août 2018 ~ Passion/Patin/Vitesse - Passion/Speed/Skating

Montréal and Salt Lake City to host the 2020 Four Continents championships

Great news in the world of short track and long track!

Saluting national records

Bulletin #3, December 2018

Les records nationaux sous les projecteurs

Bulletin #3, Décembre 2018

Nos autres adresses / Our other spaces

Venez nous rejoindre! / Come and join us!

Pages

31 août 2018

5 patineurs canadiens à surveiller cette saison en longue piste


Soyez certains de prendre en note le nom de ces patineurs qui chercheront à faire leurs marques sur l’équipe Canadienne au cours des prochaines saisons en route vers les Jeux Olympiques de Beijing 2022.

Par: Maria Dalton
Photos par: @schaatsfotos, Arno Hoogveld and Marc-Antoine Caron

Le début d'un nouveau cycle olympique amène de nouveaux patineurs qui cherchant à s'imposer. Nous sommes sûr que des patineurs comme Ted-Jan Bloeman, Ivanie Blondin et Gilmore Junio continueront de jouer un rôle essentiel sur l'équipe canadienne, mais voici une liste de patineurs qui pourraient avoir un gros impact cette saison pour le Canada.

Tyson Langelaar
Après avoir fini en deuxième position aux Championnats du Monde Juniors en 2018 - une amélioration par rapport à sa performance de l’année précédente - Tyson Langelaar tentera de faire sa marque sur l’équipe canadienne lors de sa première année de compétition au niveau senior. Langelaar a participé aux trois derniers Championnats du Monde Juniors et a remporté une médaille d’or aux Jeux du Canada en 2015 dans le départ groupé. Son objectif principal est de se qualifier pour les épreuves de Coupe du monde sur 1500m lors des sélections de l’équipe canadienne cet automne. Langelaar fait partie du groupe de jeunes patineurs qui devraient être en bonne position pour représenter le Canada lors des Jeux olympiques en 2022. Après avoir passé tout l’été avec l’équipe nationale à Calgary, nous sommes sûrs qu'il sera prêt à offrir de belles performances cette année.


Valérie Maltais
Valérie Maltais n’est pas étrangère à la compétition, ayant déjà participé à trois Jeux olympiques en tant que membre de l’équipe canadienne de patinage de vitesse courte piste. Maltais, médaillée d’argent Olympique, a été un membre important de l’équipe féminine courte piste pendant des années, mais elle vient d'annoncer qu'elle se concentrera sur les compétitions sur l’anneau de 400m dans le futur. Nous ne sommes pas encore sûr des distances auxquelles Maltais prendra part, mais vous pouvez être certains qu'elle cherchera à faire sa marque cette année et que les regards seront tournés vers elle lors de sa première saison en longue piste.

David La Rue
David La Rue a été une grosse surprise pour bon nombre de personnes dans le monde du patinage de vitesse l’année dernière, grâce à ses performances aux sélections en vue du circuit de la Coupe du monde l’automne dernier. Il a participé à chacune des Coupes du monde à Heerenveen, Stavanger, Calgary et Salt Lake City pendant la dernière saison, patinant dans le groupe « B ». La Rue a connu une excellente saison et en plus de participer aux épreuves de Coupe du monde, il a été couronné Champion du Monde Junior au départ groupé et a remporté la médaille d’argent au 1500m à ces mêmes championnats. La Rue a établi un nouveau record Canadien Junior au 1500m et a été couronné Étoile montante de l’année en longue piste par Patinage de Vitesse Canada. Si ses performances précédentes sont un indice de ce qui va se passer cette saison, il est définitivement un patineur à surveiller.

