juin 2017 ~ Passion/Patin/Vitesse - Passion/Speed/Skating

Montréal and Salt Lake City to host the 2020 Four Continents championships

Great news in the world of short track and long track!

Saluting national records

Bulletin #3, December 2018

Les records nationaux sous les projecteurs

Bulletin #3, Décembre 2018

Nos autres adresses / Our other spaces

Venez nous rejoindre! / Come and join us!

Pages

29 juin 2017

A scientist's mind in an athlete’s body.


Text: Carl Savard
Photos: Marc-Antoine Caron, Peter Doucet and Passion/Speed/Skating

Short track speed skater, inline speed skating world record holder at the 24H Roller Montreal, author of a book about techniques and mechanical concepts related to short track, brand new coach of the CPVRL and founder of an online boutique selling inline speed skating items, Bruno Pettersen-Coulombe is a passionate man eager to learn and looking for answers. A scientist mind in an athlete’s body.   

On the ice

Even though D2: The Mighty Ducks is what got him interested in skating, the idea of skating fast was more appealing to young Bruno than pushing a puck with a stick towards a net. In 1998, while watching the Nagano Olympic games on television, he falls in love with a sport he did not even know existed: short track speed skating. Living in Varenne, Qc, he joins the Sainte-Julie Speed Skating Club. He later skated for the Montreal-Gadbois club and eventually competed in the top group of the Elite circuit. Even though he took a year off last season, he still plans on competing again in the near future.

On the asphalt

When he was young, he used to rollerblade in the driveway of the family residence with cheap skates on plastic wheels. One day, an uncle offered him skates with urethan wheels and it totally changed the game. He started challenging his buddies that were riding bikes. He even started skating his paper route, jumping over sidewalks, going up staircases and avoiding obstacles but it's only in 2007 that rollerblading for fun turned into inline speed skating.
Following a disappointing season on the ice, Pettersen-Coulombe felt like he needed a change of scenery. While doing some researches on the internet, he came across informations about the 24H Roller Montreal. Feeling like it could be a cool new way to train, he bought everything he needed and started rolling. Since that day, he took part in all the editions of the 24H Roller Montreal but the 2014edition will always be the special one.

The world record

In January 2014 while training in short track speed skating at the RTC in Montreal, Bruno Pettersen-Coulombe enters a reflexion phase. Early training sessions, late night classes in school and friends one by one quitting the sport are taking a toll on him. Motivation is not as high as it used to be. After a few drinks at a party, Pettersen-Coulombe announces that he will beat the 24H Roller Montreal world record for most laps in 24h in the solo category the following august. A week later, a friend invites him to be part of his team for the event, but the idea of beating the solo record still spins in his head. Nobody will make him change his mind. Especially not those who think he is crazy. He started working on his training plan and pretty fast, enjoyed being his own coach, working on his own schedule and doing research to be ready for the challenge.
During those months of training, only one means of transport: his inline skates. Everywhere. All the time. His skates replaced the car, the metro, the bike. Going through some hard times in his life, training for that difficult challenge brings him peace and balance. On race day, the young man is focused on trying to roll at a faster pace than record holder Christian Beausoleil from the get go and try to take a lead on the record and deal with pain later. After eight hours, everything seems to be fine, but on the next morning he hits a wall. Doubt seems to be getting into his brain. The more his friends are starting to believe, the more his own faith seems to be going down.  He ends up falling twice and the second time is too much for him. He bursts into rage and shouts every curse words he knows and is under the impression that he won’t be able to put one foot in front of the other. One of his friends helps him calm down and gets him to focus on going forward. He still is ahead as far as pacing goes and the record is still beatable.
A few hours later, Bruno Pettersen-Coulombe crosses the finish line after sakting 652,32km in twenty-four hours. 151 laps of the Gilles-Villeneuve racing circuit, five laps more than Christian Beausoleil’s performance in 2013. A few minutes after crossing the line, he announces that he will never do it again. A few days later, he starts thinking of what he could have done differently to do better. Four years later, he is definitely keeping the door open to an eventual sequel. He would also like to do the Athen to Atlanta road skate and the New-York 100k.

