2019 ~ Passion/Patin/Vitesse - Passion/Speed/Skating

Discover the 2019-2020 short track international calendar

Upcoming season news in short track

Nos autres adresses / Our other spaces

Venez nous rejoindre! / Come and join us!

Pages

22 août 2019

Le retour de Genève Bélanger


Genève Bélanger a terminé 3e aux sélections nationales canadiennes en mars dernier pour ainsi confirmer sa place sur l’équipe nationale sénior. La patineuse originaire de Montréal revient de loin. Après un an sans brevet, elle décide à l’automne 2017 de partir s’entraîner à Calgary pendant plus d’un an. Selon ses dires, cette décision est probablement la meilleure qu'elle ait prise dans sa carrière.

Par Caroline Truchon
Photos par Sébastien Cadorette et collection personnelle Genève Bélanger

C’est à l’âge de 8 ans que Genève Bélanger commence le patinage de vitesse à l’aréna Saint-Michel. Elle et sa meilleure amie de l’époque, Camille De Serres-Rainville, passaient des journées entières à faire du patin à roues alignées dans la rue en essayant d’imiter la position de patineuse sur glace. Sa mère lui a alors proposé d’essayer le courte piste. C’est à l’hiver 2009, quand elle a gagné toutes les distances aux Jeux du Québec à Valleyfield, qu’elle réalise qu'elle veut devenir la meilleure, qu’elle veut aller aux Jeux olympiques: «Dès que j’entreprends quelque chose dans ma vie, j’y vais "all in". Je suis perfectionniste. Je ne fais pas quelque chose pour le faire à moitié.» Arrivée au centre national à temps partiel à l'âge de 14 ans et à temps plein à 17 ans, on peut croire que le personnel d’encadrement avait de belles ambitions pour Genève Bélanger. 


Au lendemain des sélections olympiques en septembre 2017, plus rien n’allait du côté de Bélanger: «J’avais besoin de changer d’air et j’avais l’impression qu’avec l’équipe ici à Montréal on avait essayé plusieurs types d’entraînement sans pouvoir trouver de réponse pour moi.» Changer d’air. La structure à Calgary est beaucoup moins rigide qu’à Montréal en plus de varier le type d’entraînement au lieu de ne faire que de la glace, comme des camps de vélo entre autres. Elle ajoute également qu’elle n’avait plus la flamme à Montréal: «Les gens croyaient moins en moi et je le sentais.» 

À son arrivé à Calgary à l’automne 2017, un physiologiste l’a évalué pendant deux semaines pour savoir et comprendre son corps. On a alors décidé quel type d’entraînement lui convenait le mieux : « J’en ai appris plus sur moi-même en un an à Calgary que toutes les autres années à Montréal». Après avoir accumulé dans son coffre tous ces outils, elle était prête à revenir à la maison en janvier 2019. Elle avait aussi trouvé l’amour dans l’Ouest canadien. Elle savait mieux où elle en était et avait des objectifs bien précis. Elle était maintenant plus confiante d’exprimer son opinion face aux entraîneurs. 

En mars dernier, tu as pris le 3e rang des sélections nationales pour ainsi t’assurer une place sur l’équipe sénior. Comment tu t’es senti ?
« Mon but c’était de me ressentir bien sur la glace, d’être fière de moi. Je ne le réalisais pas, c’était indescriptible. Pendant tellement d’années, je n’étais pas capable de battre certaines filles et la progression s’est faite quand même rapidement. J’ai eu de la difficulté à l’assimiler sur le moment, j’étais tellement heureuse. J’étais délivrée. Cela a confirmé que j’avais pris la bonne décision d’aller à Calgary. Si je n’y étais pas allé, je ne pense pas que je patinerais encore. »

Depuis quelques années, plusieurs patineuses ont fait des surentraînements, est-ce que ce serait à cause de la structure trop rigide selon toi?
«Les Pays-Bas, l’Italie et la Hongrie, ils n’ont même pas commencé à faire de la glace et nous on fait déjà de la vitesse. Je pense qu’il y a encore une adaptation à faire avec la nouvelle génération. Plein de choses changent, par rapport à la technologie par exemple, il faut toujours que tu t’adaptes et changes ta manière de faire, car il faut évoluer avec le temps. Je trouve qu’on a de la misère à s’adapter. On essaie trop de faire comme avant, parce que ça fonctionnait avant. Il faut commencer à être plus ouvert. Dans certains aspects, on commence à l’être un peu plus et je trouve ça vraiment encourageant, car ça veut dire que notre équipe nous écoute et veut aussi devenir meilleure. Par contre, c’est quelque chose qui ne se change pas du jour au lendemain. On le voit dans les résultats, on n'est plus aussi dominant que par le passé, il faut donc continuer d’innover et changer la mentalité. »