Isabelle Weidemann
Isabelle Weidemann a régulièrement terminé dans le Top 10 en Coupe du monde sur 3000 et 5000m, et elle a aidé les Canadiennes à remporter deux médailles de bronze en poursuite par équipe pendant la dernière saison. Elle a participé à ses premiers Jeux Olympiques cette année, terminant au 7ème rang sur 3000m et au 6ème rang sur 5000m. En plus de ses performances individuelles au Jeux Olympiques, Weidemann a manquer le podium par quelques secondes avec ses coéquipières Ivanie Blondin et Josie Morrison dans la poursuite par équipe. Elle a été très constante dans les évènements de Coupe du monde. A seulement 23 ans, ses performances précédentes laissent croire qu'elle est en bonne position pour continuer à grimper les classements au cours des prochaines saisons.



Christopher Fiola
Christopher Fiola, qui vient de terminer sa première saison au niveau senior, utilisera ses expériences de l’année dernière pour atteindre de nouveaux sommets cette saison. Il a représenté le Canada en Coupe du monde au départ groupé l'an dernier et visait de s'y qualifier pour les Jeux Olympiques. Après avoir échoué dans sa tentative, il est passé au 500m mais c'était trop peu trop tard. Il cherchera à améliorer ses temps sur 500m et il espère terminer régulièrement dans le Top 20. Fiola a déjà trouvé du succès au départ en groupe, mais son focus passe maintenant sur le 500m. Il devrait être sur votre radar lorsque la saison commencera.

Gardez un œil sur ces patineurs cette saison et assurez-vous de consulter notre couverture des épreuves de longue piste dans les mois à venir.

29 août 2018

5 patineurs à suivre en longue piste cette saison


Voici notre liste de patineurs à suivre cette saison. Aux côtés des vétérans du circuit international de patinage de vitesse, vous trouverez des jeunes patineurs qui chercheront à se démarquer cette année sur l'ovale de 400m.

Par: Maria Dalton

Alors que la prochaine saison de patinage vitesse sur longue piste approche rapidement, voici notre sélection de cinq patineurs que vous devriez suivre cette saison. Des patineurs comme Kramer, Wust et Sablikova ne sont pas dans cette liste – car ils seront toujours des grandes forces dans le monde de patinage de vitesse. Continuez à lire pour en savoir plus sur des patineurs qui devraient être sur votre radar cette saison.

Patrick Roest
Le jeune Néerlandais a connu une saison exceptionnelle l'année dernière, remportant deux médailles olympiques, ainsi que le titre mondial toutes distances. Il été couronnée champion du monde junior en 2014 et 2015 et a continué à trouver le succès sur la glace. Patrick Roest est un produit du puissant programme de patinage hollandais et il a toutes les compétences nécessaires pour continuer à exceller sur la scène internationale. Il cherchera à ajouter encore plus de médailles à sa collection. Bien qu’il reste concentré sur les compétitions toutes distances, ses performances précédentes sur 1500m pourraient lui permettre de défier son compatriote et coéquipier Kjeld Nuis lors de la prochaine saison. Patrick Roest portera encore le noir et le jaune lors des compétitions nationales cette saison puisqu’il reste un membre de l’équipe professionnelle Lotto Jumbo.


Nao Kodaira
Nao Kodaira est la véritable reine sur 500m. Elle était au sommet du podium à chaque compétition pendant la saison dernière et comme ses temps se sont toujours améliorés, il ne fait aucun doute qu’elle sera en pleine forme lorsque la nouvelle saison commencera. Son ascension au sommet a commencé aux Championnats du monde sprint en 2017 à Calgary, où elle été couronnée championne du monde sprint. Elle a été couronnée championne olympique l’année dernière au 500m devenant la première Japonaise à être couronnée championne olympique en patinage de vitesse. Après avoir connu du succès tout au long de la dernière saison, il ne fait aucun doute que Kodaira sera pleine forme et qu’elle continuera à avoir du succès cette saison au 500m.

