décembre 2017 ~ Passion/Patin/Vitesse - Passion/Speed/Skating

Montréal and Salt Lake City to host the 2020 Four Continents championships

Great news in the world of short track and long track!

Saluting national records

Bulletin #3, December 2018

Les records nationaux sous les projecteurs

Bulletin #3, Décembre 2018

Nos autres adresses / Our other spaces

Venez nous rejoindre! / Come and join us!

Pages

31 décembre 2017

Essais Olympiques néerlandais remplit de surprises



Les surprises se sont succédées aux essais olympiques néerlandais qui se sont tenus à Heerenveen cette semaine.


Par Jackob Savard
Photo: Schaats Foto's


Chaque distance était coursée une fois lors de la compétition de cinq jours et les patineurs se devaient de performer lors de cette unique chance de se qualifier sur l'équipe olympique. Voici les grandes surprises de la semaine:

5000m M - Le roi Kramer détrôné
Le multiple champion du monde et champion olympique Sven Kramer a été défait sur 5000m. Bob de Vries a créé la surprise en l'emportant devant Kramer avec un temps de 6:15.06. Kramer fera aussi partie de l'équipe sur la distance aux JO grâce à sa deuxième position. Quelle performance de Bob de Vries! Jorrit Bergsma, que plusieurs voyaient comme celui qui accompagnerait Kramer, a terminé au quatrième rang et ne patinera pas cette distance.


500m M - Une disqualification qui brise un rêve
Le ciel s'est effondré sur le champion néerlandais en titre sur 500m, Dai Dai Ntab. Le patineur a été disqualifié pour faux départs et ne pourra représenter son pays à Pyeongchang. Les Pays-Bas auront tout de même une solide équipe sur la distance avec Ronald Mulder, Kai Verbij et Jan Smeekens.



1000m M - Verbij manque à l’appel
Le 1000m masculin a été patiné sans Kai Verbij, l’un des favoris sur la distance. Il n’a pu participer à la distance à la suite d’une blessure lors d’un départ au 500m plus tôt dans la compétition. Il fera tout de même partie de l’équipe olympique sur la distance et prendra la place de Thomas Krol qui avait terminé troisième.

500m F - Anice Das surprend
Anice Das a surpris tout le monde en l'emportant devant Marrit Leenstra et Letitia de Jong au 500m féminin. La patineuse qui s'élançait dans la cinquième paire sur dix n’a jamais regardé derrière après sa course et a conclu la distance au premier rang. Das est une patineuse d’expérience et sa première place est un grand contraste avec sa 10e position du championnat néerlandais en début de saison.


1500m M - Roest décroche son billet
Le jeune de 22 ans Patrick Roest sera de l’équipe qui s’envolera pour Pyeongchang grâce à sa troisième place sur 1500m. Le double champion du monde junior en sera à sa première expérience olympique.

Nous tenons également à souligner les performances de Sven Kramer, Koen Verweij, Marrit Leenstra et Ireen Wust qui se sont qualifiés sur trois distances ou plus. Que le spectacle commence!

L’équipe complète:
Femmes
Antoinette de Jong (3000m, poursuite par équipe)
Ireen Wüst (1000m, 1500m, 3000m, poursuite par équipe)
Jorien ter Mors (500m, 1000m)
Lotte van Beek (1500m)
Marrit Leenstra (500m, 1000m, 1500m, poursuite par équipe)
Irene Schouten (départ en groupe)
Annouk van der Weijden (5000m, départ en groupe)
Carlijn Achtereekte (3000m)
Esmee Visser (5000m)
Anice Das (500m)

Hommes
Sven Kramer (5000m, 10000m, départ en groupe, poursuite par équipe)
Bob de Vries (5000m)
Kjeld Nuis (1000m, 1500m)
Jorrit Bergsma (10000m)
Koen Verweij (1000m, 1500m,
départ en groupe, poursuite par équipe)
Ronald Mulder (500m)
Kai Verbij (500m, 1000m)
Jan Smeekens (500m)
Patrick Roest (1500m)
Jan Blokhuijsen (5000m, poursuite par équipe)

A lot of surprises at the Dutch Olympic trial

The Dutch Olympic trials were packed with action and surprises this week in Heerenveen.

