mai 2018 ~ Passion/Patin/Vitesse - Passion/Speed/Skating

Montréal and Salt Lake City to host the 2020 Four Continents championships

Great news in the world of short track and long track!

Saluting national records

Bulletin #3, December 2018

Les records nationaux sous les projecteurs

Bulletin #3, Décembre 2018

Nos autres adresses / Our other spaces

Venez nous rejoindre! / Come and join us!

Pages

31 mai 2018

La retraite est maintenant officielle pour Marianne St-Gelais


Bien que ce ne soit pas une surprise puisque ses intentions étaient connues depuis plusieurs mois, la Canadienne Marianne St-Gelais a officiellement annoncé sa retraite hier.

Même si sa dernière saison fut plus difficile, nous nous devons de souligner ses performances de la dernière décennie et son apport énorme au sport. Un palmarès à l’image d’une grande athlète.



*A participé à sa 1ere coupe du monde en 2006-2007
*A remporté sa 1ere médaille en coupe du monde en 2009
*Selon le site web de Patinage de vitesse Canada, St-Gelais a remporté 93 médailles en coupe du monde dont 23 médailles d’or.


*Elle a remporté 15 médailles en championnats du monde dont l’or sur 1500m en 2016 et un titre de vice-championne du monde au cumulatif en 2017.

*Elle a participé aux Jeux olympiques à trois reprises remportant trois médailles en carrière dont deux lors des Jeux de Vancouver en 2010.




Assurez-vous de suivre notre page Facebook, notre compte Instagram et notre compte Twitter pour ne manquer aucune nouvelle sur le patinage de vitesse.

Retirement is now official for Marianne St-Gelais


Even though it has been known for months that Marianne St-Gelais was going to end her career after the 2017-2018 season, she officially announced her retirement yesterday.

Her career may have not ended the way she would’ve liked, but her performances of the last decade should totally make you forget the difficulties of her last season. An impressive collection of medals for an amazing athlete.


*She skated on the world cup circuit for the first time in 2006-07
*She won her first world cup medal in 2009
*Based on Speed skating Canada's website, St-Gelais won 93 world cup medals including 23 gold medals.
*She won 15 medals at world championships including a gold on 1500m in 2016 and she is the 2017 overall world vice champion.
She is a three time olympian and won three olympic medals. Two of those were won during the Vancouver Olympic games in 2010.
Don't forget to follow our Facebook page, our Instagram account and our Twitter account for all the news and results about speed skating.

30 mai 2018

Exciting inline competitions at the Juegos Suramericanos

The best inline speed skaters in South America were competing at the Juegos Suramericanos Cochabamba 2018 last weekend.

By Jackob Savard
Photo: Thomas Wendt (@freddyrace)

Skaters from ten countries including Colombia, Argentina, Venezuela and Ecuador were competing last weekend in Cochabamba at the South American games wich is a multisports competition that is held every four years.


Guzman, Cujavante and Arias Perez shined
Johan Sebastian Guzman from Venezuela, Alex Cujavante Luna from Colombia and Fabriana Arias Perez also from Colombia managed to win two gold medals each at these games. Guzman won in the 300m and the 500m as the two Colombian skaters won the long distance races.

Argentina showed what they’re made of
Even if they had to fight with the dominant Colombian forces, Argentina’s skaters were able to collect good results at these games. The biggest highlight for them was clearly Rocio Berbel’s victory in the 1000m. Berbel also added to her collection a bronze medal in the 10 000m points race on the last day of racing. Juan Cruz Araldi (silver 1000m), Santiago Roumec (silver 10 000m elimination) and Ken Kuwada (bronze 10 000m elimination, silver 10 000m points) were also in good form an showed great things!

From Olympian to South-american champion
Colombian Pedro Causil, who competed at the Pyeongchang 2018 Olympic games with blades on his feet, offered awesome performances on inline skates this weekend at the South American games. The skater, who returned to the Colombian selection this year, was crowned South American champion on 1000m and added a second place in the 300m to this title.

Don't forget to follow our Facebook page, our Instagram account and our Twitter account for all the news and results about speed skating.

Excitantes compétitions de roller aux Juegos Suramericanos


Les meilleurs patineurs sur roues d’Amérique du sud s'affrontaient ce weekend aux Jeux sud-américains.

Par Jackob Savard
Photo: Thomas Wendt (@Freddyrace)

Des patineurs d'une dizaine de pays dont la Colombie, l’Argentine, le Vénézuela et l'Équateur étaient présents à Cochabamba en Bolivie dans le cadre des Jeux sud-américains, une compétition multisports se tenant aux quatre ans.