A book and an online store

Bruno Pettersen-Coulombe is not just passionate about skating, he is also interested in science, maths, mechanic and business. Interests that made him launch two different projects regrouping all his interests. In 2014 he published a book entitled Le patinage de vitesse courte piste - Technique et principe mécanique (loose translation: Short track speed skating - technics and mecanical principles). A second edition with a lot more details came out in 2016. He is hoping to publish an english version soon. The idea behind this project took its roots from his desire to understand his beloved sport better. He alos has the feeling that Canada’s coaching revolves a lot around knowledge shared from coaches to coaches and not a lot on science and studies. Contradictions between coaches, cues given using feelings more than scientific facts, his thirst for answers pushed him to investigate. He ended up finding over sixty serious studies precisely focused on skating, all coming from Europe. Studies he had never heard of in the short track speed skating world here in Canada. Out of these studies and his researches, he wrote what could be call the first complete book on the short track technics and mechanical principles.


Interested in offering the afiocionados another option to buy inline speed skating material, the young man also opened an online shop: Optimal Skating ( www.optimalskating.com )


Even though he is presently getting into another activity linked to speed that will allow him to use his scientist brain a lot, karting, speed skating will always occupy a major part of his life.

For more informations about his book or to do business with Bruno Pettersen-Coulombe, make sur to visit his Website at: www.optimalskating.com

Un esprit scientifique dans le corps d’un athlète.


Texte:Carl Savard
Photos: Marc-Antoine Caron, Peter Doucet et Passion/Patin/Vitesse

Patineur de vitesse sur courte piste, recordman du monde au 24h Roller de Montréal, auteur d’un livre sur les techniques et la mécanique du courte piste, fraîchement nommé à titre d'entraîneur chef du Club de patinage de vitesse région Lanaudière (CPVRL), fondateur d’une boutique de vente d'équipements de roller, Bruno Pettersen-Coulombe est un passionné avide de réponses et de solutions. Un esprit scientifique dans le corps d’un athlète.

La glace

Bien que son intérêt pour le patinage pris naissance avec le film D2: Les Mighty Ducks, l’idée de pousser une rondelle vers un but n'éveillait pas les passions chez lui autant que l’idée de filer à vive allure sur la glace. En 1998 alors qu'il regarde les Jeux Olympiques de Nagano à la télévision, le jeune Bruno fait une découverte incroyable: l’existence du patinage de vitesse courte piste. Habitant Varenne à l’époque, il débute sa carrière sur glace au Club de patinage de vitesse de Sainte-Julie. Il se joindra plus tard au club Montréal-Gadbois et atteindra éventuellement le groupe 1 du niveau Élite. Bien qu'il ait pris une pause l’an dernier, il songe à participer à nouveau à des compétitions en courte piste dans le future.

Le bitume

Durant son enfance, Bruno Pettersen-Coulombe patine à roulettes dans l’entrée de la résidence familiale avec des patins récréatifs peu efficaces. Un jour, l’un de ses oncles lui offre des patins avec des roues en uréthanes lui permettant de commencer à lancer des défis à ses amis se déplaçant en vélo. Il commence même à passer les journaux en patins,  sautant les trottoirs, montant les escaliers et évitant les obstacles avec brio.  C’est en 2007 que ce sport estival commence à prendre une plus grande place dans sa vie. Suite à une saison décevante sur glace, Pettersen-Coulombe a besoin de changer d’air. En faisant des recherches sur le Web, il tombe sur des informations concernant le 24H Roller de Montréal. Il décide de s’équiper et commence à rouler de façon plus sérieuse. Il tombe amoureux de l’événement et participe à toutes les éditions du 24H Roller de Montréal à partir de ce moment, mais aucune ne sera plus marquante que l’édition 2014.