By Jackob Savard
Photo: Schaats Foto's


Every distances were raced one time in the competition so the skaters had only one chance
per distance to qualify for the Olympics . Here are the things that surprised us the most this week:

5000m M - King Kramer defeated
The multiple world and olympic champion Sven Kramer was beaten in the 5000m. Bob de Vries surprised everyone with his time of 6:15.06. A time that gave him the victory in the 5000m. Kramer will still be on the team thanks to his second position. Jorrit Bergsma, one of the favorite to accompany Kramer prior to the competition, finished fourth and will not race the distance in Pyeongchang.

500m M - A disqualification that breaks a dream
The sky fell on the reigning 500m Dutch champion's head. Dai Dai Ntab was disqualified for false start and will not represent the Netherlands in Pyeongchang. They will still have a pretty solid team on the distance with Ronald Mulder, Kai Verbij and Jan Smeekens.



1000m M - Verbij is missing
The men’s 1000m was raced without one of the favorites as Kai Verbij was injured during a start in the 500m earlier in the competition. He will still race this distance at the Olympics and will replace Thomas Krol who finished third on the distance.

500m F - Anice Das surprise
Anice Das surprised everyone with a crazy fast 500m. Das finished first in front of Marrit Leenstra and Letitia de Jong. The skater who started in the 5th pair out of 10 never looked back and finished in first. This first place is a big improvement wcompared to her 10th position at the Dutch Netherland single distances championships.


1500m M - Roest qualifies
22 years old Patrick Roest will be on the Dutch Olympic team due to his third place in the 1500m. The two-time junior world champion will skate in his first Olympics!

We also wanted to salute the awesome performances of Sven Kramer, Koen Verweij, Marrit Leenstra and Ireen Wust who qualified for more than three distances.


Official team:
Ladies
Antoinette de Jong (3000m, team pursuit)
Ireen Wüst (1000m, 1500m, 3000m, team pursuit)
Jorien ter Mors (500m, 1000m)
Lotte van Beek (1500m)
Marrit Leenstra (500m, 1000m, 1500m and team pursuit)
Irene Schouten (mass start)
Annouk van der Weijden (5000m mass start)
Carlijn Achtereekte (3000m)
Esmee Visser (5000m)
Anice Das (500m)

Mens
Sven Kramer (5000m, 10000m, mass start, team pursuit)
Bob de Vries (5000m)
Kjeld Nuis (1000m, 1500m)
Jorrit Bergsma (10000m)
Koen Verweij (1000m, 1500m, mass start, team pursuit)
Ronald Mulder (500m)
Kai Verbij (500m, 1000m)
Jan Smeekens (500 meter)
Patrick Roest (1.500 meter)
Jan Blokhuijsen (5000m, team pursuit)


26 décembre 2017

Une année passionnante: Bonne fête Passion/Patin/Vitesse!


Par Carl Savard
Photos par Schaats Foto's, Patrick Charbonneau et Carl Savard

Passion/Patin /Vitesse fête  sa première année d'existence aujourd'hui. Je me souviens encore avoir discuté avec mon partenaire Jackob à propos de ce projet et m’être rendu compte seulement quelques semaines plus tard que nous étions en ligne. Le projet nous allumait définitivement tous les deux. Nous avons publié pour la première fois le 26 décembre 2016. Une courte publication au sujet d’Olivier Jean. Un passionné de courte piste, de longue piste et de roller, la Sainte-Trinité sur laquelle nous avions envie d’écrire avec passion.