Kim Min-Seok
Kim Min-Seok n'a que 19 ans et a déjà fait sa place parmi les meilleurs patineurs du monde. Il est devenu le premier homme asiatique à remporter une médaille au 1500m aux Jeux olympiques avec sa médaille de bronze à Pyeongchang l’année dernière, et il a également aidé les Coréens à remporter la médaille d’argent dans la poursuite par équipe. En plus de ses accomplissements aux Jeux olympiques, Kim Min-Seok a aidé à établir deux nouveaux records mondiaux juniors dans le sprint par équipe et la poursuite par équipe aux Championnats du monde juniors la saison dernière à Salt Lake City. Bien qu'il soit encore beaucoup plus jeune que la plupart des principaux concurrents sur la scène mondiale, il a connu beaucoup de succès dans le passé. Kim Min-Seok cherchera à se faire une place parmi les meilleurs patineurs au monde dans les prochaines années, des années qui seront sans aucun doute remplies de succès.

Joy Beune
Joy Beune était l’une des plus puissantes patineuses en présence aux Championnats du monde juniors l’année dernière à Salt Lake City. Elle a d’ailleurs été couronnée championne du monde junior. Elle a établi de nouveaux records du monde juniors sur trois distances (1000m, 1500m et 3000m) et a également aidé ses compatriotes à établir un nouveau record dans la poursuite par équipe en réclamant l'or pour les Pays-Bas. Nous sommes excités de voir si ses performances précédentes l’aideront à avoir du succès durant la prochaine saison. Beune fera partie de l’équipe Lotto Jumbo pour sa première saison au niveau senior.


Havard Lorentzen
Après avoir remporté deux médailles olympiques à Pyeongchang (une médaille d’or sur 500 m, et une médaille d’argent sur 1000 m) et avoir été couronné champion du monde sprint en 2018, Havard Lorentzen semble être prêt pour la prochaine saison. Ses performances exceptionnelles pendant la dernière saison lui ont permis d’atteindre de nouveaux sommets et il est maintenant reconnu comme l’un des meilleurs patineurs sur 500m et 1000m. Le programme Norvégien a connu beaucoup de succès sur la scène mondiale ces dernières années sous la direction de Jeremy Wotherspoon. Si ses succès précédents sont une indication du futur, il continuera à gagner des médailles cette saison.

Assurez-vous de garder un œil sur ces patineurs lorsque la saison commencera et assurez-vous de consulter notre couverture des épreuves de longue piste tout au long de la saison.

Vous aurez peut-être remarqué qu’il n’y a pas de Canadiens dans cette liste, mais ne vous inquiétez pas, notre liste de patineurs canadiens à surveiller cette saison sera disponible sous peu.

5 skaters to watch this season in long track speed skating

With the 2018/2019 season fast approaching, check out our list of international skaters to watch this season. Alongside some seasoned veterans you will find some young skaters looking to make their mark this year on the oval.

By: Maria Dalton

Aside from the mainstays like Kramer, Wust, Sablikova – who have already found incredible success in previous seasons – find below some of the skaters that should be on your radar as the 2018/2019 season gets underway.

Patrick Roest
The 22 year-old Dutchman had a stellar 2017/2018 season, capturing two Olympic medals, as well as the World Allround title. Patrick Roest previously won the Junior World Championship in 2014 & 2015 and has continued to excel on the ice, capturing a silver medal in the 1500m at the 2018 Olympics and being crowned World Allround Champion this past year. Coming from the incredibly strong Dutch skating program, Roest has all the necessary skills to continue excelling on the international stage and will be looking to add even more hardware to his ever-growing collection. Although his focus remains on Allround competitions, one can expect that his past showings in the 1500m will leave him hot on the heels of fellow Dutchman and teammate Kjeld Nuis as we head into this season. Patrick Roest will be sporting black and yellow as he skates for Lotto Jumbo this season.



Nao Kodaira
Nao Kodaira continues to reign supreme when it comes to the 500m. She was atop the podium at every competition last season and with her times continuing to drop lower and lower there is no doubt that she is at the top of her game. Her meteoric rise to the top started at the 2017 World Sprint Championships in Calgary where she clinched first place and was crowned the 2017 World Sprint Champion. She was crowned Olympic Champion this year in the 500m and became the first woman to break the 37-second barrier at sea level, while also becoming the first Japanese woman to be crowned an Olympic champion in speed skating. After finding success on and off throughout the years, there is no doubt that Kodaira is at the top of her game and poised to keep excelling this season in the 500m.