Le record du monde

En janvier 2014, Pettersen-Coulombe s’entraîne en courte piste au CRCE. Allant à l’université le soir, s’entraînant tôt le matin et voyant son groupe d’amis patineurs prendre d’autres chemins ou cesser l’entraînement, la motivation est de moins en moins présente pour continuer de pousser sur la glace. Lors d’une soirée bien arrosée entre amis, le jeune homme lance devant tout le monde qu'il va battre le record du monde en solo du 24H Roller Montréal à la fin de l’été. Une semaine plus tard, un ami l’invite à joindre son équipe pour le 24H Roller, mais l'idée de le faire en solo et de battre le record est restée imprégnée dans sa tête. Personne, ne le fera changer d’idée, surtout pas en tentant de lui faire croire qu'il est un peu fou. Il commence alors à élaborer son plan de match et sa préparation et prend goût à être son propre coach, à gérer son horaire et à faire les recherches nécessaires pour s’assurer d’accomplir l’exploit de parcourir le plus de tours possible du Circuit Gilles-Villeneuve à Montréal en 24 heures.
Durant ses mois de préparation, un seul moyen de transport: ses patins à roues alignées. Partout. Tout le temps. En remplacement du vélo, du métro, de l’auto. Vivant des moments plus difficiles dans sa vie, ses entraînements et ce défi énorme qu'il s’est lancé lui permettent un équilibre dont il a grandement besoin. Au jour J, Pettersen-Coulombe prend rapidement de l’avance sur le recordman précédent, Christian Beausoleil, et tente de maintenir le plus longtemps possible un rythme lui permettant de garder cette avance. Après huit heures, tout semble bien allé. Une impression que sans être facile, ce ne sera pas aussi difficile qu'il l'envisageait. Puis, au levé du soleil, il frappe un mur. Tout à coup, le doute s’installe tranquillement et durant le dernier tiers du défi, il commence à se dire qu'il ne battra peut être pas le record. Alors que le moral des gens qui l’appuient est à la hausse et qu'ils commencent de plus en plus à croire en sa réussite, dans la tête de Bruno Pettersen-Coulombe tout commence à se bousculer. Il chute à deux reprises et la deuxième est de trop. Il s’emporte, invoque tous les saints du ciel et a l’impression qu'il ne pourra plus mettre un pied devant l’autre. Un ami arrive à le calmer et l’aide à focaliser sur seulement avancer. Il possède une avance importante sur le record et doit se concentrer seulement sur ne pas abandonner. Le record est toujours à sa portée.
Quelques heures plus tard, il passe la ligne d’arrivée avec 652,32km roulés en vingt-quatre heures, complétant 151 tours du circuit Gilles-Villeneuve. Cinq tours de plus que le record établie l’année précédente par Christian Beausoleil. Dans les minutes suivant son record, il annonce sans hésitation qu'il ne le fera plus jamais. Trois jours plus tard, il est déjà à évaluer comment il aurait pu optimiser sa performance. En ce moment, il ne ferme pas la porte à se relancer dans l’aventure un jour. Il a également d’autres grands défis de roues alignées en tête dont le Athens to Atlanta road skate et le New-York 100K.  

Un livre et une boutique en ligne

En plus d’être passionné par la pratique du patinage de vitesse sur glace et sur le bitume, Bruno Pettersen-Coulombe possède un esprit scientifique et un goût pour les affaires qui l’ont poussé à explorer d’autres avenues reliées à son sport favori. En 2014 il lance le livre Le patinage de vitesse courte piste - Techniques et principes mécaniques et lance une deuxième édition encore plus complète en 2016. À la base, c'est son désir de mieux comprendre son sport qui le pousse à faire des recherches intensives.. Il se questionne beaucoup sur le fait qu'aucun ouvrage n’existe vraiment sur le sujet et remet un peu en question le fait qu'au Canada, l’enseignement du sport qu'il affectionne est principalement basé sur le passage de l’information via les différentes générations d’entraîneurs. Des contradictions entre coachs, des explications données au feeling plutôt que basées sur des faits, un certain manque de rigueur scientifique.  Sa soif de savoir l’incite à pousser ses recherches et il découvre plus d’une soixantaine d’études poussées sur le patinage en provenance d’Europe. Des études dont il n’a jamais entendu parler ici et qu'il souhaite utiliser pour clarifier les techniques et principes mécaniques du patinage de vitesse courte piste. Un ouvrage que je recommande d’ailleurs à tous les fervents du sport ayant besoin de mieux comprendre le courte piste au niveau technique.