Nous avions décidé de partir lentement, avec des publications quotidiennes sur Facebook et Instagram et peut être un ou deux articles par mois sur le site web. La possibilité de partager notre amour du sport serait notre leitmotiv. Finalement, nous nous sommes rapidement rendu compte que ce projet grossissait plus vite que prévu est c’est avec plaisir que nous avons mis les bouchées doubles pour vous divertir, mais surtout vous informer. Voici quelques faits concernant notre projet qui fête sa première année d’existence aujourd'hui.


Même si la majorité des 88 articles ont été écrits pas Jackob et moi (166 en considérant que nous nous sommes fait un devoir d’écrire tous nos articles en français et en anglais), quelques autres auteurs nous ont prêté leur plume durant la dernière année. Catherine Mailloux a écrit un magnifique texte en août dernier et nous a aidé sur d’autres aspects durant l’année. Julie Doyon a écrit deux articles en début d’année et dernièrement Marc-Antoine Caron de Marchands de vitesse s’est ajouté avec des articles orientés sur l’équipement. Merci à vous.

Notre site Web à passionpvss.com ne pourrait être aussi attrayant sans l’apport d’autres passionnés du sport. Un merci tout spécial aux photographes Tony Chung (@shorttrackhd), Oscar van den Bosch (Schaats Foto’s), Martin Holtom et Patrick Charbonneau.

Nous avons également écrit un article cet automne pour la Fédération de patinage de vitesse du Québec et en publierons encore quelques autres d’ici la fin de la saison. Un plaisir de collaborer avec la FPVQ. Merci François-Olivier Roberge.

Depuis le 26 décembre 2016, nous avons publié à tous les jours sur Facebook et Instagram et avons d’ailleurs atteint la marque des 1000 abonnées sur Facebook cette semaine. Sans en parler ouvertement, je souhaitais nous voir atteindre ce chiffre avant les Jeux Olympiques. Nous sommes en avance, j’aime ça! Nous approchons les 1400 abonnés sur Instagram. Nous avons présentement 66 vidéos disponibles sur Youtube et nous continuerons à développer cet aspect dans la prochaine année. Nous sommes aussi présent sur Twitter et pourront commencer à y être plus actif maintenant que nous avons trouvé notre rythme de croisière sur les autres plateformes.

Comme nous sommes basés au Canada, il n’est pas surprenant de voir que 46% des 105 762 visites sur notre site Web proviennent du Canada, mais nous avons également un noyau de fans fidèle aux États-Unis, en France et aux  Pays-Bas. J’aimerais qu'on perce l’Asie en 2018. Rêver grand!

Pour être franc, l’aventure Passion/Patin/Vitesse est la chose la plus inspirante que j’ai fait en 2017. En mon nom et en celui de mon partenaire, merci à tous les gens impliqués de près ou de loin dans notre projet. Merci aux athlètes rencontrés qui ont été ouverts et généreux avec nous. Merci à nos proches qui ont compris comment ce projet était important pour Jackob et moi, mais surtout merci à VOUS de nous avoir rapidement démontré que, tout comme nous, vous avez envie d’entendre parler de patinage de vitesse dans les médias. Nous célébrons la première année d'existence aujourd'hui, mais ce n’est définitivement qu'un début.

Voici les liens vers où vous pouvez nous trouver sur le web: Facebook, Instagram, Youtube et Twitter.

One year of passion: Happy birthday Passion/Speed/Skating!


By Carl Savard
Photos by Schaats Foto's, Patrick Charbonneau et Carl Savard

Passion/Speed/Skating is now one year old. I still recall talking about this project with my partner Jackob just a few weeks before it took off. We officially launched during the holiday season with a first Facebook post talking about Olivier Jean, an athlete we have had the chance to meet quite a few times and who represents exactly what we wanted to bring into this project: passion. Passion when it comes to short track, long track and inline speed skating.