Kim Min-Seok
At only 19 years of age Kim Min-Seok put the speed skating world on notice after a fantastic 2017/2018 season. He became the first Asian man to medal in the 1500m at the Olympics games with his bronze medal in Pyeongchang last year, and helped the South Korean’s capture the silver medal in the team pursuit in front of a home crowd. Along with his accomplishments at the Winter Olympics, Kim Min-Seok helped set two new Junior World Records in the Team Sprint and Team Pursuit at the 2018 Junior World Championships in Salt Lake City. The Korean is trending upwards, and while he may still be a lot younger than most of the major competitors on the world stage, he has shown great success in the past. Kim Min-Seok will be looking to find his place among some of the top skaters in the world in the coming years, during which we are sure the best is yet to come for the young Korean.

Joy Beune
Joy Beune was a force to be reckoned with at the Junior World Championships this past year, where she was crowned Junior World Champion in Salt Lake City. She set new Junior World Records in three distances at the event (1000m, 1500m and 3000m) and also helped her compatriots set a new record in the Team Pursuit while claiming gold for the Netherlands. We are eager to see how she fares at the senior level, and whether or not her previous successes will translate into even more hardware as she moves into the adult ranks. Beune will be skating for Lotto Jumbo this year as she commences her first season at the senior level.


Havard Lorentzen
After capturing two Olympic medals in Pyeongchang (gold in the 500m, silver in the 1000m), and being crowned the 2018 World Sprint Champion, Havard Lorentzen appears to be locked and loaded as we head into this season. His stellar performances last season saw him reach new heights with his skating, and solidified him as one of the best in the sport right now in the 500/1000m. The Norwegian program has found lots of success on the world stage in the past few years under the guise of Jeremy Wotherspoon. If Lorenzten’s past successes are any indication of what’s to come, he will keep raking in the hardware this season.

Be sure to keep an eye on these skaters as the season gets underway and make sure you check out our coverage of Long Track events throughout the 2018/2019 season.

You may notice that no Canadians were included on this list, but rest assured, we haven’t forgotten about the Canucks. Stay tuned for an article outlining some Canadian skaters to watch this season.

28 août 2018

*MISE À JOUR avec entrevue* Valérie Maltais passe au longue piste


Après plusieurs mois de spéculation, c’est maintenant officiel. La médaillé olympique des Jeux de Sotchi et détentrice du record olympique sur 1000m en patinage de vitesse courte piste Valérie Maltais fait le saut en longue piste.


Par Carl Savard
Ce n’est pas la première fois qu’un athlète fait la transition du courte piste vers le longue piste. De grands noms comme Gaétan Boucher, Bonnie Blair, Shani Davis et Jorien ter Mors l’ont fait par le passé avec beaucoup de succès. Plus récemment, Olivier Jean a également fait ce choix remportant d’ailleurs une médaille de bronze aux Championnats du monde sur la distance du départ en groupe.


"Je suis heureuse d’annoncer que je fais officiellement le saut en patinage de vitesse sur longue piste. Après trois cycles olympiques en patinage de vitesse courte piste, ce nouveau défi m’apporte un vent de fraîcheur. 
Je me suis entraînée tout l’été avec l'équipe nationale avec l’objectif d’intégrer les rangs de l’équipe nationale et je continue d’y travailler avec autant d’entrain.
Je tiens à remercier mes coéquipières en courte piste, on a vécu des moments inoubliables ensemble. Merci à mes entraîneurs, à l’équipe de soutien et aux membres de l’organisation qui ont faciliter ma transition.
J’entreprends une nouvelle étape dans ma vie d’athlète avec le sentiment d’avoir tout donné au patinage de vitesse courte piste. Je tourne cette page avec un peu de nostalgie mais aussi avec beaucoup de sérénité. J’ai hâte de commencer ce nouveau chapitre avec une équipe motivante et dynamique !"

