to find balance. The reality is that you win some and lose some.

The second week of our trip was in Bormio, a small Alpine village in the northwest of Italy. We were staying in a small hostel. The arena was located a short ten minutes walk down the village.

I grew up in a small town in northern Quebec and had to leave home at a young age to train in Montreal. Having to leave my family and friends shaped the rest of my career. I had ambition but at no time did I thought skating would get me to a small Italian village. I remember the view we had facing the valley when we arrived in front of the arena from our hostel. This moment is clear in my mind as if it was yesterday. 
Before getting inside, I wanted to take a minute to appreciate the moment. The view on the valley. The majestic mountains. The fresh air. The trees' smell. The fact that I was there, on another continent, facing the most extraordinary landscape I had ever seen. I also wanted to take a moment to realise that the only thing I had to do that day was get on my skates and race. Even today, when I close my eyes, I still have the sight, the smell and the feeling that I had at that moment.

After that trip, I never had any medals hanging in my house. When I arrived from any competition, they were placed in a box, even the ones I won in World Cup events. They've been in a closet at my mother's house for a long time but my memories of traveling to France, Germany, China, Japan, the images, the smells, the emotions, the friendships they are always with me.

Rémi Beaulieu
Kinesiologist. 12X World Cup medallist in short track speed skating for Team Canada. Speed skating coach for 6 years from regional level to international level.
Website: remibsc.com