janvier 2017 ~ Passion/Patin/Vitesse - Passion/Speed/Skating

Montréal and Salt Lake City to host the 2020 Four Continents championships

Great news in the world of short track and long track!

Saluting national records

Bulletin #3, December 2018

Les records nationaux sous les projecteurs

Bulletin #3, Décembre 2018

Nos autres adresses / Our other spaces

Venez nous rejoindre! / Come and join us!

Pages

25 janvier 2017

Looking for answers: a discussion with Sasha Fathoullin

On ice pictures for this article courtesy of Tony Chung @SHORTTRACKHD

(Carl Savard - Passion/Speed/Skating) 

There are things in life we do without thinking, like putting one foot in front of the other, opening a door or brushing our teeth. We do most of those things without thinking, because we've been doing them for as long as we can remember. In a way, by repeating them, those things became part of us. In Sasha Fathoullin's life, you can add speed skating to that list. The twenty-one years old young man born of a canadian mother and russian father, got into short track speed skating at the young age of four and never wondered why... until last year.

Fathoullin's first steps on the ice took place in Iqaluit, Nunavut. At about 6 700 souls, Iqaluit is the smallest capital in Canada representing the biggest territory in the country. His first coach, John Maurice, had started the Iqaluit Speed Skating Club in the begining of the 90's with the help of Sandra Chenard from Speed Skating Canada. I got in touch with Mr. Maurice and the pride he has in being part of Sasha's journey is evident : « Sasha was a great skater from the very beginning and could perform amazing tricks of dexterity on the ice. I was always impressed and I kept in touch with the Fathoullins when they moved to Calgary and watched him compete as he grew up. »

The Fathoullin family moved from Iqaluit to Calgary when Sasha was six years old. It's in Calgary that he began competing in both long track and short track speed skating and pretty fast, he started setting records in his age groups in both sports. At around 14 years old, Sasha decided to focus on short track and it didn't take long to be recognized as one of the top prospect in the country. At 16, he moved to Montreal to train under an elite team of trainers led by three times olympic medallist Jonathan Guillemette and five times olympic medallist and four time world champion Marc Gagnon. The young skater started shining at the national level and then rocketed his way to the international scene with participations in the World Junior Championships, the World Cup circuit and World Championships. During the 2015-2016 season, Sasha Fathoullin helped the canadian team win a medal in the relay event at the World Championships. Earlier that season, he had won a gold medal in team relay and a silver individually on 500m in his first ever World Cup participation. Even his old coach John Maurice had made the trip from Nunavut to Toronto to cheer for him. Everything seemed perfect, almost movie like. The kid born with a gift in a small town, growing up in a loving caring family. The kid who traveled twice all across the country, pursuing his dream, pushing himself to the limit, ending up winning two World Cup medals on his first try of fighting against the best skaters in the world. With such a scenario, you can't wait to see him back on the ice so you fast forward the movie to september 2016 at the the first major event in canadian soil and realise the young man is nowhere to be found. So let's rewind...

Rewind is exactly what I wanted to do when I sat with Sasha Fathoullin on the first day of the Canadian Senior Championships two weeks ago. I wanted to know how he was doing, what had happened, where was he? I didn't want to ask people in the stands, entourage or coaches. I wanted to ask him: How are you? Not the automatic How are you? we serve to everyone we meet and that gets ninety-five percent of the time answered by Good! I was going for the heartfelt How are you? and for about an hour, I received heartfelt answers.


Sasha told me how from the outsider point of view of the short track speed skating fan I am, the last few years of his career might have looked like a great movie, but it wasn't. How much pressure he was putting on himself when representing Canada at the World Juniors because he felt he HAD to succeed. He told me how his parents have always been the supporting kind, never pushing him but how HE would put pressure on himself anyway. Looking back, he feels like he wanted it too much. A great example of this, is the fact that after enjoying big success at the national level as a junior, he would change his preparation for the World Junior Championships thinking he needed to do more to fight with the elite from around the world, instead of trusting the game plan that had given him results on the national stage. How that magical 2015-2016 season, taking part in World Cup events and the World Championships, was incredible on a results point of view, but on a personnal level it was the toughest year of his life. For the first time of his career, he had an injury that brought him great pain. He wasn't going to complain about it, because he was where he and everybody thought he should be, but it did drained him of a lot of energy going forward. He started having major insomnia issues, being days without sleeping at all. He would still show up to the arena to train, because it was his routine and he didn't want to look weak or be a distraction for the team. He started being on auto-pilot and not enjoying the lifestyle at all, just going through the motion, hoping everything would settle down, but it didn't. He started feeling something he had never felt before: he didn't enjoy skating at that moment and just that thought made him realize that maybe, he needed a break, but not a day or two pause, a real break. Since the age of four, he had never been away from the ice for more than three months. 