Quels sont tes objectifs pour la saison 2019-2020?
« Faire les coupes du monde. Ça me manque énormément. Depuis le début de l’été, c’est à ça que je pense tous les jours. Mon but est clair et précis. Tout peut arriver, mais c’est sûr que si je ne me classe pas, ça va être une grosse déception. En même temps, on est beaucoup de patineuses de haut calibre et ça va être une bonne bataille, mais j’espère être de retour sur le circuit international. »

Comment se passe l’entraînement cet été jusqu’à maintenant?
«Ça se passe très bien. On fait des cycles de trois semaines et une semaine de congé. Je trouve ça bien, car on a le temps de faire autre chose. J’ai eu l’opportunité de retourner à Calgary, faire des randonnées et être dans la nature. Après, j’étais prête pour retourner faire un autres trois semaines d’entraînements.  Frédéric, mon entraîneur, à très bien ajusté mon plan d’entraînement. Il me connaît depuis que j’ai 10 ans. Pendant le cycle de vitesse, on a continué à travailler plus en PAM et VAM pour la base qu’on travaillait beaucoup pendant l’été quand j’étais à Calgary, on a donc décidé de continuer dans cette voie. Je suis capable de prendre l’intensité à l’entraînement seulement quand j’ai une bonne base acquise. »

On peut donc s’attendre à de bons résultats de Genève cette saison. Quand je lui ai demandé si elle avait un mot de la fin, elle avait un mot pour tous ces patineurs ou athlètes, peu importe leur sport : « Ce n’est pas les mauvais résultats qui définissent ce que tu es dans la vie. Il faut en premier lieu que tu crois en toi et tant que tu crois en toi, il y a de l’espoir. Si tu es prêt à y mettre l’effort, tu peux tout accomplir. » En effet, la patineuse originaire de Montréal n’a jamais perdu espoir et elle est maintenant prête à tout accomplir durant cette saison 2019-2020.

Abonnez-vous à notre infolettre, suivez notre page Facebook, notre compte Instagram et notre compte Twitter pour ne manquer aucune nouvelle sur le patinage de vitesse.


The return of Genève Bélanger

Back in March, Genève Bélanger finished 3rd at the Canadian selections in short track securing her spot on the national team and it was quite a comeback for the Montreal-born skater. In the Fall of 2017, Bélanger decided to go train in Calgary. It’s with confidence that she says it was the best decision of her career.

Original text by Caroline Truchon, translated by Carl Savard
Photos by Sébastien Cadorette and Genève Bélanger’s personnal collection

It’s at the age of eight, thanks to her best friend Camille De Serres-Rainville with whom she was imitating short track skaters on her inline skates in the streets, that young Genève stepped on the ice for the first time at the Saint-Michel arena. After winning all the distances at the 2009 Quebec’s games in Valleyfield it became clear for Bélanger that she wanted to become the best and go to the Olympics one day. “When I decide to do something, I go all in. I’m a perfectionist. I’m not taking half-measures.” Genève Bélanger, now twenty-two,  entered the closed circle of the Canadian team at the young age of fourteen years old on a part time schedule and was with the team full time at the age of seventeen. It’s easy to say that the Canadian program probably had huge expectations for her. 


Following the Olympic selections in September of 2017, things just didn’t feel right for Bélanger. “I needed something new. I had the feeling that with the team here in Montreal, I wasn’t able to get the answers I needed despite trying different type of training plans.” That fresh air was found out west. With a more open structure in Calgary, less ice and a more diverse training plan like cycling training camps, Bélanger found what she needed. But her feelings of wanting out of Montreal were deeper than just related to training plans: “I felt like people in Montreal didn’t believe in me as much as they used to.” 