Bruno Pettersen-Coulombe a également mis sur pied, il y a quelques année, la boutique en ligne: Optimal Skating ( www.optimalskating.com )  Le désir d’offrir une option supplémentaire québécoise aux adeptes de patinage de vitesse à roues alignées quand vient le temps d'acheter de l'équipement est à l’origine du lancement de cette boutique.

Bien qu'il soit en train de développer un intérêt de plus en plus grandissant pour un autre sport de vitesse où son esprit scientifique pourra s’épanouir, le karting, le patinage de vitesse occupera toujours une place importante dans sa vie.

Pour plus d’informations concernant le livre Le patinage de vitesse courte piste - Technique et principe mécanique , vous pouvez contacter Bruno Pettersen-Coulombe via son site web www.optimalskating.com

20 juin 2017

What you need to know about the European inline championships


bannière lagos.jpg

The best european speed skaters will be racing in Lagos for the European championships. Here is what you need to know about this important competition.

By Jackob Savard

The European inline skating championship is a popular and spectacular event that is exciting to follow year after year. European champion titles will be awarded for the track, the road and the marathon distances.

The schedule

The opening ceremony that will launch the festivities will be held on the first of July. The track events will be competed on three days from the 2nd to the 4th. The athletes will have a well deserved break the 5th before the start of the road competitions that will be held on the 6th and the 7th. The prestigious marathon will take place on the 8th to close this championship.

The installations

The skaters will compete on the brand new track of the Roller Lagos club where the first Europa cup took place this season. The 200m track is in perfect condition and ready to host an event like the European championships.

The road races will be held in a parking lot that is on the same street as the track. You can watch a little video of the circuit here.

The Autodromo Internacional Algarve is situated in the city of Portimão and will be used for the marathon. It is a racing circuit of 4.692 km long that opened in 2008. What’s better for an epic inline marathon than that type of circuit?

The skaters
The bests of the bests of the european speed skaters will compete in Lagos. Bart Swings, Diogo Marreiros, Daniel Niero, Felix Rijhnen, Simon Albrecht, Nolan Beddiaf and many others will surely give us  a great show in the men’s races. For the women we will mostly look for Sandrine Tas, Laethisia Schimek, Francesca Lollobridgida and Manon Kamminga but there is a lot of other talented ladies and everything could happen.

This competition will definitively be interesting and some crazy races are expected. The infrastructures are perfect for this kind of event and it will help the skater perform at their best. You will be able to follow everything with a livestream on the Roller Lagos youtube channel. Follow our facebook page Passion/Speed/Skating for the results during the weekend.

Source of some of the informations : Event website

Tout savoir sur les Championnats européens

bannière lagos.jpg
Les meilleurs patineurs européens se rencontreront à Lagos du 1er au 8 juillet à l'occasion des Championnats européens. Voici tout ce que vous devez savoir pour bien suivre la compétition.

Par Jackob Savard

Année après année, le championnat d'Europe est une compétition très attendue des amateurs de vitesse sur roues. Les titres de champion d'Europe sur piste, sur route et du marathon seront attribués durant cette semaine.

L'horaire

La cérémonie d'ouverture se déroulera le 1er Juillet à Lagos pour lancer les festivités de cet événement d’envergure. Les épreuves sur piste seront échelonnées sur trois jours soit du 2 au 4 juillet. Les athlètes pourront bénéficier d'une journée de congé bien méritée le 5 avant d'entamer les épreuves sur route les 6 et 7. Le prestigieux marathon clôturera les compétitions le 8 Juillet.

Les infrastructures

Les patineurs s’élanceront sur la nouvelle piste du club de Lagos qui a d'ailleurs accueilli avec succès la première manche de la Europa Cup cette année. La piste de 200m avec virages relevés est en parfaite condition et prête à accueillir un tel événement. 

Les compétitions sur route se dérouleront elles, dans un grand stationnement qui se trouve sur la même rue que la piste. Vous pouvez retrouver une vidéo qui fait le tour du circuit ici.

L'Autodromo Anternacional Algarve qui est situé dans la ville de Portimão sera utilisé pour le marathon. C'est un circuit automobile de 4.692 km qui date de 2008. Quoi de mieux qu'un tel circuit pour un marathon de cette envergure?