« I'm not a quitter, but I needed answers. » told me Fathoullin has we were talking in the stands, while his partners of the last few years were fighting on the ice. It became evident to him that he wouldn't find those answers by keeping the train rolling, because based on all the symptoms he had at the time, his life was probably about to turn into a trainwreck. While he was part of a team at the training center, in his personnal life he felt alone and started to get lost in his thoughts. He was in a hole and  didn't know how he would get out of it. 

Some people wait too long to reset. Some people never do and die slowly. Sasha Fathoullin didn't let his decision be influenced by the fact that he had just won three medals at the higher level. He pulled the plug on his career and the timing of that decision is an amazing proof of how strong this young man is.


For the last six months, the kid from Iqaluit took time to reconnect with some of the things he needed in his life. He realised he could find balance and still chase his dreams. He had always been aware of how important his parents were to him, but exchanging with them about what he had gone through in the last few years and realising how supportive they would be of any decision that would come out of that break, made him realise he was in charge of his destiny. He was the one making the choices and he had to base those choices on his vision of happiness.

With the support of his coaches, he is now back at the training center, focussing on weight training to rebuild his muscle mass and cycling to bring back his aerobic level to a higher point. He jumped on the ice for the first time two days ago. While not being in action during the Canadian Senior Championships, he was a spectator all weekend long. Even though he went through a roller-coaster of emotions, being in a position he never really had been before, he enjoyed his weekend a whole lot. He was able to appreciate and evaluate the actions the skaters were taking on the ice and understand how they felt on Sunday, when the stakes were high and the adrenaline was through the roof.

There are things in life we do without thinking and we never wonder why. For sixteen years, speed skating was one of these things for Sasha Fathoullin.  Last year, he wondered why and finally found his answer : because he really loves it.






En quête de sens: rencontre avec Sasha Fathoullin

Les photos sur glace de cet article courtoisie de  Tony Chung @SHORTTRACKHD

(Carl Savard - Passion/Patin/Vitesse) 

Il y a de ces choses dans la vie que l'on fait sans se questionner, comme mettre un pied devant l'autre, ouvrir une porte ou se brosser les dents. Nous posons ces gestes depuis tellement longtemps, que nous avons oublié à quel moment nous les avons posés pour la première fois. Se questionner sur le comment ou le pourquoi ne nous vient jamais en tête. D'une certaine façon, à force d'être répétés, ces gestes sont devenus une partie de nous-même. Pour Sasha Fathoullin, le patinage de vitesse fait partie de cette liste. Le jeune homme homme de vingt-et-un an, né d'une mère canadienne et d'un père russe, a débuté le patinage de vitesse courte piste à l'âge de quatre ans et ne s'est jamais demandé pourquoi... jusqu'à l'an dernier.

C'est à Iqaluit, au Nunavut, que Sasha Fathoullin donne ses premiers coups de patins. Avec une population d'environ 6700 âmes, Iqaluit est la plus petite capitale du Canada, mais elle représente le plus grand territoire canadien en superficie. Son premier entraîneur, John Maurice, est à l'origine de la fondation du Iqaluit Speed Skating Club, mis sur pied au début des années quatre-vint-dix avec l'aide de Sandra Chenard de Patinage de Vitesse Canada. Un échange avec John Maurice, m'a permis de prendre conscience de la fierté qui l'habite d'avoir fait parti du parcours de vie de Sasha : «  Dès le début il était évident que Sasha était un bon patineur. Il arrivait a accomplir des exercices demandant beaucoup d'équilibre et d'agilité sur la glace. J'étais toujours impressionné et je suis resté en contact avec la famille Fathoullin après leur déménagement vers Calgary. J'ai continué à suivre son développement en compétition par la suite. »


La famille Fathoullin quitte Iqaluit pour Calgary alors que Sasha a six ans. C'est à Calgary qu'il commence à compétitionner autant en patinage de vitesse courte piste que longue piste. Très rapidement, Sasha fait tomber les records dans les deux disciplines à chaque groupe d'âge où il compétitionne. À quatorze ans, il décide de se concentrer sur le courte piste et est vite perçu comme l'un des plus beaux espoirs aux pays. À seize ans, sur invitation du quadruple champion du monde Marc Gagnon, Sasha quitte Calgary pour venir s'installer à Montréal. C'est sous la tutelle de Gagnon et de Jonathan Guillemette, à l'époque entraîneur chef du CRCE et triple médaillé Olympique, que ses rêves internationaux prennent forme. Ses performances nationales le propulsent promptement sur l'échiquier mondial, avec trois participations consécutives aux Championnats du Monde Juniors. Il joindra par la suite l'équipe nationale et représentera le pays sur le circuit de la Coupe du Monde et aux Championnats du Monde. En 2015, à sa première participation en carrière en Coupe du Monde, Sasha aide l'équipe canadienne à remporter l'or au relais, en plus d'ajouter une médaille d'argent à l'épreuve individuelle de 500m. Au même moment, dans les estrades, se trouve John Maurice, qui a fait le voyage de Iqaluit vers Toronto pour venir l'encourager. Tout semble parfait, un vrai scénario de film. Le petit gars, possédant un don, né dans un petit village du grand nord, qui a traversé le pays à deux reprises avant de faire son entrée dans La Mecque du patinage de vitesse pour réaliser son rêve. Le petit gars qui, à sa première occasion d'affronter les meilleurs au monde dans sa discipline, remporte deux médailles devant sa famille et son premier entraîneur. Avec un tel scénario hollywoodien, on ne peut s'empêcher de vouloir le revoir sur la glace au plus vite. On saisit la télécommande et on avance le film jusqu'à septembre 2016, alors que se tient la première compétition d'importance de la saison en sol canadien, mais rapidement on se rend compte, que le jeune homme n'y est pas. Alors on rembobine le film... pour mieux comprendre.