We thought we would start slowly and we were mainly counting on our love of the sport to make it something fun to do as a father and son project. It grew much faster than we thought, mainly because the athletes and speed skating fans showed interest from the get go. From that first publication on December 26, 2016  to writing this text this morning, here are a few facts representing the efforts we have put in our project.



Even though most of the 88 articles have been written by Jackob and myself (166 when you count that they were all done in french and english, something we are really proud of) other people added their words to our project. Catherine Mailloux wrote an amazing piece in August and helped us many times along the way. Julie Doyon wrote two great articles in the first half of 2017 and recently, Marc-Antoine Caron from Marchands de vitesse started doing gear oriented articles for Passion/Speed/Skating. Thank you!


Our website at passionpvss.com would not be the same without the help of passionate photographers. Especially Tony Chung (@SHORTTRACKHD), Oscar van den Bosch (Schaats Foto's), Martin Holtom and Patrick Charbonneau. Thank you all so much!


We are also writing articles in collaboration with the FPVQ (Quebec’s speed skating federation) this season. This collaboration is something we are really happy about. Thanks François-Olivier Roberge.


We posted on Facebook everyday since the beginning of the project and this week we reached 1000 followers on on the platform. In my mind, after a few months, I was hoping to reach 1000 for the Olympics. I'm happy to see it came faster. We also posted daily on Instagram and have close to 1400 followers. We presently have 66 videos available on our Youtube channel and we will develop it even more in 2018. We are also on Twitter and plan to be more active on it now that we seem to have found a rhythm on the other platforms.


Since we are Canadian boys, it’s normal that Canada comes in first when it comes to pages viewed on our website with about 46% of the 105 762 views, but we have a strong following in the USA, France and the Netherlands. I would like for us to develop Asia in 2018. Dream big!


To be quite frank, Passion/Speed/Skating is the biggest highlight of 2017 for me. Thanks to everyone involved, thanks to the athletes who have been so open and generous and thanks to our loved ones who understood how much this was important for Jackob and I. Finally thanks to YOU, our followers who showed us right away that you want to hear and read more about speed skating in the media. We are celebrating one year today, but it's only the beginning.

Here are the links to our different platforms: Facebook, Instagram, Youtube and Twitter

21 décembre 2017

A new leg for the World Inline Cup in 2018

felix rijhnen marathon world inline cup

The World Inline Cup will have a new event in 2018 with a new marathon in Spain.

By Jackob Savard
Photo: Schaats Foto’s

The marathon will be raced on march 17th in Oropesa del Mar, Spain and will start the 2018 World Inline Cup season. The athletes will have the chance to begin their season faster with an early international marathon in a country were the outdoor sport are practiced all year long.

‘’Skaters of our new WIC marathon will experience a great and challenging course near the beaches with stunning vistas.’’ said Petr Stastny the World Inline Cup president.

Last year’s winners of the overall World Inline Cup classification were Patxi Peula and Katharina Rumpus. How will they do next season?

Here is the 2018 World Inline Cup calendar:
1.Oropesa del Mar (Spain) march 17th
2.Incheon (South Korea) may 20th
3.Rennes (France) may 27th
4.Dijon (France) june 10th
5.Ostrava (Czech Republic) june 16th
6.Harbin (China) july 15th
7.Berlin (Germany) september 15th

Une nouvelle manche pour la World Inline Cup en 2018


La Coupe du monde des marathons roller aura une nouvelle épreuve la saison prochaine avec un nouveau marathon en sol espagnol.

Par Jackob Savard
Photo: Schaats Foto’s

Le marathon se déroulera le 17 mars à Oropesa del Mar en Espagne et ouvrira la saison 2018 de la World Inline Cup. Les athlètes auront la chance de débuter leur saison plus tôt avec ce marathon dans un pays où la pratique de sports extérieurs se fait à l’année longue.

«Les patineurs de notre nouveau marathon WIC vont expérimenter un parcours difficile longeant la plage et des superbes vues» explique Petr Stastny le président de la World Inline Cup.

