mai 2017 ~ Passion/Patin/Vitesse - Passion/Speed/Skating

Montréal and Salt Lake City to host the 2020 Four Continents championships

Great news in the world of short track and long track!

Saluting national records

Bulletin #3, December 2018

Les records nationaux sous les projecteurs

Bulletin #3, Décembre 2018

Nos autres adresses / Our other spaces

Venez nous rejoindre! / Come and join us!

Pages

31 mai 2017

The cold war on wheels

one20five copie.png
It has been almost four years since Matter and Powerslide started the discussion about 125mm wheels. Some people tought it would never work and that 110mm were there to stay. This new type of wheels is now getting more popular.

Par Jackob Savard

The beginning
Once again the folks at Matter were the ones trying to get a new diameter accepted. The american company allied with Powerslide and launched a big publicity campaign to get those wheels known and accepted. One of their strategy was to build a team for the 24h of Le Mans and break the world record. Bart Swings, Peter Micheal, Felix Rhijnen and the rest of the team broke the record on the one20five wheels and it was the beginning of the 125’s popularity.

It is in the Official Technical Bulletin of January 2016 that the FIRS announced that the 125mm wheels would be accepted in the marathons and long distances events. This announcement was a big revolution in the inline speed skating world.  

Haters are getting to the drawing board
Behind the scene, Matter's rivals were trying to create some 125’s while they were publicly hating on them. The future was in this diameter and they knew it. At the beginning there was a lot of frames on the market but the one20five Matter wheels were the only serious wheels. Companies that were completely against this new diameter all started to share prototypes on the social medias and talk about this revolution. The race to 125mm wheels had started.
0010.jpg

Some skaters on 125’s at the start of the Quebec cup #1 Photo: Passion/Speed/Skating

Aluminium Hub: another revolution?
The first wheel that came out to compete with the one20five was the Red Magic Hardcore from Bont and MPC. They tried to counterpunch with a another revolution and we need to give them credit for that. It was an interesting idea. Those wheels with an aluminium hub are a good choice for big skaters on straight lines.

More choices on the market
While Matter already have a lot of different 125 wheels like the one20five, the g13, the code white and the image other companies are on their first generation of 125mm wheels. We are thinking about Arma, Atom, Rollerblade and Mota and other Matter rivals. A lot of interesting wheels are arriving on the market and everybody can find the wheels that fit them best.  

Some cheaper 125mm wheels are now arriving so that everybody can try this diameter. The Matter image is a mid-range wheel that is really good for training and the new Powerslide Infinity plus that just came out also have a really interesting price. Felix Rijhnen from Germany got on the podium of the Rhein-Main Skate-Challenge marathon with these new Powerslide wheels.

The people at Matter were not so crazy with their idea of 125mm wheels because this diameter is now the reference for long distance races and every other companies are now imitating them. It is a revolution for our sport and the advantages are evident.  

Where do you think this constant evolution of wheels will go next?

Course à l’armement

one20five copie.png

Il y a maintenant près de 4 ans que Matter et Powerslide ont commencé les discussions à propos de roues de 125 millimètres. Certains croyaient que ce nouvel assemblage ne fonctionnerait jamais et que le 110mm était fait pour rester. Ce diamètre, certes audacieux, mais très profitable, devient la norme pour certains types d'épreuves et toutes les compagnies se sont jointes à la course.

Par Jackob Savard

Le commencement
C’est une fois de plus la compagnie Matter qui pousse dans l’innovation et prône un plus gros diamètre. La compagnie de roues américaine alliée avec la marque allemande Powerslide s’est lancée dans une grande campagne publicitaire pour tenter de faire connaître et accepter ces roues. Un de leurs premiers coups publicitaires a été de créer une équipe de champions du monde tous équipés en 125mm pour le 24h du Mans de 2015. Ils avaient alors fracassé le record de l’événement et Bart Swings avait battu le record du tour le plus rapide avec cette nouvelle technologie.