Les forces en présence

La crème de la crème du patinage à roues alignées d'Europe sera présente à Lagos avec notamment chez les hommes Bart Swings, Diogo Marreiros, Daniel Niero, Felix Rijhnen, Simon Albrecht, Nolan Beddiaf et plusieurs autres.

Du côté féminin les regards seront probablement tournés vers Sandrine Tas, Laethisia Schimek, Francesca Lollobridgida et Manon Kamminga.

Comment suivre le championnat

Ces championnats seront définitivement à suivre car de belles courses sont à prévoir. De plus, les installations ont l’air très propices à un tel événement. Vous pourrez suivre l’action en direct sur la chaîne Youtube de Roller Lagos (lien ici). Suivez notre page facebook Passion/Patin/Vitesse pour avoir des résultats des compétitions.



Source de certaines informations: site de l’événement

13 juin 2017

Olivier Jean s'entraîne aux Pays-Bas avec Team Clafis











Texte:Carl Savard
Photos: collection personnelle d'Olivier Jean

Durant sa carrière en patinage de vitesse sur courte piste, Olivier Jean était une figure sportive sortant de l’ordinaire. Une solide charpente détonnant du physique des autres athlètes  de sa discipline (il ne suffit que de googler son nom et celui d'Apolo Ohno pour voir une photo des deux athlètes ensemble et comprendre de quoi je parle), sa chevelure d'inspiration rastafari au début de la décennie, sa façon de ne jamais avoir la langue de bois lors des entrevues, spécialement après les déboires des Jeux Olympiques de Sotchi et son humour vif sur les médias sociaux l'ont fait ressortir du lot. Il faut bien sûr ajouter à cela d'excellents résultats dont son titre de champion du monde sur 500m en 2012 et son apport important au triomphe de l’équipe canadienne de relais lors des Jeux Olympiques de Vancouver en 2010. Depuis deux ans, Olivier a choisi de saisir les opportunités et de donner un angle différent à sa carrière.


Jean est présentement aux Pays-Bas en préparation pour la prochaine saison sur glace. L’an dernier, l’athlète originaire de Lachenaie a changé de surface glacée. Sans mettre une croix définitive sur le courte piste, c’est sur longue piste qu'il s’élance à toute vitesse maintenant. J’avais rencontré Olivier l’an dernier alors qu'il s’apprêtait à quitter le Québec pour Calgary, l’endroit par excellence pour s’entraîner en longue piste au Canada. Jean pourrait entre autre profiter de l’arrivée des courses en départ groupé, une formule se rapprochant du type de course se déroulant en patinage sur roues alignées, un sport qu'il affectionne. Une décision payante lui ayant même permis de remporter la médaille de bronze en départ en groupe aux Championnats mondiaux de distances individuelles tenus à Gangneung en Corée du Sud sur le site même où auront lieu les Jeux Olympiques en 2018.


Ces jours-ci, c’est notamment en roulant sur son vélo et ses patins à roues alignées avec l’équipe néerlandaise Clafis qu’il peaufine sa préparation. L’équipe Clafis compte parmi ses rangs d'autres grands athlètes comme Jorrit Bergsma, Irene Schoutten et Heather Richardson-Bergsma. De Lachenaie à Montréal en passant par Calgary et les Pays-Bas, Jean va où il est nécessaire d’aller pour vivre sa carrière d’athlète à fond.  Sur l’équipe Clafis, les compétitions sur glace, à vélo ou sur roues alignées font partie de la routine. L'équipe est séparée en deux équipes distinctes pour certaines compétitions soit AB transport, pour qui Olivier a patiné l’an dernier et  A-Ware. Même si une partie des entraînements ressemble à ce qu'il faisait pendant ses années sur l’équipe nationale canadienne en courte piste, la duré des entraînements elle, est beaucoup plus longue. De très longues sorties de vélo et des sorties en patins à roues alignées à rythmes élevés sont monnaie courante dans son horaire actuel. Ses entraînements diffèrent tout de même de ses partenaires d’entraînement plus spécialisés en longue distance car il se doit de garder les qualités de sprinter qui font partie de ses forces en tant qu'athlète et qui lui servent encore sur l’anneau de 400m. De son propre aveu et ce sur tous les aspects, son rythme d’entraînement actuel en Europe est une coche au dessus au niveau de l'intensité, en comparaison à ce qu'il avait l’habitude de faire au Canada.