Rembobiner. Prendre du recul. C'est exactement l'angle que je voulais donner à ma rencontre avec Sasha Fathoullin, au premier jour des Championnats Canadiens Séniors. Je voulais savoir comment allait le jeune homme, ce qui s'était passé. Pourquoi était-il absent des sélections nationales en septembre dernier, alors qu'il avait remporté quelques mois auparavant, le prix de l'étoile montante en courte piste au gala de Patinage de Vitesse Canada. Je n'avais pas envie de poser ces questions aux gens qui gravitent autour du patinage de vitesse, à son entourage ou à ses entraîneurs. Je voulais lui demander à lui, comment il allait. Pas le classique Comment ça va? qu'on utilise d'emblée en croisant quelqu'un et dont la réponse sera presque assurément Bien! Je voulais commencer par un Comment ça va? venant du cœur et pendant une heure, c'est par des réponses venant du cœur que Sasha Fathoullin a répondu à mes questions.

Sasha m'a confié que pour le passionné de patinage de vitesse courte piste que je suis, ses dernières saisons pouvaient avoir eu l'air d'un film joyeux, mais que la réalité n'était pas aussi rose. C'est avec beaucoup de candeur qu'il m'a parlé de la pression qu'il s'était mise sur les épaules lorsqu'il avait eu l'opportunité de représenter le Canada aux Championnats Mondiaux Juniors à trois reprises. Comment il s'était mal préparé entre les sélections pour atteindre ses compétitions majeures et les championnats eux-mêmes. À l'époque, il n'avait pas confiance que ses performances au pays et sa préparation standard lui permettraient de compétitionner avec les meilleurs juniors au monde. Il pensait qu'il devait en faire plus, allant même jusqu'à tenter de nouvelles approches qui ne lui apportèrent rien d'autre que le sentiment, une fois sur place, de ne pas être prêt. Il m'a aussi parlé ouvertement du fait que bien que la saison 2015-2016 ait été impressionnante au niveau de ses résultats sportifs, sur le plan personnel ce fût l'année la plus difficile de sa vie. Pour la première fois de sa carrière, il était incommodé par une blessure, mais ne voulait pas s'en plaindre parce qu'à ce moment, il avait l'opportunité de se trouver là où il avait toujours voulu être. Puis, un autre problème de santé important avait fait son apparition. Il s'était mis à souffrir de problèmes d'insomnie majeur, allant même jusqu'à être plusieurs jours sans dormir. Malgré la blessure et l'insomnie, il avait continué à se rendre à l'aréna pour s'entraîner, parce que ça faisait partie de sa routine et qu'il ne voulait pas avoir l'air faible ou être une distraction pour l'équipe. Il avait fini par tomber en mode pilote automatique et tenté de maintenir le rythme en espérant que les choses se placent, en vain. Il avait finalement réalisé qu'un sentiment, jamais ressenti auparavant, s'était emparé de lui. Pour la première fois de sa vie, il n'avait plus de plaisir sur la glace, ce qui pour lui était totalement anormal. Cette prise de conscience, lui avait envoyé un message clair: il avait besoin d'une pause, une vrai pause. Depuis l'âge de quatre ans, il n'avait jamais été loin de la glace plus de trois mois. 

«Je n'abandonne jamais, mais j'avais besoin de réponses.» me confie Fathoullin dans les estrades de l'aréna Maurice-Richard, alors que ses coéquipiers des dernières années se battent sur la glace, pour pouvoir représenter le Canada aux Championnats du Monde en mars prochain. C'était devenu évident pour lui, qu'il ne trouverait pas les réponses à ses questions en continuant de rouler à fond de train. Les signes que son corps lui envoyait à ce moment étaient clairement des signaux d'alarme. Il s'apprêtait à frapper un mur. Même s'il faisait partie d'une équipe quand il était au centre d'entraînement, dans sa vie personnelle, il se sentait profondément seul et commençait à se perdre dans ses pensés.  Il était dans un gouffre et ne savait pas comment il s'en sortirait. 