C’est dans son bulletin technique de janvier 2016 que la FIRS (Fédération internationale roller sports) avait annoncé la nouvelle: les roues de 125mm allaient pouvoir être utilisées officiellement lors des marathons et les plus longues distances, et ce dès le 1er février 2016. Pour le monde du roller, cette annonce a été une révolution tout aussi marquante qu’à l’arrivée des 110mm il y a un peu moins de 10 ans.

Les détracteurs se lancent dans la création
Pendant qu’ils dénigraient tout à propos des 125mm, les concurrents de Matter étaient en train de créer leurs propres modèles de leurs côtés. L'avenir était dans les 125mm et ils le savaient. Au début, le choix de platine était assez varié, mais les roues one20five de Matter avaient le monopole. Assez rapidement, des compagnies qui étaient complètement contre ce nouveau diamètre se sont mises à mettre des photos de prototypes sur les réseaux sociaux et à informer leurs fans de l’arrivée imminente de telles roues. La course à l’armement était lancée.  
0010.jpg

Quelques patineurs en 125mm au départ de la Coupe Québec #1 Photo: Passion/Patin/Vitesse

L’aluminium, une autre révolution?

La première roue qui pouvait espérer faire concurrence au modèle de Matter était la Red Magic hardcore de Bont et MPC. Les deux marques ont tenté de renchérir avec une autre évolution pour tenter de devancer Matter: un noyau en aluminium. Les Red Magic sont des roues intéressantes et des patineurs de grand gabarit peuvent y trouver leur compte, particulièrement sur des tracés longilignes.

L’arrivée des autres marques
Alors que Matter a déjà plusieurs modèles, dont les deux générations de One20five, les g13, les Code white et les Image, d’autres compagnies comme Arma, Mpc, Atom, Rollerblade et Mota en sont à leur première génération de 125mm. Plusieurs modèles voient ainsi le jour avec chacun leurs spécificités qui sauront plaire à chaque type de patineurs.

Des nouvelles roues de 125mm plus abordables font également leurs entrées dans le monde du roller. Nous pensons notamment aux Matter Image, qui sont de bonnes roues d’entraînement, et aux nouvelles roues Infinity Plus de Powerslide, qui ont également un prix très intéressant. L’Allemand Felix Rijhnen est d’ailleurs monté sur le podium du Rhein-Main Skate-Challenge avec ces nouvelles roues. Les roues de la gamme Rollerblade sont aussi assez abordables.

Les gens de chez Matter ne devaient pas être si fous, car les 125mm sont devenues la référence en terme de roue pour les longues distances et tout le monde s’est mis à les imiter. C’est une révolution pour notre sport et les avantages de ce diamètre sont évidents.

Jusqu'où pensez-vous que cette constante évolution des roues se rendra?



26 mai 2017

Territoire inexploré - rencontre avec Sean et Ryan McAnuff


Ambassadeurs irlandais sur courte piste.

Texte : Carl Savard
Photos: Eric Guilhe, Passion/Patin/Vitesse et collection personnelle de Ryan & Sean McAnuff

Je me rappelle des premières fois où j’ai vu patiner les frères McAnuff. Ils n’avaient pas le physique classique des autres patineurs de leur âge. Une solide charpente, de larges épaules, ils ressemblaient plus à des nageurs élites qu’à des patineurs de vitesse. Les patineurs plus menus prenant place sur la ligne de départ avec eux semblaient parfois se demander comment ils feraient pour les dépasser sur un tracé déjà petit. Une chose était sûre par contre, physique classique ou non, Ryan et Sean McAnuff étaient définitivement puissants. Si tout le monde pouvait voir leur potentiel à l’époque, personne n’aurait misé sur la possibilité de les voir sur le circuit de la Coupe du Monde seulement quelques années plus tard.