Mise à jour 2018-08-28 / PM


Je me suis entretenu avec Valérie Maltais cet après-midi, voici des extraits de notre discussion.

As-tu déjà fait du longue piste dans le passé.
«En 1999 avec le circuit du Québec, j'avais fait une compétition de courte piste sur la longue piste, mais c'est la seule que j'ai fait. Au courant de l'hiver dernier je me suis fait faire des patins et j'ai embarqué sur la glace à Calgary avec mes patins, mais je n'avais pas fait d'entraînement.»

Est-ce que c'était récent pour toi l'idée de passer au longue piste où y pensais-tu depuis longtemps?
«C'était vraiment récent. J'ai toujours trouvé que c'était un sport intéressant et en 2010 à Vancouver j'étais allé voir la poursuite en équipe quand les Canadiens avaient gagné la médaille d'or et je trouvais ça vraiment intéressant comme épreuve. Puis, l'an passé quelqu'un m'a demandé si je songeais à la retraite après Pyeongchang et j'ai répondu 'Non, mais je ne patinerai peut-être pas en courte piste, je vais peut-être essayer le longue piste' et la rumeur est partie. J'y pensais, mais je voulais essayer avant de faire une transition officielle.»


As-tu déjà une idée sur quelles distances tu pourrais t'élancer?
«Présentement je m'entraîne avec le groupe de moyennes/longues distances et je vais plus me diriger vers le 1500m ou le 3000m. J'aimerais aussi essayer le départ en groupe. Avec les qualités que j'ai développées en courte piste et en roller je devrais être à l'aise dans le peloton.»

Durant la dernière année et demie tu as semblé plus calme sur la glace. Est-ce que je me trompe?
«Dans ma vie en général j'étais plus calme. J'étais dans une bonne zone. Je me sentais en contrôle dans tous les aspects de ma vie autant au niveau personnel que sur la glace. J'avais aussi assez d'expérience pour savoir qu'on doit performer, mais qu'on ne peut pas performer tous les jours. Quand je suis arrivée aux Jeux, je me sentais vraiment prête. Malheureusement je me suis renversée une cheville durant la première journée et ça m'a jeté par terre, mais ma saison a bien été.»

Vois-tu ce changement comme une continuation à ta carrière ou un tout nouveau défi?
«C'est vraiment un nouveau défi. J'ai encore envie de m'entraîner fort et de donner tout ce que j'ai, mais je n'avais pas nécessairement la motivation de le faire encore en courte piste. Pour moi allonger une carrière juste pour allonger une carrière ça ne fait pas partie de mes valeurs. Depuis que je suis jeune, mes parents me disent que quand tu pratiques ton sport tu dois y mettre tout ton cœur, ne pas le faire pour l'argent, mais plutôt le faire avec passion en ayant du fun et j'ai toujours gardé ça en tête.»

Valérie Maltais repart demain pour Calgary pour débuter cette nouvelle aventure.

Assurez-vous de suivre notre page Facebook, notre compte Instagram et notre compte Twitter pour ne manquer aucune nouvelle sur le patinage de vitesse.

*UPDATED with interview* Valérie Maltais is switching to long track


After months of speculation it’s now official. The Sotchi olympics’ medalist and olympic record holder on 1000m in short track, Valérie Maltais, switches to the 400m oval to open a new chapter of her career in long track.

By Carl Savard

It’s not the first time that a skater decides to make the switch from short track to long track. Great athletes like Gaétan Boucher, Bonnie Blair, Shani Davis and Jorien ter Mors had a lot of success doing so. Not too long ago, Canada’s Olivier Jean also joined the long track team with success winning a bronze medal in the mass start event at the World championships in 2017.