When she arrived in Calgary in 2017, a physiologist spent two weeks evaluating her condition to find out what her body needed. A specific training plan was built to use her strength and work on her weakness. “I learned more about myself in one year in Calgary compared to all the years I had been training in Montreal.” After reconnecting with herself, finding ove and gathering the tools she needed to step it up, Bélanger was ready to come back home in January 2019. She had a better understanding of her needs and felt more confident to stand her ground and express those needs to the coaches. 

Last March, you finished 3rd at the Canadian selections to earn your spot on the team. How did it feel?
“What I wanted the most was to feel good on the ice, to be proud. I can’t really describe how I felt with my results. There were a few girls I just couldn’t beat in the past and now I was doing it. I was so happy. It felt like a deliverance. It confirmed that my decision to leave for Calgary was the right one. If I hadn’t make that move, I would have stopped.”

In the last few years, many athletes had problems with overtraining, do you feel it’s due to the fact that the structure or program may be too rigid?
“The Netherlands, Italy and Hungary were not even on the ice yet and here in Canada we were already doing speed training sessions. I think some changes need to happen when it comes to working with the new generation of athletes. Just like it’s true with technology, things have evolved in the way athletes are trained. I think we are having difficulties to evolve. We seem to be focused on doing things because they used to work in the past. I think we need to be more open. On certain aspects we can see small changes and it’s encouraging. It means the team is starting to listen to the skaters and just like its skaters it wants to be better but things don’t change overnight. We have to admit we are not as strong as we used to be, we need to change our mentality."

What are you goals for the 2019-2020 season?
“Compete on the World cup circuit. I miss it a lot. Since the begining of the summer, it’s all I have in mind. Anything can happen, but I have to confess, I will be disappointed if I don’t win my spot on the World cup team. At the same time, I know we are a strong group of female skaters on the team so the fight will be tough but I really hope to be back on the international scene this season. 

How’s training going so far this summer?
“It’s going realy well. We are training three weeks and then have one week off. I had the opportunity to go back to Calgary and enjoy nature and hiking. After that, I felt ready for another three weeks push. Frédéric, my coach, adjusted my training well. We’ve known each other since I was ten years old. Even when the others were working on speed, I was still building a strong foundation based on stamina. Something I used to do in Calgary. We agreed on keeping it that way. I can tolerate intense workouts, but my body needs a strong base first.”

I think it’s fair to say we can expect good results from Genève Bélanger this season. When I asked her if there was anything she’d like to share before we end this interview, she wanted to send a message to all athletes in any sport reading these lines: “Bad results will never determine who you are as a person. As long as you have faith in yourself, there is hope. If you’re ready to work hard, you can do anything.” Hope is something the 22-year-old athlete from Montreal kept focusing on and she is now ready to reach for greatness.”

Don't forget to subscribe to our newsletter, follow our Facebook page, our Instagram account and our Twitter account for daily news and results about speed skating.

18 août 2019

A look back at the 6 Giorni Rotellistica 2019

The best skaters in Italy and some international guests battled it out at the 6 Giorni Rotellistica 2019 held in Santa Maria Nuova, Italy from the 6th to the 11th of August.


By Jackob Savard
Photo: Foto Candolfi - Jesi

The 6 Giorni Rotellistica is a six day inline speed skating event that has been held in Italy for many years. For 2019, the first two days of racing also counted for the European cup classification. Many non-Italian skaters took part in these two first days of racing before heading out to the European cup final: the Flanders Grand Prix in Belgium.  

Lollobrigida et Peula European cup winners
Italian star, skating under Bont Skates colours, Francesca Lollobrigida won the ladies’ European cup in Santa Maria Nuova. Fellow Italian Luisa Woolaway finished second while Colombian Aura Quintana took third. Honourable mention to French skater Mathilde Pedronno for her win on 500m. Patxi Peula from Spain won the men’s Europa cup with an overall great weekend winning the 1000m and the elimination race and finishing third on 500m and in the points race. French skater Elton de Souza finished second overall winning the 500m and placing well on other distances while Italian Daniele di Stefano took the third step of the podium. 