J’ai profité de ma présence à Sherbrooke,Qc pour les Championnats Québécois Ouverts en courte piste le mois dernier pour m’asseoir avec Sean et Ryan et discuter de tout ce qui s’est passé dans leur vie d’athlète dans les deux dernières années. J'avais également envie de savoir comment le patinage de vitesse courte piste était entré dans leur vie.

(R.M.) “Nous avons deux frères plus âgés. Le plus vieux avait vu les compétitions de courte piste à la télé lors des Jeux Olympiques et s’est dit qu’il aimerait essayer. Nous avons trouvé un club dans la ville où nous avons grandi à Oakville en Ontario et nous avons tous tenté l’expérience. Les deux plus vieux n’ont pas continué, mais Sean est moi avons persévéré. Nous patinons depuis environ quatorze ans maintenant .”

Quand est venu le temps de choisir une université pour continuer leurs études, les deux jeunes hommes ont choisi l’université Bishop à Sherbrooke. Ils ont par le fait même joint le Club de patinage de vitesse de Sherbrooke. Alors que leur passion pour leur sport est plus qu’évidente, la profondeur du bassin des espoirs canadiens versus l’âge qu'ont Sean et Ryan en ce moment et leur développement, donnait l’impression que la fenêtre d’opportunité de patiner au niveau international pour le Canada était mince. C'est tout naturellement qu’une autre option s’est présentée à eux.

(R.M.) "Nous possédons notre nationalité irlandaise grâce notre père depuis notre jeune âge, mais n’avions jamais pensé représenter l’Irlande en patinage de vitesse étant plus jeune. Notre père était en contact avec le président de la fédération irlandaise de patinage. L’Irlande possédait des accréditations de l’ISU pour le patinage artistique, mais ne connaissait pas vraiment le patinage de vitesse. Nous avons enquêté pour voir s’il serait possible d’implanter un programme ou de créer de l’intérêt pour ce nouveau  sport en Irlande. Durant les vacances de Noël 2014, nous sommes partis toute la famille pour l’Irlande et avons apporté avec nous des patins, des casques, des protège-cous et des combinaisons et avons organisé un mini-camp d’essai de patinage de vitesse courte piste.”  Comme le disait si bien la réplique du classique film américain de Le champ des rêves (Fields of Dreams): “Si vous le construisez, ils viendront”. Une douzaine de curieux enthousiastes se sont présentés pour ce camp. Certains n'ayant aucune expérience de patinage, d’autres étant issues du patinage artistique. Deux ans plus tard, les McAnuff répètent l’expérience sur une glace extérieure de Dublin. Somme toute, on peut dire que la famille McAnuff est responsable de la naissance du patinage de vitesse en Irlande. Que pouvaient-ils faire pour promouvoir encore plus leur sport favori en Irlande? Patiner sur le circuit international bien sûr!


(R.M.) “Nous avons écrit le livre de règlements pour le patinage de vitesse en Irlande en nous basant sur ceux des États-Unis et du Canada qui sont facilement disponibles. Les différentes règles, les distances à parcourir basées sur l’âge de l’athlète, des choses comme ça. Par la suite le document à été remis à l’ISU par la fédération irlandaise pour approbation. En juillet dernier, l’Irlande recevait des accréditations pour le patinage de vitesse. De façon réaliste, à court terme, nous étions conscient que nous ne patinerions pas pour le Canada alors nous avons pensé qu’il serait inspirant pour l’Irlande de nous voir les représenter sur le circuit international. En ce moment, à part nous, deux autres patineurs représentent l’Irlande. Ils ont participé à des compétitions du circuit StarClass en Europe.”

Se joindre au circuit de Coupe du Monde en bâtissant quelque chose est déjà un fait d’armes intéressant, mais qu'en est-il des sentiments ressentis la première fois qu’on met le bout de notre lame derrière la ligne de départ d’une compétition aussi importante?