Certains attendent trop longtemps, avant de prendre une pause pour remettre leur compteur à zéro. Certains ne le feront jamais et s'écraseront violemment.  Sasha Fathoullin n'a pas laissé ses premières médailles obtenues en Coupe du Monde et en Championnats du Monde influencer sa décision. Il a décidé de débrancher sa carrière, alors qu'il venait d'atteindre le dernier camp de base avant le sommet ultime. Cette décision fait foi d'une grande force de caractère, pour un jeune homme de vingt-et-un an.

Au cours des six derniers mois, le petit gars d'Iqaluit a pris du temps pour retourner aux sources. Il a réalisé qu'il pouvait atteindre un équilibre dans sa vie et tout de même travailler à réaliser ses rêves. Il avait toujours été reconnaissant envers ses parents et conscient de l'importance que ceux-ci avaient dans sa vie, mais prendre du temps pour discuter avec eux de ce qu'il avait vécu dans les dernières années, lui a confirmé que ses parents l'appuieraient nonobstant des décisions qu'il prendrait suite à cette pause. Cette pause lui a permis de réaliser qu'il était en charge de son avenir et que c'était à lui de faire les choix qui lui permettrait d'être profondément heureux dans la vie.

Appuyé par ses entraîneurs, Sasha est de retour à l'entraînement. Travaillant principalement en salle de musculation à rebâtir sa masse musculaire, et sur le vélo à retrouver ses capacités aérobiques, il a rechaussé ses patins dimanche dernier pour la première fois, depuis un long moment. Même s'il n'était pas sur la glace lors des Championnats Canadiens Séniors, Fathoullin a été présent à l'aréna tout le weekend. Étant placé dans une situation inhabituelle, son expérience fut par moment douce-amère, mais c'est avec beaucoup d'intérêt qu'il a suivi ce qui se passait sur la glace. Être spectateur lui a permis d'apprécier les actions posées par les patineurs sur la glace et de faire preuve d'empathie avec eux dimanche, alors que les enjeux étaient grands et que l'adrénaline était à son paroxysme.

Il y a de ces choses dans la vie que l'ont fait sans se questionner, sans se demander pourquoi. Pendant seize ans, le patinage de vitesse était l'une de ces choses pour Sasha Fathoullin. L'an dernier, il s'est posé la question et il a trouvé la réponse : parce qu'il aime ça pour vrai. 


18 janvier 2017

We are winter...but only during the Olympics

















Editorial
Carl Savard
Editor in chief
Passion/Speed/Skating

In the spring of 2012, my work brought me to start traveling all over Canada. One day, at the Vancouver International Airport, as I was heading towards a newsstand to grab snacks and a magazine for my flight back home, I noticed that two years after the 2010 Vancouver Olympic Games, there was still this huge picture of short track speed skating champion Charles Hamelin gracing the entry of the shop. I remembered how proud most of us were of having the 2010 Olympic Games at home, being able to see our champions winning on our own land, on the biggest stage possible in front of the entire world. At the Vancouver Olympics, Canada finished the games with twenty-six medals.  Ten of those were in speed skating or short track speed skating. Four years later in Sochi, the team had difficulties, but they still managed to gather five medals. In olympic history, Canada is 6th on the list of countries with most medals in speed skating and 3rd on the list for short track speed skating behind South Korea and China. In canadian olympic history, speed skating and short track speed skating are one and two for total of medals won by Canada during winter games. You may wonder why I'm stating all those numbers today? Well, here's why:

Last weekend, Montreal was hosting  the short track speed skating Canadian Senior Championships. An exciting competition that crowned smiling sensation Marianne St-Gelais and first time national champion Charle Cournoyer. As usual, a press release was shared the next day to announce the results of the weekend.  The press release also shared comments from the skaters who took part in the most important national competition of the season, but through the flow of good news, there was one phrase sharing a really bad one: «Canada will not take part in the sixth and last World Cup stage of the season in Minsk, Belarus.»

A few articles on the subject came out yesterday in major newspapers. To Sébastien Lajoie of La Tribune, Speed Skating Canada representative talked about major financial issues that needs to be taken care of right now before it gets worse. The value of the dollar and the lost of private investments are cited as major problems. Patrick Godbout, Communications and Media Relations Manager at Speed Skating Canada, also stated that the budget of the organisation was cut after the Vancouver Olympics. It would be hard not to think that the drop from ten medals to five between Vancouver and Sochi may be partly related to that budget cut. To CBC, Speed Skating Canada talked about the possibility of letting athletes, that would be willing to pay for their expenses, fly overseas to represent our country in the last World Cup event. If they are seriously thinking about giving out those permissions, they should give them  right now before it becomes too much of a hassle for athletes to buy tickets and found their best housing option. Even though this should be a short term solution and not become the norm, I hope athletes will get the OK. The idea of Canada not being represented at a World Cup event is unacceptable. Even tough the news that was shared yesterday was more focused on short track speed skating, long track is also concerned by this situation. While Canada sent 20 athletes in a long track speed skating World Cup event last fall, only six will take part in the 5th one and none in the last one of the season. We're talking major cuts here.