The 6 Giorni Rotellistica 2019 champions
Here are every winner of the six days of competition in every category: 

DANIELE DI STEFANO (Adhp Gruppo Cosmo Noale)
FRANCESCA LOLLOBRIGIDA (CS AERONAUTICA MILITARE )
ONESTI FRANCESCO (Pattinatori Piombinesi)
NEVE GIOSUÈ (rollergreen)
KRYVOSHEIA OLEKSANDRA (Plsu Ukraine)
ELISA FOLLI (DEBBY ROLLER TEAM)
ALICE ROSSINI (ASD NUOVA RINASCITA)
GIOIA ELISABETTA (CSEN ROMA PATTINAGGIO)
CAMILLA ZAZZARINI (Fortitudo Pattinaggio Fabriano)
DI PAOLA ANDREA (rollergreen)
BURR THOMAS (rollergreen)
FEDERICI ANASTASIA (rollergreen)
BOHUMSKY TOMAS (KSBM PRAHA)


Don't forget to subscribe to our newsletter, follow our Facebook page, our Instagram account and our Twitter account for daily news and results about speed skating.

Retour sur le 6 Giorni Rotellistica 2019

Les meilleurs patineurs d’Italie et quelques patineurs internationaux ont croisé le fer lors du 6 Giorni Rotellistica tenu à Santa Maria Nuova en Italie du six au onze août.


Par Jackob Savard

Photo: Foto Candolfi - Jesi

Le 6 Giorni Rotellistica est une compétition de roller durant six jours tenue en Italie depuis plusieurs années. Pour l’édition 2019, les deux premiers jours comptaient pour le classement de la Coupe d’Europe. Plusieurs patineurs internationaux ont fait le déplacement pour amasser des points lors des ces deux journées avant de se rendre en Belgique pour la grande finale de la Coupe d’Europe, le grand prix des Flandres. 

Lollobrigida et Peula remportent la Coupe d’Europe
La vedette italienne représentant Bont Skates Francesca Lollobrigida a remporté la portion Coupe d’Europe de la compétition en remportant notamment le 1000m de brillante façon. L’Italienne Luisa Woolaway a pris le second rang alors que la Colombienne Aura Quintana a terminé au troisième rang. Mention spéciale à la Française Mathilde Pedronno qui s’est imposée en remportant le 500m. L’Espagnol Patxi Peula a remporté la Coupe d’Europe masculine en gagnant le 1000m et la course à élimination en plus de prendre la troisième position au 500m et à la course à points. Le Français Elton de Souza a pris le deuxième rang cumulatif en remportant le 500m alors que l’Italien Daniele di Stefano a pris le troisième rang 


Les champions du 6 Giorni Rotellistica 2019
Voici les champions des six jours de compétition dans chacune des catégories: 

DANIELE DI STEFANO (Adhp Gruppo Cosmo Noale)
FRANCESCA LOLLOBRIGIDA (CS AERONAUTICA MILITARE )
ONESTI FRANCESCO (Pattinatori Piombinesi)
NEVE GIOSUÈ (rollergreen)
KRYVOSHEIA OLEKSANDRA (Plsu Ukraine)
ELISA FOLLI (DEBBY ROLLER TEAM)
ALICE ROSSINI (ASD NUOVA RINASCITA)
GIOIA ELISABETTA (CSEN ROMA PATTINAGGIO)
CAMILLA ZAZZARINI (Fortitudo Pattinaggio Fabriano)
DI PAOLA ANDREA (rollergreen)
BURR THOMAS (rollergreen)
FEDERICI ANASTASIA (rollergreen)
BOHUMSKY TOMAS (KSBM PRAHA)



Abonnez-vous à notre infolettre, suivez notre page Facebook, notre compte Instagram et notre compte Twitter pour ne manquer aucune nouvelle sur le patinage de vitesse.

13 août 2019

Hausse marquée des inscriptions aux Championnats canadiens de roller

Il est encore trop tôt pour savoir si l’engouement pour le roller au Canada est en véritable éclosion ou si l’intérêt pour le sport est dans la partie haute d’une vague qu’il a déjà connue par le passé, mais les passionnés du patinage de vitesse à roues alignées ont de quoi se réjouir cette saison. 