(S.M.) “Regarder à ma droite sur la ligne de départ et voir un patineur comme Sjinkie Knegt, ça peut être intimidant, mais tu dois te concentrer sur ce que tu dois faire pour offrir une bonne performance au lieu de penser au fait qu’il a été champion du monde.”
(R.M.) “De plus, on patine beaucoup mieux en patinant avec les meilleurs.”

(S.M.) “Patinez avec eux nous aide à nous dépasser.”

En plus de l’incroyable expérience de compétition, les deux frères apprécient les autres opportunités que cette aventure leur apporte. En plus des voyages, le fait de côtoyer des athlètes venant de partout est enrichissant. Comme ils ne sont que deux, ils partagent la glace lors des entraînements pré-compétitions avec des équipes d’autres pays. Ryan a même patiné avec l’équipe de Russie. Même si en mettant les pieds sur la glace il se demandait si quelqu’un parlerait anglais, il a eu beaucoup de plaisir à partager cet période d’entraînement avec les patineurs et les entraîneurs russes. La plupart des gens rencontrés durant la saison étaient content pour eux et heureux qu’ils fassent la promotion du patinage de vitesse courte piste dans un nouveau pays.

Les Jeux Olympiques de Pyeongchang 2018
La prochaine saison sera un peu différente pour les McAnuff. Même si la passion et le désire d’obtenir de meilleurs résultats seront toujours présents, la prochaine saison est une saison Olympiques et l’idée que l’un d’eux ou même les deux puissent prendre part aux Jeux de Pyeongchang donne un peu le vertige.  Les résultats à obtenir pour tourner ce rêve en réalité demanderont beaucoup de travail, mais le défi est réalisable. Ils devront finir parmi les trente-deux premiers sur une distance dans trois des quatre manches de la Coupe du Monde cet automne. La saison dernière à Calgary, Sean a terminé 40e sur 1000m et 38e sur 500m alors que Ryan a terminé 34e sur 1500 et sur le deuxième 500m de la fin de semaine. À Gangneung en Corée du Sud, Sean a terminé 42e sur 1500m et 41e sur le deuxième 1000m alors que Ryan était pénalisé sur 1000m et bouclait  la compétition en 31e position sur 500m. Alors que Ryan vient de compléter ses études en biologie, Sean a décidé de prendre une année de pause pour se concentrer sur le patin. Il était clair durant notre discussion que la possibilité de représenter l’Irlande aux Jeux Olympiques serait un incroyable outil pour développer le patinage de vitesse dans le pays de leurs ancêtres. Un projet de construction d’un aréna à Dublin a été mis sur la glace dernièrement. Pouvoir parader aux Jeux Olympiques leurs magnifiques combinaisons vertes, blanches et oranges, pourrait aider à remettre ce projet sur les rails.

En dehors de la glace
Il y a une raison pour laquelle Sean et Ryan ne m’avaient pas paru avoir le physique classique des patineurs de vitesse. Si le vieil adage “Everyday is leg day” (tous les jours on entraîne les jambes) est vrai pour la majorité des patineurs, pour les frères McAnuff, la routine est un peu différente. Ils sont tous les deux passionnés d’entraînement en tout genre depuis plusieurs années et partagent depuis deux ans sur Instagram ( @elite_performance_training ) des vidéos des différents types d’entraînements faisant parti de leur quotidien. Ils sont tous les deux entraîneurs personnels certifiés et ont lancé l’automne dernier leur site Web  où ils offrent des programmes d’entraînement personnalisé. La possibilité que ceci deviennent leur carrière dans le future n’est pas écartée. De plus, ce projet pourrait les aider à financer leur carrière sur glace.


Je vous suggère fortement de garder un œil sur Sean et Ryan McAnuff. Si le travail acharné porte toujours fruit, les Irlandais sur patins n’ont sûrement pas fini de nous surprendre autant sur la glace qu'en dehors de celle-ci avec leur désir profond de promouvoir le patinage de vitesse en Irlande. Sean et Ryan sont présentement à Salt Lake City jusqu'au 12 juin en préparation pour la prochaine saison.