Le parcours d’Olivier Jean est très inspirant. Une carrière dont les succès sont venus sur le tard, un désir profond de faire fi de toutes situations hors de son contrôle et de focaliser sur les résultats. Quand il est devenu évident pour lui que d’utiliser son physique pour  patiner en puissance plutôt que stratégiquement pourrait être à son avantage, il a apporté les changements nécessaires et son titre de Champion du Monde sur 500m est la preuve que ça valait le coup. Après ses succès en courte piste, il a eu envie de savoir ce qu'il pourrait accomplir en longue piste et la dernière saison tient à démontrer que c’était un choix judicieux.


La saison qui vient risque d’être tout aussi passionnante pour le sympathique athlète. Déjà pré-qualifié sur l’équipe canadienne pour les manches de Coupe du Monde du début de saison, terminer en seizième position ou mieux au cumulatif des quatre compétitions lui permettrait de se qualifier pour les Jeux Olympique de Pyeongchang sans faire les sélections nationales. Si pour monsieur et madame tout le monde les Jeux Olympiques d’hiver représentent deux semaines tous les quatre ans, pour un athlète comme Olivier Jean, les Olympiques c’est maintenant.

Olivier Jean is training in the Netherlands with Team Clafis











Text:Carl Savard
Photographs: Olivier Jean's personnal collection

Throughout his career, Olivier Jean has pretty much always been the odd one. At 6’2” and 180 pounds, he always towered over most of the competition on the international short track speed skating circuit. Just google his name and short track’s legend Apolo Ohno to see a picture of them next to one another and you will get what I mean. His rastafari inspired hairdo of the Vancouver Olympics era, his one of a kind humour on social media, his unique way of answering questions during interviews, especially after the difficulties of the short track team at the Sochi Olympic Games, all of this made him different. The thing is, Olivier Jean’s career is much more than his outgoing personality. It’s also amazing results. A major role in the gold medal relay team in the Vancouver Olympics but also a title of World Champion on 500m in 2012. For the last two years though, the canadian athlete has decided to give a new direction to his career

Jean is presently training in the Netherlands, getting ready for the upcoming season. Last year, the Lachenaie native made a switch of ice surfaces. Without officially retiring from the 111m track of the short track circuit, it is now on 400m tracks that he gets up to speed. I still recall meeting him last year before he left for Calgary to seriously try long track. A huge fan of inline speed skating, Jean was ecstatic that long track speed skating would now have mass start distances, a type of race that is close to what the inline speedskating circuit is known for. On his first season representing Canada on the long track circuit, Jean won a bronze medal in the mass start event at the World Single Distance Championships in Gangneung, South Korea. The same ice that will be used for the Pyeongchang Olympics. It would be hard now to doubt his new endeavour.

In the last few weeks, he was mostly rolling his way to top shape either on his bike or inline skates. He is training with Team Clafis alongside other top athletes like Jorrit Bergsma, Irene Schoutten and Heather Richardson-Bergsma. From Lachenaie to Montreal passing by Calgary on his way to the Netherlands, Jean goes where he needs to be to live his athlete life to the fullest. On team Clafis, competing in ice skating, inline skating and cycling competition is part of the routine. For certain events, the team is spilt in two: AB Transport, for whom Olivier Jean skated last winter and A-Ware. Even though part of what he is doing now is pretty close to what he was doing during his years of training with the canadian short track team, the length of the training sessions is really different. Countless hours of cycling and really high paced inline skating rides are part of the plan. Still, he has a different training regimen than some of his colleagues that are competing in long distances events. He needs to keep his sprinter qualities. They are his trademark as an athlete and are really helpful on the type of events he is competing now. Without hesitation, Olivier Jean says that on every aspect of training, what he is doing right now with the Clafis team is a notch above anything he was used to in Canada.