But now, what do we do? Is it acceptable that the hashtag #WeAreWinter only means something during the Olympics? That the winter sports that brings us the most recognition all around the world outside of hockey is not important enough to make sure canadian athletes will represent the country in the entirety of the World Cup season? That we may have to let our athletes pay to participate in a major event but still ask them to wear their national attire? What can we do to make sure such a sad situation doesn't resurfaces right after the 2018 Pyeongchang Olympic Winter Games, because don't be fooled, today's cut are made to be sure that we'll be fine to show the world that we're strong when everybody's watching next year. 

I'm not putting the blame on Speed Skating Canada for every problem that led to this decisison, we definitely need to question our government and also see how we can convince private investors to support speed skating in Canada. I do have some ideas and I'll be more than happy to share them soon on Passion/Speed/Skating at www.passionpvss.com but for now, if some of our best athletes are willing to go by their own means, let them go. 

Our athletes' pride deserves to be acknowledged, not restrain. We may not be winter 365 days a year every year after all, but they are. 

Erratum: a few minutes after sharing this text, I received a message from an athlete telling me they got the OK early this morning to go by their own means, but this situation still needs to be adressed. It shouldn't become the norm. 


Nous sommes l'hiver... mais seulement pendant les Olympiques


















Editorial
Carl Savard
Rédacteur en chef – Passion/Patin/Vitesse


Printemps 2012, à l'époque, mon travaille m'emmène à voyager partout au Canada. Alors que je suis à l'aéroport international de Vancouver, je me dirige vers une petite boutique pour m'acheter une collation avant de prendre mon vol. C'est avec un énorme sourire que je remarque que deux ans après les Jeux Olympiques de Vancouver, il y a toujours une énorme photo de Charles Hamelin, champion de patinage de vitesse courte piste, à l'entrée du commerce.  Je me suis souvenue comment la majorité d'entre nous étions fiers des performances de nos athlètes aux Jeux, tellement fiers d'avoir reçu le monde chez nous et de leur en avoir mis plein la vue. Lors de ces Jeux olympiques, le Canada a remporté vingt-six médailles et de ce lot, dix médailles ont été remportées en patinage de vitesse longue piste ou courte piste.

Quatre ans plus tard aux Jeux olympiques de Sochi, les résultats n'ont pas été les mêmes, mais l'équipe de patinage de vitesse est tout de même revenue avec cinq médailles. Dans l'histoire olympique, le Canada se classe au 6e rangs parmi tous les pays pour le nombre de médailles en patinage de vitesse longue piste et au 3e rang pour ce qui est des résultats en courte piste derrière la Corée du Sud et la Chine. Dans l'histoire olympique canadienne, le patinage de vitesse longue piste et le patinage courte piste sont respectivement aux premier et deuxième rang pour le nombre de médailles remportées par le Canada aux jeux d'hiver. Vous vous demandez peut être pourquoi je vous expose ces chiffres aujourd'hui, eh bien voilà pourquoi.

Le weekend dernier se tenaient, à l'aréna Maurice-Richard de Montréal, les Championnats Canadiens Séniors de patinage de vitesse courte piste. Une compétition relevée qui aura vu couronner un nouveau champion masculin en la personne de Charle Cournoyer et la toujours dominante et souriante Marianne St-Gelais du côté féminin. Comme toujours, au lendemain d'une compétition majeure, un communiqué comprenant les résultats complets et les impressions des patineurs participant à l'événement est émis par Patinage de Vitesse Canada. Cette fois par contre, parmi ce flot de bonnes nouvelles, se glisse une petite phrase qui en cache une mauvaise: "Le Canada ne participera pas à la sixième et dernière Coupe du monde de la saison à Minsk, au Bélarus."

Quelques articles sont parus hier dans les journaux. À Sébastien Lajoie de La Tribune, Patinage de Vitesse Canada confit qu'une restructuration financière majeure est responsable de cette situation. Des actions devaient être posées maintenant pour ne pas que la situation s'aggrave. La valeur du dollar et la perte de commanditaires importants sont cités comme faisant partie du problème. Patrick Godbout, responsable des communications et des relations avec les médias pour Patinage de Vitesse Canada dit également que le budget de l'organisme a été amputé après les Jeux de Vancouver en 2010. On est en droit de se demander si ces coupures ne sont pas en partie responsable de la baisse de rendement lors des Jeux de Sochi. À la SRC, Patinage de Vitesse Canada parle de la possibilité de laisser les athlètes, qui seraient prêt à couvrir eux même leurs dépenses, faire le voyage vers Minsk pour représenter le Canada à la dernière Coupe du Monde de la saison. Si l'organisme y songe sérieusement, la décision doit être annoncée immédiatement pour permettre aux athlètes d'organiser leurs déplacements et leur hébergement le plus rapidement possible. Plus Patinage de Vitesse Canada retarde sa décision, plus les chances sont minces que les athlètes puissent s'y rendre. Même si cette décision se doit d'en être une à court terme et non devenir la norme, la permission doit leur être donnée maintenant. Il est inconcevable que le Canada ne soit pas représenté lors d'une Coupe du Monde en patinage de vitesse. Même si la nouvelle partagée hier était un peu plus focalisée sur le patinage de vitesse courte piste, les athlètes en longue piste sont également touchés. Alors que le Canada a envoyé 20 athlète dans un événement de Coupe du Monde en longue piste à l'automne, le plan est d'en envoyer seulement six lors de la cinquième manche et aucun lors de la dernière. On parle ici de coupures majeures et définitivement d'un problème de gestion.