9 mai 2017

La saison internationale en roues alignées est bien lancée


Après cinq épreuves de la Coupe d’Europe, les forces en présence pour la saison 2017 de roues alignées commencent à être connues.

Par Jackob Savard

Photos gracieuseté du site www.djoe-ailliaud-photographie.fr

Les cinq premières manches de l'Europa Cup qui se sont déroulées au Portugal, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas nous ont permis de cerner les patineurs à surveiller pour les prochaines grandes compétitions. Certains patineurs ont visiblement eu une très bonne préparation et se surpassent depuis quelques semaines.

Deux colombiennes, une française et une américaine en tête chez les dames

La championne du monde, Fabriana Arias Perez est dans sa zone cette saison. Ses participations au Trophée des 3 Pistes et au Geisingen International ont été très remarquées. Elle a tout simplement tout remporté aux 3 Pistes et elle a offert une belle performance avec une deuxième position au cumulatif à Geisingen. En matière de longues distances, elle est invaincue depuis le début de la saison.

Une autre colombienne dont on se doit de parler est Jhoana Viveros. Elle a un excellent début de saison avec une cinquième position à Geisingen et une victoire au classement général à Gross-Gerau.

Juliette Pouydebat a participé aux 4 premiers événements de la Coupe d’Europe. Elle a fait preuve d’une bonne constance avec trois top 10 soit une 3e, une 6e et une 9e position au cumulatif.

L’américaine Erin Jackson a été fumante sur les distances sprint à Lagos et dans les deux étapes d’Allemagne avec notamment sa victoire au 200m lancé à Geisingen et au 500m à Gross-Gerau.


La compétition toujours plus féroce chez les hommes
Diogo Marreiros a  participé à toutes les compétitions depuis le début de la saison. Le portugais a d’ailleurs toujours bien performé avec des top 10 à chaque reprise dont une 2e place au cumulatif à Lagos et à Heerde et une 3e position à Gross-Gerau.

Le français Elton de Souza est l’un de nos patineurs favoris et il performe très bien depuis le début de saison. Il a terminé 7e à Lagos, 5e aux 3 pistes, 3e à Geisingen, 4e à Gross-Gerau et il a remporté la Holland Cup. Il performe bien dans les courtes distances et il réussi à tirer son épingle du jeu dans les longues distances en solitaire contre les grosses équipes. Il est très impressionnant et ça s’annonce bien pour le reste de la saison.

Gwendal Le Pivert est, selon notre équipe, le sprinteur par excellence jusqu'à maintenant sur la scène mondiale. Le triple champion du monde 2016 continue sur sa lancée avec de belles victoires aux 3 Pistes et à Gross-Gerau. Il est dans une classe à part pour ce qui est du sprint.

Le belge Bart Swings n’a plus besoin de présentation dans le monde du roues alignées et il connaît encore une fois un très bon début de saison. Il a remporté le Geisingen International et a signé sa huitième victoire au critérium de Gross-Gerau. Aidé par une équipe solide, il a su finir le travail et faire le nécessaire pour l’emporter.

Mentions spéciales
Quelques mentions honorables décernées par notre équipe à Nolan Beddiaf pour sa belle victoire au Trophée des 3 Pistes, Hamilton Patino Dorado pour ses performances à Geisingen et Patxi Peula qui a lui aussi bien débuté sa saison avec une victoire à Lagos. Ils seront tous à surveiller pour le reste de la saison.

La suite
La plupart de ces patineurs se préparent pour leurs championnats nationaux, puis les championnats européens et les mondiaux. La saison des marathons commencera également bientôt et nous ne manquerons pas d’événements à couvrir pour vous. Ce sera une belle saison de roues alignées.  


8 mai 2017

Inline season is well on its way

After five European Cup events we can already predict who are gonna be the best skaters of the season.