Rappelons-nous que l’an passée c’est Patxi Peula Cabello et Katharina Rumpus qui avaient remporté le classement cumulatif de la Coupe du monde.

Voici le calendrier de la World Inline Cup 2018:
1.Oropesa del Mar (Espagne) 17 mars
2.Incheon (Corée du Sud) 20 mai
3.Rennes (France) 27 mai
4.Dijon (France) 10 juin
5.Ostrava (République Tchèque) 16 juin
6.Harbin (Chine) 15 Juillet
7.Berlin (Allemagne) 15 septembre

19 décembre 2017

Kasandra Bradette: croire en son étoile


Quand on regarde un ciel étoilé la nuit, on le voit souvent comme une toile en deux dimensions. Comme un rideau de velours éclairé de milliers de petites ampoules placées les unes à côté des autres.  Dans la constellation du patinage de vitesse courte piste au Canada, il est évident que Marianne St-Gelais est l’étoile polaire, mais cette constellation ne saurait être complète sans l’apport des autres étoiles. C’est dans un café du quartier Hochelaga-Maisonneuve, à quelques jours du départ de l’équipe canadienne pour la Hongrie en vue de la première manche du circuit de la Coupe du monde, que je me suis entretenu avec Kasandra Bradette en septembre dernier.  

Par Carl Savard
Photos par Schaats Foto’s, Patrick Charbonneau, Tony Chung (@SHORTTRACKHD) et collection personnelle Nancy Bélanger

Les débuts

Native de St-Félicien, Kasandra Bradette est une jeune femme énergique ayant toujours eu besoin de bouger.  Dès son jeune âge, elle est initiée à plusieurs sports, mais c’est au patinage de vitesse qu'elle trouve son compte à l’âge de dix ans.  Dès le départ, il est évident pour elle qu'il n’y a qu'une vitesse: à fond de train.  Comme elles ne sont qu'une poignée de patineuses de son âge au Lac-St-Jean,  elle compétitionne toujours contre les deux ou trois mêmes patineuses et elle n’a qu'un objectif: terminer première que ce soit une vague de qualification ou une finale importante. Sa passion est grande, son talent évident et après quelques années à performer en région, migrer vers Montréal devient une obligation si elle veut passer au prochain échelon.

Un chemin parsemé d'embûches
Il n’est jamais évident pour une jeune athlète de se déraciner, même si au niveau sportif ce choix nous permettra de fleurir dans un terreau plus fertile. “Ça été difficile de quitter la famille et les amis pour venir s’installer ici.  Au moins en dehors du patin j’avais l’école qui me prenait beaucoup de mon temps.”  Bien que ce déracinement fût difficile, ce n'était rien comparé aux embûches à lesquels Kasandra Bradette allait devoir faire face dans les années suivantes.  Des problèmes au dos allaient venir l’ennuyer pour la première fois en 2007-2008. Une fracture à la cheville allait ralentir ses ardeurs en 2010-2011 et les maux de dos allaient réapparaître en 2012-2013. Alors que les patineuses qu'elle affrontait depuis ses débuts en patinage de vitesse allaient en être à leur deuxième participation aux Jeux olympiques en 2014, c’est comme vous et moi via la télévision que Bradette allait devoir suivre les compétitions. En découvrant son parcours, on comprend mieux ses émotions du mois d’août dernier lors de la compétition servant à déterminer qui allait représenter le Canada lors des épreuves de Coupe du monde de l’automne et ultimement lors des Jeux olympiques de Pyeongchang en février 2018.  