Alors maintenant, que devons-nous faire? Est-il acceptable que le mot clique #noussommeslhiver ne nous représente que durant les Jeux Olympiques? Est-il acceptable que le patinage de vitesse, le sport d'hiver qui nous représente le mieux à travers la planète après le hockey, ne soit pas assez important pour que nos athlètes prennent part à tous les événements majeurs au courant d'une saison? Est-il acceptable que nous ayons peut être à laisser nos athlètes payer eux-mêmes leurs déplacements outre-mer, pour participer à une manche de Coupe du Monde, tout en leur demandant de porter fièrement l'uniforme national? Que pouvons-nous faire pour s'assurer qu'une telle situation ne se reproduise pas après les Jeux Olympiques d'hiver de Pyeongchang l'an prochain, parce que ne vous laissez pas berner, les coupures d'aujourd'hui sont pour s'assurer que nous pourrons briller demain quand toute la planète va regarder, mais après?


Je ne blâme pas Patinage de Vitesse Canada pour tous les problèmes qui ont mené à cette décision. Nous devons, bien sûre, poser des questions à nos gouvernements et nous questionner également à savoir comment nous pourrions inciter les investisseurs privés à appuyer le patinage de vitesse au Canada. J'ai quelques idées sur le sujet et il me fera plaisir de les partager sous peu sur Passion/Patin/Vitesse au www.passionpvss.com , mais pour le moment, si nos athlètes sont prêt à payer de leur poche pour cette fois-ci, ne leur mettons pas des bâtons dans les roues.  

La fierté de nos athlètes doit être reconnue et non restreinte. Nous ne sommes peut être pas l'hiver 365 jours par année tous les ans après tout, mais eux le sont.

Erratum: quelques minutes après avoir partagé ce texte, j'ai reçu confirmation d'un athlète qu'un message avait été envoyé tôt ce matin confirmant que ceux-ci pourront représenter le Canada s'ils sont d'accord à payer eux-mêmes leurs frais de déplacement, mais cette annonce ne change en rien la suite des choses. Cette situation ne doit pas devenir la norme. 



16 janvier 2017

Canada crowns a new national champion in short track

 
Photo: © Serge Olivier / sergeolivier.ca
(Carl Savard - Passion/Speed/Skating) 
Yesterday was the third and last day of the short track speed skating canadian senior championships in Montréal. It was held at the Maurice-Richard arena and just like the hockey legend did so many times in his career, Quebec's own Marianne St-Gelais and Charle Cournoyer ended the weekend with a hat trick. They both won three gold medals ending on the highest march of the podium in the 1500m, 500m and overall standing to become 2017 national champions. To those three medals, they also both added a silver medal in the 1000m distance. Considering the strenght of the competition, those results are pretty much a perfect score. For Charle Cournoyer, this is his first title as overall canadian champion. 

 On the men's side, Samuel Girard ended the competition in second place while veteran Charles Hamelin finished third. Hamelin skated well during the weekend, although he was penalised in the big final of the 1500m. His third place is mainly the result of the young guns being so good. A good news for the future of short track speed skating in Canada. 

On the women's side, Kim Boutin, who won the 1000m, finished second while the amazing Marie-Eve Drolet, who will be thirty-five in a few weeks, finished third. Drolet who competed in her first Olympic games in 2002 in Salt Lake City and who took a break from the competition two years ago to become a mother, always finds a way to stay competitive on the national and international level. 

The four other skaters, two men and two women, who'll be part of the team for the world championships alongside last weekend's winners will be announced shortly.