By Jackob Savard
Pictures courtesy of www.djoe-ailliaud-photographie.fr

The first five stages of the European Cup that were held in Portugal,  France, Germany and the Netherlands gave us a good idea of the skaters that we should see a lot on the podiums this summer. Some skaters were definitively well prepared and are getting awesome results.

Two colombians, a french and an american in the top ladies

The world champion Fabriana Arias Perez from Colombia is in her zone this season. Her results at the Trophée des 3 Pistes and at the Geisingen International were remarkable. She has won everything at the 3 Pistes and got second overall in Geisingen. She is unbeaten in the long distances this season.

Another colombian that performed well in the first few competitions his Jhoana Viveros. She finished fifth in Geisingen and won the overall ranking at the International Kriterium of Gross-Gerau.
Juliette Pouydebat from France participated in the first four European Cup events and she got three top 10 in those four events with a 3rd, a 6th and 9th place.

Erin Jackson dominated the sprint distances in Lagos and at the two events in Germany. The american won the 200m dobbin sprint in Geisingen and the 500m in Gross-Gerau.


A lot of battles on the men's side of the competition
Diogo Marreiros his one of the skaters that impressed us the most so far this season. The portuguese skater participated in all the events and got a top 10 in all of them. He finished second in Lagos and in Heerde and third in Gross-Gerau.  

Bart Swings does not need introduction anymore in the inline speed skating world and he is having a really good season so far. He defended his title in Geisingen and won the Kriterium of Gross-Gerau for the 8th time. Helped by a solid team, he was able to finish strong and take the wins.

Our team believes that Gwendal le Pivert is the ultimate sprinter on the international level this year. The triple world champion in 2016 continues his domination with great victories at the three tracks and in Gross-Gerau. He is in a class of his own in the 500m and it should be a good year for him.

The french Elton de Souza is one of our favourite skaters and he is getting really good results this season. He finished seventh in Lagos, fifth at the 3 Pistes, third at Geisingen, fourth in Gross-Gerau and won the overall ranking at the Holland Cup in Heerde. He is performing well in both the short and long distances and he is able to get good results even if he does not have a team as strong as the other favourites helping him out. He is really impressive and we think he will have a really good season.

Honourable mentions
Our honourable mentions so far go to Nolan Beddiaf for is great victory at the Trophée des 3 pistes, Hamilton Patino Dorado for his great performances in Geisingen and Patxi Peula who also got a really good start with a victory in Lagos. We will keep an eye on them in the upcoming events.

Most of these skaters are now preparing for their national championships, the european championships and later this year the world championships. The marathon season will start soon and we will have a lot of events to cover for you. It’s going to be a great inline season!

2 mai 2017

Le patinage à roues alignées une nuisance pour la glace?

La pratique du patinage à roues alignées comme méthode de perfectionnement pour la glace mène souvent à un grand débat dans la communauté du patinage de vitesse.

Par Jackob Savard


Le patinage sur roues n’est pas très développé au Canada. Le patinage sur glace prend toute la place. Une des raisons du lent développement de ce sport au pays, est la croyance de certains entraîneurs et patineurs que pratiquer le roller durant la période estivale nuirait aux performances sur glace de l’athlète. La pratique du patinage à roues alignées comme complément est-il forcément négative pour un athlète pratiquant le courte ou le longue piste?

Gains d’agilité assurés
Le patinage à roues alignées permet au patineur un gain d’agilité à ne pas sous-estimer. Le courte piste nécessite extrêmement de stabilité et d’agilité pour pouvoir être en mesure d’effectuer des dépassements à très haute vitesse et être capable de pallier aux imprévus lors d’une course.

Utiliser le roller ne serait-ce que pour se déplacer, permet de gagner en agilité et de faire du volume. Des détails aussi simples que gérer des bosses, éviter des bouches d'égout et des trous vont améliorer la confiance et l'habileté sur patins. Le patinage à roues alignées permet également le renforcement des chevilles et du dos ce qui pourrait permettre d'éviter des blessures sur la glace.