Les sélections canadiennes 2017

Si les blessures l’ont empêché par le passé de pouvoir se hisser au sommet, la constance que peut apporter une longue période sans blessure aura définitivement été la clé de son succès en août dernier. Sur les neuf épreuves utilisées pour sélectionner l’équipe canadienne, Kasandra Bradette a participé à sept reprises aux finales principales.  Des performances lui permettant de faire sa place sur l’équipe provisoire en vu des Jeux olympiques de Pyeongchang.  “J’ai tellement passé par beaucoup d’épreuves que pour moi c’est un super de gros accomplissement.  Dans le dernier cycle de quatre ans, c’est là que je me suis rendu compte que j’avais probablement une place, mais pas avant ça.  C’était comme un rêve, un idéal.  Je ne pensais pas que c’était quelque chose que je pouvais atteindre. Finalement, en mettant les efforts, en travaillant et en essayant de trouver des solutions c’est là que j’ai vu que ça pouvait se réaliser.”  Une participation aux Olympiques est bien sûr le rêve ultime pour un athlète en patinage de vitesse courte piste, mais il faut auparavant passer par la saison de Coupe du monde. Même si le Canada choisissait son équipe en août, cette équipe devait tout de même mériter sa place aux Jeux en performant sur le circuit cet automne.

La route vers Pyeongchang

Comme il était difficile pour la jeune femme de St-Félicien de pleinement réaliser qu'elle participerait aux Olympiques lors de notre rencontre en Septembre, j’ai décidé de laisser passer la saison de Coupe du monde avant de clore notre échange.

Savais-tu dès le début de la saison quel serait ton rôle lors des différentes manches de la Coupe du monde cet automne?

“À la première Coupe du monde à Budapest, je faisais le 500m et le 1000m. Je n’ai pas fait de distance individuelle à Dordrecht. Pour l’Asie j’ai fait des 500m seulement.  Je savais dès le début que je ne ferais pas de 1500m de la saison.  Après les deux premières Coupes du monde, j’ai déduit qu'à moins d’un accident, je ne ferais pas de 1000m. L’entraîneur m’a alors confirmé que j’allais être en lice pour le 500m seulement.  Encore là, il se peut très bien que je sois aux Jeux comme cinquième patineuse pour le relais.”

Toi qui a été affligé de plusieurs blessures par le passé, comment s'est passée ta saison d'un point de vue santé?

“Les problèmes au dos et au cou habituels, mais rien de sérieux.  Je dois quand même gérer.  En revenant des deux premières Coupes du monde, j’ai traîné un rhume et ça s’est transformé en sinusite.  J’ai été sous antibiotiques dix jours un peu avant de partir en Asie.”

Est-ce que la situation politique en Corée est quelque chose à laquelle vous pensez, un peu comme les craintes concernant le virus Zika lors des Jeux de Rio?

“Non, on se concentre vraiment sur notre tâche qui est de se préparer pour les Jeux.  On est conscient de la situation, mais on fait confiance aux comités.  S’il y a quoi que ce soit ils prendront la bonne décision.”

Comment anticipes-tu le temps des fêtes considérant tout le focus que demande ta préparation pour les jeux?

“Le temps des fêtes n’est plus un enjeux depuis bien longtemps parce que nous avons normalement les sélections de janvier à préparer.  Ce sera donc la même chose pour cette année.”


Maintenant que la saison régulière est terminée et que la prochaine étape sera les Jeux olympiques, est-ce plus tangible que tu t’envoleras vers Pyeongchang, toi qui avait du mal à y croire il y a quelques mois?

“Tout devient plus concret. Même si depuis les sélections du mois d'août on se dit que c’est pour les Jeux qu'on s’entraîne, il manquait une étape, il fallait se classer.  Là, on s’entraîne pour les Jeux et ça ne pourrait pas être plus vrai. On en parle avec plus d’ouverture et de certitude.  Je me permet de l’assumer plus que je vais aux Jeux.  Je suis fière d’avoir surmonté les obstacles, je savoure tellement.”

Quand on regarde un ciel étoilé la nuit, on le voit souvent comme une toile en deux dimensions.  Un rideau de velours éclairé de milliers de petites ampoules placées les unes à côté des autres et plus on regarde longtemps, plus on en voit d'autres briller. Regardez plus longtemps.