Le Canada couronne un nouveau champion national en patinage de vitesse courte piste

Photo:  © Serge Olivier / sergeolivier.ca



(Carl Savard - Passion/Patin/Vitesse) 
C'est hier que prenaient fin les championnats canadiens séniors de patinage de vitesse courte piste à l'aréna Maurice-Richard et comme ce dernier l'avait fait si souvent dans sa carrière de hockeyeur, les québécois Charle Cournoyer et Marianne St-Gelais y sont allés d'un tour du chapeau remportant trois médailles d'or chacun durant ce weekend rempli d'action. En plus de leurs triplés de médailles d'or au 1500m, 500m et au classement général, les deux athlètes ont également ajouté des médailles d'argent sur 1000m. Considérant la force du Canada en patinage de vitesse courte piste et le fait que cette compétition faisait place au soixante-quatre meilleurs patineurs au pays, on peut pratiquement appeler ce résultat un sans faute.  Ce titre canadien est le premier de la carrière de Charle Cournoyer.

Chez les hommes, Samuel Girard a complété ces championnats canadiens en deuxième place, alors que la troisième place est allée au vétéran Charles Hamelin. Hamelin a somme toute bien patiné ce weekend outre une disqualification en grande finale du 1500m. Sa troisième place démontre surtout que les jeunes sont bien présents et bien en selle. Une bonne nouvelle pour le future du courte piste au Canada.

Chez les femmes, c'est Kim Boutin qui prend la deuxième position du classement général avec, entre autre, une médaille d'or sur 1000m. La dernière marche de ce podium général revient à la toujours impressionnante Marie-Eve Drolet, qui après avoir participé à ses premiers Jeux Olympiques en 2002 à Salt-Lake City et avoir donné naissance à un enfant en 2015, trouve toujours le moyen de performer à un haut niveau et de maintenir sa place sur l'échiquier compétitif du patinage de vitesse courte piste autant au niveau national, qu'international. Drolet aura trente-cinq ans dans quelques semaines.


Ce weekend aura permis à l'équipe canadienne de sélectionner ses premiers patineurs et patineuses en vu des championnats du monde qui auront lieu au Pays-Bas en mars prochain. Les quatres autres athlètes, deux femmes et deux hommes, qui se joindront à l'équipe seront connus sous peu.  






12 janvier 2017

Nos autres adresses / Our other spaces






Suivez-nous sur FacebookInstagramTwitter  et YouTube !  

Follow us on FacebookInstagramTwitter   and YouTube !   

Beaucoup d'action ce weekend dans le monde du courte piste

(Carl Savard)


Beaucoup d'action au programme pour notre premier weekend d'activité sur Passion/Patin/Vitesse, alors que deux événements majeurs ont lieu dans le monde du courte piste.  À Montréal, les soixante-quatre meilleurs patineurs du pays, trente-deux hommes et trente-deux femmes, s'affronteront avec comme objectif de représenter le Canada lors du Championnat du Monde courte piste qui aura lieu à Rotterdam aux Pays-Bas du dix au douze mars prochain. 

Pour certains d'entre eux comme Charles Hamelin, Marianne St-Gelais ou Valérie Maltais, les championnats canadiens séniors 2017 sont importants, mais ils sont tout de même en terrain connu. Pour d'autres comme Catherine Mailloux, Samuel Gallant ou Léa Tessier, cette compétition est la plus importante à laquelle ils ont participée dans leur jeune carrière. Ils y vont pour se battre, mais aussi pour apprendre. 

Nous serons en direct de l'aréna Maurice-Richard tout le weekend pour couvrir l'événement débutant demain après-midi. Si vous êtes dans la région de Montréal, je vous conseille fortement de venir faire un tour. L'entrée n'est que de 5$ par jour ou 10$ pour les trois jours de compétition. Si vous ne pouvez y être, assurez-vous de nous suivre sur Facebook. Le lien vers notre compte Facebook se retrouve au haut de la page, dans la barre de menu. 

Pour ce qui est de l'action de l'autre côté de l'océan, les Championnats Européens couronneront assurément une nouvelle championne puisque la britannique Elise Christie, championne des deux dernières éditions, ne prendra pas par à l'action ce weekend. Comme le titre de championne du monde manque toujours à son palmarès, Christie et son coach ont décidé qu'il serait plus sage pour elle de se concentrer sur les mondiaux. Cette absence ouvre toute grande la porte pour des patineuses comme l'italienne Arianna Fontana, de retour après une année d'absence ou la star montante Suzanne Schulting qui vient juste de remporter le championnat aux Pays-Bas. Du côté des hommes, la lutte devrait être chaude entre Sjinkie Knegt, Semen Elistratov et les frère Liu Shaolin Sandor et Liu Shaoang. Si nous ne pouvons vous donner de résultats en direct, nous allons tout de même vous donner des nouvelles sur ce championnat important. 



Big weekend in the world of short track speed skating

(Carl Savard)


A lot of action for our first weekend of activity here at Passion/Speed/Skating as two major short track events are taking place. First of all, the sixty-four best skaters in Canada (32 women and 32 men)  will be fighting for the right to represent Canada at the World Championship that will take place in Rotterdam, Netherlands on March ten through twelve.

For some of them like Charles Hamelin, Marianne St-Gelais or Valerie Maltais it's a weekend they are accustom too, for others like Catherine Mailloux, Samuel Gallant and Léa Tessier, this is their biggest competition to date and they will surely fight and learn a lot from it.