Prises d’informations améliorés
En patinage de vitesse courte piste, un des aspects les plus importants est la prise d’informations et la capacité de réagir rapidement aux manœuvres des adversaires. Lors des compétitions sur roues, les pelotons de patineurs peuvent être très grands et il y a constamment du mouvement et des changements de position. Les patineurs doivent être alerte aux attaques et prendre l’information sans arrêt. Les patineurs courte piste pourraient améliorer leurs réflexes et leurs prises d’informations en participant à des événements de roller.
Un grand peloton prenant le départ du marathon de Laval 2016.
Photo: Karine Maltais


Avec l’arrivée du départ en groupe en longue piste, les patineurs ayant utilisé le roller pour s’entraîner comme Olivier Jean, Alexis Contin et Joey Mantia se réjouissent. La composante tactique du départ en groupe est très semblable à celle que l’on retrouve en roues alignées et préparez-vous à voir un grand nombre de rouleurs sur les podiums de glace dans les années à venir.

Endurance augmentée
Depuis toujours, le vélo est priorisé pour le volume et l’aérobie estival, mais le patinage sur roues amène les mêmes bienfaits en plus de pouvoir rester dans des mouvements semblables à ce que l’athlète fera sur la glace.

La tendance ces dernières années en courte piste tend vers des courses très rapides dès le départ sur 1000m et 1500m et les sprinteurs vont commencer à écoper. Le roller force le patineur à développer une endurance qui lui servira autant sur les routes que sur la glace et qui lui permettra de suivre un tempo rapide durant 13 tours et demi et de pouvoir se battre en fin de course.

L’utilisation du patinage à roues alignées n’est pas nécessairement quelque chose d’obligatoire pour un patineur de glace, mais il ne devrait pas non plus être écarté ou interdit par des entraîneurs, car il y a des avantages certains.

Is inline skating bad for ice skating?




The use of inline skating as a complement for ice skating brings a big debate in the speed skating community. Some skaters and trainers are saying that it could be bad for an ice skater to practice inline skating during summer.

By Jackob Savard
Photos by Carl Savard and Karine Maltais


Inline speed skating is not really developed in Canada where ice skating is king. One of the reasons of the slow development of this sport is that some trainers and skaters think that practicing inline speed skating during summer could be bad for the on ice performances. Is the use of inline speed skating as a complement is automatically negative for a short or long track speed skater? I don't think so.

Agility gains
Inline speed skating allows skaters to gain a lot agility and this should not be underestimated by the community. Short track requires a lot of stability to be able to make moves in high speed situations and react to unexpected race incidents. Small details like jump above bumps and cracks on wheels can improve confidence and agility on ice. Inline speed skating will also help reinforced the ankles and the back which can prevent on ice injuries.


Improved reflexes
In short track speed skating, reactivity is one of the most importants thing. A good short tracker should be able to react fast to the others skaters' moves. The pack is huge in inline speed skating competitions and the moves are endless. This force the skaters to be alert all race long and take the in a lot of informations to make sure no one is about to launch an attack. Short track speed skaters could improve their reflexes by doing some inline competitions.
The start of the 2016 Marathon of Laval.
Photo: Karine Maltais
With the arrival of the mass start in long track speed skating, inline skaters like Olivier Jean, Alexis Contin and Joey Mantia are happy. The tactical aspect of the mass start is already acquired by the inline speed skaters. Be prepared to see a lot of them on podiums during on ice competitions.

Increased endurance
Cycling has always been prioritised for summer aerobic and endurance strenghtening, but inline speed skating can have the same benefits with movements and strategies that are similar to the on ice techniques.

The actual trend in short track is to start every endurances races with a pace. The sprinters will start to be left behind in the next few years. Inline speed skating forces the skaters to develop their endurance and it will help them follow a fast 1500m on the ice and have the ability and energy to still make moves at the end.

The use of inline during summer doesn't have to be a must, but it certainly have big qualities that should not be dismissed.