Guzman, Cujavante et Arias Perez aux avant-plans
Le Vénézuélien Johan Sebastian Guzman Bitar, le Colombien Alex Cujavante Luna et la Colombienne Fabriana Arias Perez sont tous trois parvenus à remporter deux médailles d’or lors de ces Jeux! Guzman s’est imposé sur 300m et 500m alors que les Cujavante et Arias Perez se sont emparés des victoires lors des deux longues distances.

L’argentine a montré ce dont elle est capable
Bien qu’opposés à la grande puissance colombienne, les patineurs argentins sont parvenus à décrocher de beaux résultats. Le plus beau moment des Argentins fut probablement le véritable tour de force de Rocio Berbel sur 1000m qui lui a valu le titre de championne sur la distance. Berbel a également ajouté une médaille de bronze à sa collecte lors du 10 000m à points. Du côté masculin, Juan Cruz Araldi (argent sur 1000m), Santiago Roumec (argent au 10 000m à élimination) et Ken Kuwada (bronze au 10 000m à élimination et argent au 10 000m aux points) ont également montré de belles choses du côté de l’Argentine lors de ces Jeux.

D’olympien à champion d’Amérique du sud
Le Colombien Pedro Causil, qui a participé aux Jeux olympiques de Pyeongchang en 2018 sur la glace, a offert d’excellentes performances lors de ces Jeux sud-américains. Causil, qui faisait son retour à la sélection colombienne cette année, à notamment été sacré champion sud-américain au 1000m et vice-champion au 300m contre-la-montre.

Assurez-vous de suivre notre page Facebook, notre compte Instagram et notre compte Twitter pour ne manquer aucune nouvelle sur le patinage de vitesse.

27 mai 2018

Gilmore Junio: Getting comfortable being uncomfortable


By: Maria Dalton
Photos by: Schaats Foto’s and Gilmore Junio’s personal collection

Gilmore has always loved being on the ice, and started playing hockey at the age of seven. He, along with countless other young Canadians, always dreamed of one day being an NHL superstar. While his journey in sport started on ice, it wasn’t until he was 13 that he started speed skating after his dad saw an ad on the TV for a speed skating ID camp at the Olympic Oval in Calgary. After being approached by a coach who saw some potential in his skating, he joined the club that fall and fell in love with the community and the sport. He started out skating both long track and short track, but chose to focus more on short track since it favoured his stature until the age of 18 when he moved to long track full time. In the years since he first stepped onto the ice at the Olympic oval, Gilmore has competed in two Olympic games, broken the team sprint world record and stood atop the podium at world cup events. He won his first world cup medal, a silver in Nagano, during the 2012-2013 season. He is known, perhaps most notably, for his incredible display of sportsmanship when he gave up his spot in the 1000m at the Sochi Olympics to teammate Denny Morrison, who would go on to win silver in the event.



After a very successful 2015-2016 season, Gilmore was feeling good heading into the following season. He had a great mentality leading up to the following world cup season – “I felt like I was on top of the world leading into the 2016-2017 season and I said to myself ‘I’ve been at the top, I’ve flirted with being a really good skater, and now I‘m going to do it. Then the season went totally awry.’” After his world cup season was cut short Gilmore headed back to Calgary to regroup and refocus, and although everything took a toll on him he knew that he needed to make a change. Gilmore approached Jeremy Wotherspoon when he was in town for the World Sprint Championships with the idea of potentially moving to Norway to train. He has been training in Calgary since he started skating at the age of 13, and although he has been lucky to have the support of his friends and family at all times, he was eager to switch things up – “in order for me to really grow as an athlete or person I needed to really try to branch out and see what was out there.”

Moving to Norway, what were the biggest takeaways for you?


“You know seeing the quality of training that Jeremy brought to a lot of the programs, it was his main focus. He didn’t care if your heart rate was the highest, how much you sweat. But if the quality was in your training, he was really happy. I learned that you don’t have to grind, you have to make sure you’re doing things the right way and at a good quality. I think I got really comfortable being in Calgary and just created this routine. So I wanted to create an environment where I challenged myself. Before the move I was all about the grind and everything was supposed to be hard, and you know Jeremy had to reinforce the fact that it wasn’t about making it hard, but doing it right.”

How important do you think it is for people to put themselves in uncomfortable situations?

“No athlete would have the success they’ve had if they weren’t very rigid on what they want to accomplish and how they want to accomplish it. But the same token, you have to be able to open yourself up to new ways of thinking about your sport, new techniques. And opening yourself up to a new way to go about things and a new perspective is how people can grow and accomplish more than what their initial goal is.”

How do you see yourself progressing in sport in the next few years? Do you have any specific goals?