"I am happy to announce that I am officially switching to long track speed skating. After 3 Olympic cycles in short track speed skating, this new endeavor is providing me with a fresh start.
I have been training this past summer with the long track national team with the hopes of joining their ranks and I continue to work toward this goal.
I would like to thank my short track teammeates, with whom I have shared so many unforgettable moments. Thank you, as well, to my coaches, integrated support team and to the members of Speed Skating Canada who have facilitated my transition.

I am taking this next step in my athletic career with the belief that I have given everything I can to short track speed skating. I am turning the page with much nostagia but also, much serenity. I'm excited to begin this new chapter with a dynamic and motivated team!"

Update 2018-08-28

I just hung up the phone with Valérie Maltais. Here are more details about her new endeavour:

Did you try long track in the past?
"I did in 1999 with the Quebec circuit but it was pretty much short track on a 400m oval. I had long track boots made last season and went on the ice in Calgary but didn't train. I just skated."

Were you thinking about this switch a while ago or was it recent?
"It was recent, although I've always been interested in watching it. At the Vancouver Olympics I was present at the team pursuit event when Canada won the gold medal and thought it was a awesome. Last season, someone asked me if I was retring after Pyeongchang and I said 'No but I may try long track' and the word got out." 


In the last year and a half it seemed to me like you were more relaxed on the ice. Am I right?
"In my life in general I was more relaxed. I felt like I was more in control over all the aspects of my life on and off the ice. I wanted to give a 100% but was able to accept that some days it doesn't go 100%. I arrived at the Olympics and I felt so ready. I was like 'Bring it on!' but then I turned an ankle and wasn't able to perform like I thought I could, but you have to move on." 

Do you have an idea of which distances you think you are going to concentrate on? 
"I'm training with the medium/long distances group right now so I'm thinking about 1500m, 3000m. I will eventually try the mass start also. With the quality I developped in short track and inline, I won't be intimidated by the fact that you skate in a pack." 

Do you see this as a way to continue your career or does it feels like a new challenge for you?
"I see this as a new challenge. A new beginning. The idea of stretching my career just because the possibilty is there is not something that aligns with my values. My parents always told me that I should put all my heart into what I do and not think about the financial aspect of it and I could not continue if it was just to go through the motion. I need to be passionate and have fun." 

Valérie Maltais is leaving for Calgary tomorrow to start this new adventure. 

Don't forget to follow our Facebook page, our Instagram account and our Twitter account for daily news and results about speed skating.

27 août 2018

Yara van Kerkhof: the heart of a lion


She may have been overshadowed by teammates such as Suzanne Schulting and Sjinkie Knegt in the past, but Yara van Kerkhof’s desire to win and her irreproachable behaviour as an athlete is what made her shine. While another shadow tries to take away her light, the 28 years old athlete from Zoetermeer focuses on remaining positive.

By Carl Savard
Photos by Carl Savard, Oscar van den Bosch and Yara van Kerkhof's personnal collection

The sunrise
Being born in the land of speed skating pretty much means you’ll put on skates for the first time at a pretty young age. “I think I was seven when I started. My parents were active people because they liked doing sport but they were not competitive. They liked skating on frozen lakes during winter so my sister and I started pretty young.” The sister she’s talking about is Sanne van Kerkhof. Three years older, Sanne was part of the Dutch team that competed at the 2010 and 2014 Olympic games. She retired in 2015. Yara admits that for a few years, Sanne helped her become a better skater by pushing her to be great. If their parents were not competitive, the van Kerkhof’s sisters were. “I always wanted to be in the national team and when I turned 19 it became a reality. When I moved to Heerenveen to train with the national team, my sister and I became more competitive. We used to live together and in the kitchen we had a sheet of paper where we would keep family records, top speeds and things like that. Sometimes we had fights about it. Once, I beat a family record but she said it didn’t count because she wasn’t at the training when I did it.” Her competitive spirit is known by the entire team. Coaches and teammates all praise the devotion and work ethic that helped her win two medals at the 2018 Winter Olympics..