Olivier Jean’s career is inspiring. Success came late compared to other canadian stars, but he kept on pushing hard. He didn’t care about small talks and politics and focused on what he could control: winning races. When he realised maybe it would be better for him to use power rather than finesse, he made the necessary  changes and ended up being crowned World Champion on 500m. After his successes on short track, he wanted to know what he could accomplish in long track and last year's results showed that it was a good idea.

The upcoming season will surely be an exciting one for the smiley canadian athlete. Already pre-qualified for the fall events of the World Cup circuit, a 16th position or better overall after those four events would automatically qualify him for the Pyeongchang Olympic Games.

If for you and I the winter Olympic Games represent two weeks of our lives every four years, for athletes like Olivier Jean, it is already on.

12 juin 2017

Domination de Powerslide au Marathon de Dijon


Bart Swings et Ewen Fernandez de l'équipe Powerslide ont dominé la troisième manche de la World Inline Cup chez les hommes. La Française Chloé Geoffroy de Powerslide Ligne Droite crée la surprise et remporte le sprint féminin.

Par Jackob Savard
Photo Sylvie Geoffroy, Vrcv.com


De grands noms se sont présentés sur la ligne de départ de ce marathon, notamment Yann Guyader, Guillaume de Mallevoue et Quentin Giraudeau de Rollerblade, Martin Ferrié d'EO Skates et les patineurs de Powerslide Bart Swings, Ewen Fernandez et Peter Michael. 

Une attaque dès le départ du côté masculin

Peter Michael de Powerslide décolle à toute allure dès le départ, mais celui-ci se fait reprendre rapidement par un peloton très costaud. Ewen Fernandez renchérie alors avec une autre attaque très explosive dès le retour de Michael dans le peloton. Le belge Bart Swings, déjà quatre fois champion de ce marathon, ira le rejoindre à l'avant. 

Swings et Fernandez ont dominé du début à la fin et ont pris deux tours sur le peloton. Les deux coéquipiers ont roulé fort et ont fracassé le précédent record de près d'une minute en enregistrant un temps de 58:19. C'est le patineur solitaire d'EO Skates, Martin Ferrié, qui a complété le podium en remportant le sprint du peloton. 

Une course au sprint chez les femmes

Malgré quelques attaques de Flavie Balandras en début de course, le peloton des dames reste collé du début à la fin. Chloé Geoffroy, du club Voujeaucourt roller et portant les couleurs de Powerslide Ligne Droite, surprend tout le monde dans le dernier droit de la course et passe le fil d'arrivée en première position. L'Allemande Katharina Rumpus, meneuse de la coupe du monde, termine deuxième.

La prochaine manche de la World Inline cup se déroulera à Ostrava, en République tchèque, course auquelle certains des meilleurs patineurs ne participeront pas car ils se prépareront pour les Championnats européens et les World Games.

11 juin 2017

Powerslide dominates in Dijon


Bart Swings and Ewen Fernandez from Powerslide dominated the men's race at the third event of the World Inline Cup. Chloé Geoffroy from Powerslide Ligne Droite surprised everyone with a big sprint victory.
By Jackob Savard Photo from Sylvie Geoffroy, Vrcv.com

Some big names were on the start line of this marathon. Yann Guyader, Guillaume de Mallevoue and Quentin Giraudeau from Rollerblade, Martin Ferrie from EOSkates and the Powerslide skaters Bart Swings, Ewen Fernandez and Peter Michael.

A strong start in the men's marathon

Peter Michael from New Zealand started the race with a fast pace but the pack came back on him. Ewen Fernandez got out of the pack with an explosive attack. Bart Swings catched up on his french teammate and they sticked together for the entire race. 

Swings and Fernandez dominated the whole race and lapped the pack twice. They broke the event record with a time of 58:19. The french Martin Ferrie, solo skater from EOSkates completed the podium.

The sprint decided the women's race

Flavie Balandras did some strong attacks in the beginning of the race but she was not able to get rid of the pack. Chloé Geoffroy representing Powerslide Ligne Droite surprised the pack in the last line and was the first woman to finish the race. Katharina Rumpus from Germany finished second and will keep her first place in the World Inline Cup ranking. 

The next stage of the World Inline Cup will be held in Ostrava, Czech Republic but some of the best skaters will not be there because they are preparing for the European Championships and the World Games.