“For myself, I’m definitely not getting any younger. So I think changing the way I have to look at my body, on more of the self-regeneration and nutrition side, and really emphasizing those things. I’ve done the training in the past and I know I can do the training, but it’s just trying to tweak the little things and allowing the body to do what it can do and not have it be bogged down. That’s kind of the approach I’m taking right now with how to progress from this Olympic cycle.”

“I’m at the point where I can take it year by year now. You know the big four years are done and I’m just trying to find those little improvements and trying to see if I can stay competitive with the younger guys that are coming up – just trying to keep improving and find the little things that will make me faster.”

Aside from skating, Gilmore hopes to finish the final year of his kinesiology degree at the University of Calgary, and is also looking at dabbling in media relations or marketing, although he can’t say for sure when it comes to the latter. He is trying to set himself up for the future when he’s not skating anymore because “I put a lot of years into skating and I really advanced myself in that realm but you know, the ‘Gilmore Junio’ side needs a little love.”

Although no one can say for sure what the future holds for Gilmore Junio, you can be sure that he’ll keep trying to be comfortable being uncomfortable.


Gilmore Junio: Être confortable dans l’inconfortable


Par: Maria Dalton
Photos par: Schaat Foto’s et collection personnelle Gilmore Junio

Gilmore Junio a toujours adoré être sur la glace. À l’âge de sept ans, il a commencé à jouer au hockey et à  rêver d’être une superstar dans le LNH. C’est à l'âge de 13 ans qu'il a commencé le patinage de vitesse, après que son père ait vu une publicité à la télévision pour un camp d'identification à l'Anneau olympique de Calgary. L’un des entraîneurs l'avait approché après le camp et le garçon s'est joint au club l’automne suivant. Au départ, il a patiné autant en courte piste qu'en longue piste, mais il a choisi de se concentrer sur le courte piste jusqu'à l'âge de 18 ans avant de passer à la longue piste. Au cours des années, Junio a participé aux Jeux olympiques à deux reprises, a battu le record du monde au sprint par équipe et a remporté des médailles de coupe du monde. C’est au cours de la saison 2012-2013 qu'il a remporté sa première médaille (argent) en coupe du monde à Nagano. Il est reconnu par la plupart des Canadiens pour l’incroyable esprit sportif dont il a fait preuve lorsqu'il a cédé sa place à son coéquipier Denny Morrison au 1000m aux Jeux olympiques de Sotchi. Morrisson avait d’ailleurs réussi à gagner une médaille d'argent.


Après avoir connu beaucoup de succès au cours de la saison 2015-2016, Gilmore se sentait bien pour la saison suivante – « Je me sentais comme si j’étais au sommet du monde avant le début de la saison 2016-217. J’avais l’impression que le moment était venu, que je pourrais avoir une saison au delà de mes attentes, puis tout s’est mis à dérailler. » Après une saison de coupe du monde écourtée, Gilmore Junio est retourné à Calgary et comme tout ce qui était arrivé avait eu un impact sur lui, il a senti qu'un changement était nécessaire. Junio a approché Jeremy Wotherspoon alors qu'il était à Calgary pour les Championnats du Monde de Sprint en partageant qu'il aimerait déménager en Norvège pour s'entraîner avec lui. Pour celui qui s'entraînait à Calgary depuis qu'il avait commencé à patiner à l'âge de 13 ans, il était temps d'essayer autre chose. – «Comme je voulais progresser en tant qu'athlète et en tant que personne, j’ai décidé d’apporter des changements dans mon approche et d’aller voir ce qui se passait hors de ma vie à Calgary. »

Après avoir déménagé en Norvège, quelles sont les choses les plus importantes que vous avez appris?

«L’objectif principal de Jeremy Wotherspoom dans les programmes à lesquels il a participé a toujours été la qualité de l’entraînement. Il ne se soucie pas de savoir si votre fréquence cardiaque est la plus élevé ou à quel point vous transpirez, mais si vous travaillez bien. J'ai appris qu'il n’est pas nécessaire de travailler à 100% tout le temps. Il faut surtout s'assurer de faire les choses correctement et se concentrer sur la qualité. Je pense que j'étais trop à l'aise à Calgary et que j'avais créé une routine. Je voulais donc créer un environnement où j’étais plus inconfortable.  Avant de déménager en Norvège, je voulais toujours donner 100% et tout ce que je faisais devait être difficile. Jeremy m’a aidé à voir les choses différemment.»

Pensez-vous qu'il est important que les gens se mettent dans des situations inconfortables?

«Aucun athlète n'aurait de succès s'il n'était pas très rigide sur ce qu'il veut accomplir et comment il veut l'accomplir, mais il est important d’être capable de s’ouvrir à de nouvelles façons de penser concernant son sport, d’être ouvert à de nouvelles techniques. S'ouvrir à de nouvelles perspectives est la meilleure façon de grandir et de surpasser ses objectifs initiaux. »

Comment espérez-vous progresser dans les années à venir? Avez-vous des objectifs spécifiques?