Par Carl Savard
Photos par Carl Savard et Jordan Belchos/Instagram

La piste asphaltée du Centre de la nature à Laval recevait les Championnats canadiens de roller 2019 les 10 et 11 août dernier. Si la journée de samedi a été un peu chamboulée par la température changeante, la journée ensoleillée du dimanche a offert aux athlètes une ambiance parfaite pour rouler le couteau entre les dents dans l’espoir de s’approprier l’un des titres nationaux à l’enjeu ce weekend. Parmi les athlètes victorieux, c’est sans surprise que des patineurs comme Julien Armand et Jérôme Comtois-Urbain ont été couronnés champions mais au delà des gagnants il y a l’affluence. Après des années plus difficiles en 2017 et 2018, une soixantaine d’athlètes ont pris part à ces championnats 2019. Des patineurs de tous âges en provenance du Québec, de l’Ontario et de la Nouvelle-Écosse ont croisé le fer ce weekend. Pour Pierre Laurent et l’équipe passionnée du club VRL de Laval, l’événement fut un franc succès. À un mois de la tenue de la première édition du Marathon Roller du Canada, ce weekend couronné de succès est une belle tape dans le dos pour ceux qui travaillent en ce moment sur la préparation du marathon.

Pour les résultats complets c’est ICI.
Pour l'album photo c'est ICI



De belles annonces pour le Marathon Roller du Canada
En plus d'annoncer Valérie Maltais en tant qu'ambassadrice de l'événement il y a quelques semaines et de confirmer la présence de Pascal Briand, Darren de Souza, Anaïs Laurent et Pierre Laurent, nous savons maintenant que d’autres patineurs avec de l’expérience internationale seront de la partie. Nicolas Laborde Sanchez (excellent patineur sur roulettes et représentant de la Colombie en Coupe du monde courte piste sur glace), Hugo Gerard (top 10 à la World inline cup de Dijon et top 20 lors du marathon des plus récents Championnats du monde) ainsi que Jordan Belchos (vice-champion du monde 2015 à la poursuite par équipe en longue piste et médaillé de bronze sur 10 000m en roller lors des Jeux Panaméricains de 2015) seront également de la partie. Suite à l’annonce de sa participation, Belchos a d’ailleurs lancé l’invitation, via Instagram, à d’autres athlètes et amateurs de roller de venir prendre part au Marathon Roller du Canada. 

Abonnez-vous à notre infolettre, suivez notre page Facebook, notre compte Instagram et notre compte Twitter pour ne manquer aucune nouvelle sur le patinage de vitesse.


Significant increase in registrations at Canadian Roller Championships

It’s too early to know if the interest for roller in Canada is clearly on the rise or if it’s presently at the top of wave like it happened in the past, but Canadian athletes and aficionados have many reasons to smile this summer. 

By Carl Savard
Photos by Carl Savard and Jordan Belchos /Instagram

It’s at the aspalted track of the Centre de la Nature in Laval, Quebec that were held the 2019 Canadian inline championships on the weekend of August 10. If the capricious weather made things a bit more complicated on Saturday, Sunday’s weather was flawless offering a perfect opportunity for skaters to try and collect one of the national titles available during the competition. It was not a surprise to see skaters such as Julien Armand and Jérôme Comtois-Urbain fight each other to climb on the highest step of the podium, but it may not have been the highlight of the weekend. After down years in 2017 and 2018, about sixty athletes registered for the Canadian championships in 2019. Skaters from different age groups and coming from Quebec, Ontario and Nova-Scotia battled it out during the competition. Words at the event were that the sport is also presently developing in Alberta and British-Columbia. With the first edition of the Canada Roller Marathon coming up in less than a month and the success of this year’s national championships, it would be hard for Pierre Laurent and the entire team of the VRL Club not to be happy about this 2019 season.

For the results of the 2019 Canadian championships, click HERE.

For pictures click HERE



Great  news for the Canada Roller Marathon

After presenting Valérie Maltais as their ambassador a few weeks back and confirming the presence of Pascal Briand, Darren De Souza, Anaïs Laurent and Pierre Laurent, the organizing committee had other names to announce in the last few days. Nicolas Laborde Sanchez who represents Colombia on ice in short track on the World cup circuit will be there. Hugo Gerard who finished in the top 10 of the marathon at the World inline cup in Dijon this year and 20th at the World championships will also compete. Last but not least, silver medallist on ice at the 2015 World championships in long track and bronze medallist on wheels at the 2015 Panam games, Jordan Belchos will also fight for gold in September. Belchos used his Instagram account yesterday to invite athletes to register for the first edition of the Canada Roller Marathon.

Don't forget to subscribe to our newsletter, follow our Facebook page, our Instagram account and our Twitter account for daily news and results about speed skating.