We will be following the action LIVE at the Maurice-Richard arena starting tomorrow afternoon and if you are in the Montreal area this weekend, you should definitely come and see this. Tickets are only 5$ per day or 10$ for the three days. Don't miss it. If you can't be there, make sure to follow us on Facebook. The link is up here in the menu bar.

As for overseas, the European Championships will crown a new champion for sure on the women side because back to back champion Elise Christie from Great Britain won't be there. Her and her coach have decided it would be better for her to start preparing for the World Championships. She wants that world title and wants to focus on that. Her absence opens up the podium for skaters such as Arianna Fontana who's back after a year off or upcoming star Suzanne Schulting who just won the Dutch Championships. On the men side, battle will be intense between the likes of Sjinkie Knegt, Semen Elistratov and the brothers from Hungary, Liu Shaolin Sandor and Liu Shaohang.

If we can't update you live, we will surely report on the event afterward. Stay tuned!  




Welcome to Passion/Speed/Skating!

(Carl Savard)

This project started with the idea of doing a Facebook page related to speed skating news, but it became evident pretty fast that if we wanted to reach a bigger number of short track, long track and inline speed skating fans, creating accounts on different social media outlets would help us in our journey. Plus, as I was mostly interested in writing in depth articles or interviews, it was clear we needed a blog since the other platforms aren't really article-friendly. Other than the blog, the Facebook and Instagram accounts, a Twitter account will be active eventually. For now, Facebook will be used to share results, ask questions and make short announces. The blog will serve as the official magazine of the project. Since we want to inform as many speed skating fans as we can, articles will be written both in english and french. Since french is my main language, excuse me in advance for errors that may occur. 

The idea behind this blog also grew from the fact that I started writing articles for a boxing website last fall. Yes, boxing is a major passion of mine. I've been writing songs, speeches, opinions or just life related pieces but never wrote anything about one of my passion like boxing or speed skating. This offer that 12rounds.ca made me a while ago to write for them made its way in my mind, and last fall I decided that the time had come for me to jump. Boxing has plenty of visibility due to a huge number of websites, youtube channels and podcasts. I felt like speed skating needed a news source outside of the classic news shared by the different federations or associations. That's why I thought of launching Passion/Speed/Skating.

This project wouldn't have been as exciting if my son hadn't joined me in this adventure. He is a short track and inline speed skater, skating at the Elite level here in Canada and his insider point of view helps me undertand this sport even more now even though I've been a fan for more than twenty years. 

This is just the beginning. Plenty of details will need our attention in the next few weeks, even months, but we absolutely wanted to launch our activities in time for the Short Track Canadian Senior Championships and the European Championships that will take place this weekend respectively in Montreal and Torino.

Welcome to Passion/Speed/Skating 


Carl Savard & Jackob Savard





11 janvier 2017

Bienvenue sur Passion/Patin/Vitesse!

(Carl Savard )


Ce projet qui devait au départ être une page Facebook, a pris de l'ampleur dès les premiers jours. Il nous semblait impératif d'utiliser les différents médias sociaux pour rejoindre, un peu partout sur la planète, le plus grand nombre d'adeptes de patinage de vitesse possibles. Nous avons donc rapidement lancé le projet sur Facebook et Instagram en attendant de construire le blogue sur lequel vous vous trouvez en ce moment. Un compte Twitter sera actif éventuellement. Comme le but est de rejoindre le plus de passionnés possibles, les articles seront rédigés en français et en anglais. 


L'idée du blogue était bien simple: avoir un endroit se prêtant mieux à l'écriture d'articles de fond et d'entrevues. Ce type de contenu n'est pas mis en valeur sur les autres plateformes et à la base, c'est exactement pourquoi j'avais envie de lancer ce projet. J'écris depuis longtemps, chansons, discours et cours billets d'humeur entre autre, mais je ne m'étais pas encore permis de partager des textes sur des sujets qui me passionnent avant d'accepter l'offre du site 12rounds.ca d'écrire sur une de mes autres passions: la boxe. 



Ce projet ne serait pas aussi excitant si je m'y étais attardé seul, mais le fait de me lancer dans cette aventure avec mon fils est une plus-value non négligeable. Étant lui-même patineur de vitesse courte piste actif au niveau Élite et compétitionnant également en patinage de vitesse à roues alignées, il connait le sport de l'intérieur et m'aide à mieux le comprendre, même si je m'y intéresse depuis plus d'une vingtaine d'années. 


Nous en sommes à nos premiers balbutiements. Un tas de détails devront être ajustés dans les prochaines semaines, mais nous voulions absolument vous ouvrir nos portes pendant ce weekend des Championnats Canadiens Séniors courte piste et des Championnats Européens ayant lieu respectivement à Montréal et Turin. 


Bienvenue!



Carl Savard & Jackob Savard