A gloomy cloud
When talking about her childhood, I did skip an information, something that could have been just a detail in someone else’s story but that is, more than 20 years later, a source of distraction for the Pyeongchang silver medallist. As a kid, a doctor found that she had a congenital heart defect and she had surgery to correct the situation when she was 7 years old. Her dad has clear memories of the situation. “I remember it like it was yesterday. She needed open heart surgery to repair a hole in her heart. It was necessary because Yara was always very tired and didn't grow up at a normal pace. Besides that, she was often ill. There was no other option than to have this surgery.” Although her heart is perfectly fine now, it is reacting differently to effort and different tests resulted in irregular data when compared to most athletes. The congenital heart defect has been repaired by the operation, but the irregular blood flow going through her lungs hasn’t changed.  After a team of experts helped her explain the situation to the International Skating Union (ISU) she was cleared of any suspicion by the ISU, but it seems the explanation isn’t clear enough for the World Anti-Doping Agency. “It's a really hard time for me, but I try to keep positive.  I know I've always been clean, so the only option is that it will be all fine eventually.” She will have to present her case to the Court of Arbitration for Sport. The date hasn't been announced yet but I’m sure van Kerkhof can’t wait for this matter to be behind her.

Consensus
When asked about Yara van Kerkhof, family, friends, teammates and coaches were unanimous. Her coach’s answer came without hesitation. “We call her “Pit bull”. She’s probably one of the smallest girl competing on the circuit but she has a lion’s heart. She is a great athlete to work with, very focused. She does everything to get the best out of herself.” As the Netherlands’ national head coach, Jeroen Otter as a lot to do with van Kerkhof’s silver medal on 500m at the Pyeongchang olympic games and it’s not just because he is known to built physically strong athletes. When we met in March, the “Pit bull”, as Otter calls her, told me about an important discussion she had with her coach in 2017. “In Budapest at the beginning of the season, I skated a B final and I was happy, but Jeroen wasn’t. He asked me why I was happy and I told him, ‘Well I just skated a B final!’ and his answer was ‘You can win medals! You shouldn’t be happy!’ It was an important moment. It grounded me and forced me to think about medals instead of thinking that B finals were good. In Dordrecht a week later, I did two A finals where I finished fourth but did great races and later in the season I won a medal in Seoul. With those words at the beginning of the season, Jeroen woke me up.”    



Rianne de Vries who’s been skating alongside van Kerkhof for six years now, also talks about how professional her teammate is, but she adds more. “Yara is very focused when it comes to training, but outside of the ice she is nice and sweet and she cares for her teammates. When I broke my ankle, she would frequently check on me to see how I was doing and she would motivate me.” Daan Breeuwsma who’s been skating alongside van Kerkhof for even longer went even further. “She never skips training and always makes sure to sleep and eat well. She is a great person who likes to have fun with friends, but she always has her sport in mind. Yara is the perfect athlete.”

Highlights
Since 2012, van Kerkhof’s career has been on the rise. If from 2012 to 2016 results were mainly related to the amazing job she was doing with her teammates on the relay, things picked up during the 2016-2017 season. She started the season with a bronze medal on the second 500m of the competition in World cup Calgary and ended it with a bronze medal on the only 500m of the weekend in Minsk.


She even won a silver medal in inline speed skating on 100m sprint at the Dutch national championships. “I like inline. We do it in training in the summer so I thought why not try the national championships. I would have to train more if I wanted to do more competition though. In short track I know the feelings, but I don’t have it in inline. It’s really different.” Last season, her collection got bigger. She won a bronze medal at World cup Seoul on 1000m and reached star status with two olympic medals in Pyeongchang, winning the bronze and beating the world record with her teammates on the relay and grabbing a silver medal on 500m.

If physically her heart came out with a flaw, the way she uses it is flawless. She is passionate about her sport and her health, she is likeable to anyone crossing her path and she is sweet and caring towards her friends. Jeroen Otter says she has the heart of a lion. I say lions should be proud.

Don't forget to follow our Facebook page, our Instagram account and our Twitter account for daily news and results about speed skating.