«Je ne rajeunis pas. Je pense donc que je dois changer la façon dont je m’occupe de mon corps, me concentrer sur la récupération et la nutrition entre autre dans le futur. L’entraînement, je sais que je peux le faire, je dois donc focaliser sur les petits ajustements. C'est l'approche que je prends maintenant.  Je suis au point où je peux prendre ma carrière une saison à la fois. Les quatre grandes années de cycle olympique sont terminées et j'essaie juste de trouver les petites choses qui me rendront plus rapide et de voir si je peux rester compétitif avec les jeunes patineurs.»

En plus de patiner, Gilmore espère terminer la dernière année de son diplôme de kinésiologie à l'Université de Calgary et s'intéresse aux relations avec les médias et au marketing. Il essaie de préparer son après-carrière – « J'ai consacré beaucoup d'années au patinage de vitesse et ça m’a apporté beaucoup,  mais vous savez le côté 'Gilmore Junio' a besoin d'un peu d'amour. »

Bien que personne ne puisse prédire ce qui arrivera dans l'avenir pour Gilmore Junio, vous pouvez être sûr qu'il continuera à essayer de se sentir confortable dans l'inconfortable.

26 mai 2018

L'équipe néerlandaise est maintenant connue


L’équipe nationale néerlandaise de roller a été officiellement annoncée avec un peu plus d’un mois à faire avant les Vhampionnats du monde qui se dérouleront à Heerde.

Par Jackob Savard
Photo: Schaats Foto's

Le pays hôte des Championnats du monde aura une solide équipe menée par des vétérans comme Crispijn Ariens, Gary Hekman et Manon Kamminga. Ils seront également rejoint par les olympiens en longue piste Ronald et Michel Mulder et des jeunes prometteurs comme Luc ter Haar, Elisa Dul et les frères Rick et Kay Schipper.


Voici l’équipe complète:


Senior Hommes
Piste et Route: Crispijn Ariëns, Luc ter Haar, Gary Hekman, Michel Mulder, Ronald Mulder.
Piste seulement: Rémon Kwant, Kay Schipper, Rick Schipper.
Route seulement: Bart Hoolwerf.
Marathon seulement: Ingmar Berga, Casper de Gier.


Senior Dames
Piste et route: Elisa Dul, Marijke Groenewoud, Maya de Jong, Elsemieke van Maaren, Bianca Roosenboom.
Route seulement: Manon Kamminga.
Marathon seulement: Gerline Crediet, Elma de Vries.


Juniors
Hommes: Janno Botman, Merijn Scheperkamp, Harm Visser, Teun de Wit, Jordy van Workum.
Dames: Marit van Beijnum, Anna van den Bos, Bente Kerkhoff.

Pour en apprendre plus sur la sélection française, cliquez ICI

Pour en apprendre plus sur l'équipe colombienne, cliquez ICI

Assurez-vous de suivre notre page Facebook, notre compte Instagram et notre compte Twitter pour ne manquer aucune nouvelle sur le patinage de vitesse.

The Dutch team is now known


The inline Dutch national team was officially confirmed with a bit more than one month to go before World championships.

Par Jackob Savard
Photo: Schaats Foto's

The host country of the 2018 World championships will have a solid team led by some veterans such as Crispijn Ariens, Gary Hekman and Manon Kamminga. They will also be joined by long track speed skating olympian Ronald & Michel Mulder and some impressive young skaters like Luc ter Haar, Elisa Dul and the Schipper brothers Rick and Kay.


Here’s the full team:

Senior men
Track & road: Crispijn Ariëns, Luc ter Haar, Gary Hekman, Michel Mulder, Ronald Mulder.
Track only: Rémon Kwant, Kay Schipper, Rick Schipper.
Road only: Bart Hoolwerf.
Marathon only: Ingmar Berga, Casper de Gier.

Senior ladies
Track & road: Elisa Dul, Marijke Groenewoud, Maya de Jong, Elsemieke van Maaren, Bianca Roosenboom.
Road only: Manon Kamminga.
Marathon only: Gerline Crediet, Elma de Vries.

Juniors
Men: Janno Botman, Merijn Scheperkamp, Harm Visser, Teun de Wit, Jordy van Workum.
Ladies: Marit van Beijnum, Anna van den Bos, Bente Kerkhoff.

To learn more about the French selection, click HERE.
To learn more about the Colombian team, click HERE.

Don't forget to follow our Facebook page, our Instagram account and our Twitter account for all the news and results about speed skating.